Huffpost Canada Quebec
Gabriel Nadeau-Dubois Headshot

Le piège du pétrole québécois

Publication: Mis à jour:

L'écrivaine Susan Sontag s'étonnait en 1965 de l'irresponsabilité d'une société où le désastre qui menace est devenu si banal et si familier qu'on ne prête plus guère attention aux moyens de l'éviter.

L'humanité sait que l'économie actuelle développe une capacité réelle de rendre le monde inhabitable. Chaque jour, cette vertigineuse possibilité se retrouve dans les médias, et les prophètes de ce malheur ne sont pas des hurluberlus, ou des convertis d'une secte d'illuminés. Ce sont pour la plupart des scientifiques.

Tout cela est bien fâcheux, car on ne connaît pas d'autre planète où l'air soit respirable. Au XXIe siècle, l'écologie devrait donc être la question centrale de toute politique économique. Pourtant, il semblerait qu'en haut lieu, tout le monde s'en fout. Ce souci ne figure pas parmi les «vraies affaires». Lors du débat de jeudi dernier, cette indifférence a frisé le ridicule, alors que les chefs des trois partis traditionnels se sont lancés dans une nébuleuse guerre de chiffres au sujet de la création d'emplois.

Pendant ce temps, une question est restée en suspens: dans le contexte de la crise écologique, une telle prospérité économique sera-t-elle même possible? Les conditions environnementales le permettront-elles? Le silence des trois partis traditionnels sur cette question est inquiétant et pourrait se révéler fatal pour l'avenir du Québec.

Ainsi, lors du débat des chefs, la question de l'exploitation du pétrole de schiste sur l'île d'Anticosti a été abordée strictement en termes d'emplois et d'accumulation d'argent, sans tenir compte du fait que sans la nature, rien de tout cela n'aurait de sens. Le débat est bien plus large, et il faut être sérieusement borné pour ne pas le voir...

Bouleversement climatique

Les scientifiques s'entendent unanimement pour dire que la simple consommation du pétrole déjà sorti du sol bouleversera le climat. En ce sens, toute nouvelle exploitation génère en réalité du pétrole «imbrûlable». Il faut donc impérativement laisser les réserves restantes dans le sol, particulièrement celles de pétrole non conventionnel.

Si l'on niait le phénomène des changements climatiques, l'exploitation du pétrole québécois serait plus cohérente. Mais tous les politiciens affectent de s'en inquiéter. Ils admettent la nécessité de sortir de la dépendance au pétrole... en célébrant du même souffle l'exploitation de l'or noir le long du Saint-Laurent!

Cette pirouette intellectuelle, nulle ne la fait mieux que Daniel Breton. Cet ancien écologiste inflexible va jusqu'à affirmer que le développement d'une filière pétrolière bien de chez nous constitue une étape nécessaire vers une diminution de notre dépendance aux hydrocarbures. Rien de mieux, en effet, qu'une bonne cigarette pour arrêter de fumer.

Se lancer dans le développement pétrolier, c'est créer des emplois et développer nos régions autour d'une industrie que nous savons et que nous prétendons vouloir éphémère. On rendrait ainsi la vie des travailleurs et de leur famille solidaire d'une morbide dépendance énergétique. Quelle vision de l'avenir!

Il y a pire. On prédisposerait de cette façon des populations entières à l'irresponsabilité écologique. En effet, dans 10 ou 15 ans, qui voudrait diminuer la production de pétrole s'il en va de sa sécurité matérielle?

Si l'on s'engage dans cette voie, la transition (inévitable, il faut le rappeler) vers une économie verte n'en serait que plus brutale. Il est désolant de voir des partis qui aspirent à gouverner le Québec nier cette évidence. Que faudra-t-il faire pour que les partis traditionnels accordent à la question environnementale l'attention qu'elle mérite? Comme des milliers d'autres jeunes, j'attends de la classe politique qu'elle assume sa responsabilité à cet égard.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Close
Le changement climatique en quelques photos
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée
Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.


> Comment connecter son compte HuffPost à Facebook pour pouvoir commenter?