Gabriel Rossi

RECEVEZ LES NOUVELLES DE Gabriel Rossi
 

Jésus de Pâques

Publication: 14/04/2012 09:31

Semaine d'après Pâques. Le chocolat est en spécial dans les pharmacies. Beaucoup de temps a été perdu à faire le lien entre la résurrection de Jésus et l'intérieur des œufs Cadbury. J'ai abdiqué, il n'y en a pas. Le commun des mortels accepterait n'importe quelle raison pour deux jours de congé payé à sucer des oreilles de lapin.

L'an prochain, je propose un compromis : soit qu'on crucifie un lapin, soit qu'on distribue des Jésus en chocolat. Pourquoi pas? On pousse à bout l'absurdité de nos traditions culturelles, avec du chocolat et du sang en prime. En plus, un chef de restaurant renommé pourrait faire un repas luxueux pour une famille catholique défavorisée. C'est bon du lapin. Sinon, on oublie le jour de la marmotte et on se fie à l'archevêque de la paroisse pour le début de l'été. Le jour de Pâques, Jésus ressuscite et sort de sa grotte, s'il voit son ombre, il est bel et bien vivant; fin de l'hiver. Sinon, il faut attendre jusqu'au 21 juin.

Assez déconné, surtout que j'ai dû offusquer tous ceux qui dorment en dessous d'une croix. Et les végétariens. Si c'est le cas, que vous lisez ceci avec les yeux qui coulent de haine, profitez-en pour suivre l'enseignement de votre sauveur et pardonnez-moi.

De plus en plus de gens commencent à se poser des questions sur la valeur spirituelle de leur vie. Ce n'est pas toujours facile, je compatis. La religion a réussi à s'approprié de la spiritualité pour ensuite la dissoudre dans un mélange de superstitions, de politique et de xénophobie. Croyez-moi, l'éveil spirituel se passe à l'extérieur du cadre religieux.

Lorsque j'expose l'absurdité de la religion, je n'enlève rien aux enseignements de Jésus ou de n'importe quel prophète. Même que je dirais à n'importe quel fervent religieux de se tourner vers les enseignements et non vers l'institution. Si Jésus revenait parmi nous, il serait le premier à se dissocier de l'Église, à critiquer ouvertement le Vatican, à promouvoir un style de vie plus simple, moins de technologies et d'écrans, plus de connexions entre humains.

Et qu'est-ce qu'il dirait de l'idolâtrie? Que c'est enfantin, que se placer volontairement sous un autre homme est la meilleure façon de ne jamais accéder à un niveau spirituel supérieur. Vous croyez qu'il serait content de vos crucifix? De se voir cloué, sur le point de mourir, de savoir que ses disciples se souviennent de sa mort et non pas de sa vie.

Et Dieu dans tout ça? Il est en haut, sur son nuage, il nous juge en grattant sa longue barbe blanche. Puis, le jour de l'anniversaire de son fils, il décide si on a été gentil et descend de notre cheminée pour nous donner des cadeaux et manger nos biscuits. Vous comprenez ce qui se passe? Dieu est un gros porc qui achète notre silence et notre docilité avec des cadeaux.

Est-ce que tu crois en Dieu? Une question qui demande de nombreuses précisions. Quelle est ta définition de Dieu? Un homme suprême qui a touché le doigt d'Adam et qui a récité ses commandements à Moïse? Non. L'énergie qui maintient la cohésion à l'intérieur de chaque atome. Le début de la vie et le cœur des étoiles qui brûlent. La réponse à la question sans réponse. Le comment du pourquoi. Oui. Impossible de mettre un visage là-dessus. Michelangelo peignait pour l'Église.

Oui, c'est difficile de vivre dans l'ignorance, de ne pas savoir, de ne pas comprendre. Mais accepter cette inquiétude, cette angoisse, cela vaut cent fois mieux que de prêter sermon à une institution qui prétend connaître les réponses aux grandes questions et qui achète notre soumission. Car s'ils connaissaient vraiment les réponses, pourquoi ont-ils autant besoin de notre argent?

Merci de votre lecture,

Gabriel