LES BLOGUES

La différence entre un vétérinaire et un chien

10/05/2014 09:19 EDT | Actualisé 10/07/2014 05:12 EDT

Hormis le fait que l'un soit le patient de l'autre, l'un comme l'autre est d'une extrême fidélité ; à la différence que la fidélité du vétérinaire elle est reliée à votre portefeuille, et celle du chien à vos sentiments.

La mise en situation : un propriétaire arrive dans un hôpital vétérinaire bien établi pour récupérer son chien placé en pension pour la semaine. Le chien en parfaite santé, brossé et sentant bon le toilettage vous saute dessus et est prêt à partir. Vous avez réglé la facture que vous avez d'ailleurs trouvée un peu salée - 540 $ pour une semaine -, pour un terre-neuve doux comme un agneau.

Vous avez pris le soin de demander une facture détaillée et, au moment de quitter les lieux, on vous fait savoir avec insistance que le vétérinaire veut vous voir. Vous ne comprenez pas trop voyant que tout semble bien aller. Vous faites savoir que vous êtes pressé, parce que stationné en double file, et qu'il vous téléphone si besoin était. Mais on vous répond avec la même insistance que ce ne sera pas long.

Là, vous commencez à vous impatienter et votre chien aussi. Au bout de 10 minutes, le «docteur» arrive, affable. Il vous explique qu'il aimerait (pour aucune raison évidente) faire un test de la thyroïde de votre animal. Il a constaté quelques irrégularités sur sa peau, dont il a la certitude qu'il n'y a rien de cancéreux ; cependant il voudrait procéder à des tests. Des tests de quoi ? Il vous répond que cela ne prendra que deux minutes.

Vous lui expliquez maintenant agacé, que ce test ne sera pas nécessaire cette jour-ci, et que vous le rappellerez dans la semaine pour fixer un rendez-vous, pensant à la contravention qui vous attend probablement sur votre pare-brise. Alors empressé, il vous demande votre facture disant qu'il faudra donc retirer les frais des tests thyroïdiens qu'il avait déjà prélevés sur votre carte de crédit sans votre autorisation. Vous êtes vert de rage et estomaqué par un tel culot.

Vous exigez que le remboursement soit effectué immédiatement. Ce à quoi le vétérinaire vous répond:

«Non mais vous savez ce qu'on va faire, on va porter le montant au crédit de votre compte, comme ça la prochaine fois ce sera fait.

- Absolument pas», lui rétorquez-vous.

«D'accord», vous répond-il penaud, comme un vendeur de voiture qui vient de rater son coup. Mais il renchérit en vous disant on vous remboursera, allez-y comme vous êtes pressé, on s'occupe de tout. On a toutes vos informations, et on remettra le montant sur votre carte.

Excédé, vous vous efforcez de garder votre calme et lui dites : «Vous allez me créditer le montant immédiatement, ainsi que me donner le reçu du remboursement.»

Fébrilement il s'adresse à ses deux secrétaires tout aussi honteuses que lui. L'une beaucoup plus confuse vous présente platement ses excuses, et s'affaire à l'opération de restitution. Là vous l'entendez murmurer à sa collègue qu'elle n'arrive pas à effectuer le remboursement. Vous la fusillez du regard. Quelques minutes plus tard, elle y parvient. Montant : 187 $. Vous n'en revenez pas! Le vétérinaire dans le fond n'ose plus vous regarder.

Vous ressortez de l'endroit avec le sentiment d'avoir failli vous faire rouler dans la farine, expression qui signifie se faire duper. Un chien lui n'aurait jamais tenté de vous arnaquer, protégeant loyalement vos intérêts. Le clou de cette facture a été de constater un peu plus tard, que pour la même semaine, vous avez été facturé d'un montant de 47,57 $ pour une consultation que vous n'aviez jamais demandée, et dont vous êtes encore en attente d'une justification.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Des croisements entre chiens aux résultats surprenants


Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.

data-href="https://www.facebook.com/HuffPostQuebec" data-send="truedata-width="570"data-show-faces="false"data-font="arial">



Comment connecter son compte HuffPost à Facebook pour pouvoir commenter?