Gabriel Rossi

RECEVEZ LES NOUVELLES DE Gabriel Rossi
 

UFC ou la mort des arts martiaux

Publication: 22/02/2012 00:43

Certains diront que pour se prononcer sur un sujet, il faut une certaine expérience. En plus de quelques combats professionnels en arts martiaux mixtes (MMA) il y a presque dix ans, j'ai eu une brillante carrière en boxe thaïlandaise. J'enseigne les arts martiaux depuis plus de huit ans, j'ai donné des séminaires un peu partout dans le monde et j'ai entraîné des athlètes de niveau olympique. Ceci n'est donc pas une critique dans le simple but de critiquer, mais une opinion valable sur un sujet qui me touche personnellement.

Ce qui m'attire dans les arts martiaux, et dans toutes les autres formes d'arts d'ailleurs, c'est qu'ils agissent sur nous comme un véhicule de valeur puissant. La première et la plus importante des valeurs transmises par les arts martiaux est le Respect, que j'écris ici avec une majuscule. Malheureusement, l'enseignement des arts martiaux plus modernes s'est éloigné beaucoup trop de la tradition, à un point tel que nous les nommons maintenant « sports de combat ».

Je suis loin d'être un puriste qui croit que tous les arts martiaux devraient s'enseigner de la même façon qu'au début du siècle, mais lorsque la tradition impose d'importantes valeurs comme le respect, la discipline, la camaraderie, la persévérance, le courage et l'égalité, nous perdons le cœur de l'art en rejetant cette tradition. C'est ainsi que le UFC nous présente des combats d'arts martiaux mixtes, tout en faisant la promotion d'une violence quasi barbare et de combattants médiocres qui montrent une agressivité inappropriée à l'extérieur du ring.

Laissez-moi détromper un des mythes que nous vend le UFC. Il n'y a pas de haine, d'animosité ou de mépris entre les adversaires. Le combat ne laisse pas de place aux émotions. Une fois dans le ring, l'athlète doit donner une présence physique et mentale ininterrompue à l'action dans lequel il participe. Si l'action est filtrée par une émotivité quelconque, les choix et les réactions de l'athlète perdent de leur rapidité, de leur pouvoir. C'est une des raisons pourquoi la qualité des combats ne cesse de diminuer, alors que le nombre de personnes qui pratiquent ce sport augmente chaque année.

Pour vendre le sport aux amateurs de lutte organisée, les promoteurs du UFC demandent à leurs combattants de s'insulter lors des conférences de presse, d'entretenir de véritables sentiments haineux envers leur adversaire. Une mise en scène ridicule qui rend l'amateur partisan de cette haine. Mais ce sport n'a rien de la lutte organisée, s'il veut se battre au niveau professionnel, l'athlète doit passer par le cadre des arts martiaux où il aura appris le respect, l'humilité et la discipline.

À toutes les pesées officielles auxquelles j'ai participé, je me suis présenté à mon adversaire, nous nous sommes serré la main en plus d'offrir nos souhaits sincères pour qu'il n'y ait pas de blessures. Il est important de comprendre que même si nous nous battons, il s'agit toujours d'un sport avec des athlètes consentants des règles et un arbitre, pas un combat de rue. Croyez-vous que les boxeurs olympiques s'insultent lors de la cérémonie d'ouverture?

Le respect attire le respect et la haine attire la haine. Au Centre Bell, Josh Koscheck s'approche du ring pour affronter le champion du monde: George St-Pierre. Josh est venu se battre dans la ville du champion. Il s'est entraîné toute sa vie afin d'arriver à un niveau de perfectionnement technique, physique et mental, pour qu'un jour il aille la chance de se disputer le titre. Il vient nous offrir un spectacle, il vient se donner en spectacle pour notre divertissement. Il a dû faire un nombre incroyable de sacrifices, sacrifices que l'amateur moyen semble être incapable de concevoir. Alors que Josh avance vers le ring, en signe de gratitude, la foule le hue. Je suis certain que les insultes qu'il a proférées envers George, on lui avait demandé de les dire, ça faisait partie de son contrat, il ne l'aurait pas fait sinon. La preuve, il a passé plusieurs minutes à s'excuser après le combat.

C'est ainsi que le UFC crache sur la base à partir de laquelle s'érigent les arts martiaux : le Respect. Lorsque la base est faible, la construction s'écroule. Le UFC est en train de tuer un sport magnifique pour se mettre plus de dollars dans les poches, la culture de l'argent contre laquelle nos bonnes valeurs ne peuvent rivaliser.

Plusieurs l'ont oublié, mais même si la pratique des arts martiaux est une activité physique, le but ultime reste l'avancement personnel et spirituel, tout comme le yoga et la méditation.

Merci de votre lecture,
Gabriel Rossi