LES BLOGUES

À la mémoire de Pierre Jean, maître de piste et passionné de cirque

05/02/2016 11:17 EST | Actualisé 05/02/2017 05:12 EST

Jeudi matin, j'avais rendez-vous dans un CLSC afin de discuter de la suite des choses pour mon protégé et ancien artiste de cirque, de théâtre et de vaudeville et surtout, parrain.

C'était prévu depuis la semaine dernière avec le travailleur social, afin de lui assurer les services dont il aurait besoin. La vie est remplie de synchronicité de moments étranges. Pendant que j'étais en rencontre, pour lui, Pierre Jean est décédé, sur le coup de midi.

Comme s'il avait orchestré ce départ, sachant très bien que j'allais accepter de nouveau de m'occuper de lui, pour un dernier tour de piste. Parce que les quatre années passées à le faire n'ont pas été de tout repos, mais elles furent très importantes afin de saisir l'instant présent, de m'arrêter à l'être humain, de m'assurer qu'il existe toujours dans la dignité. Sa vie fut un vaudeville, rempli de rebondissements, tout comme son départ. Il a su tisser de merveilleux liens avec bon nombre de familles circassiennes.

Dès le matin, je savais qu'un événement se produirait. Je l'avais fortement pressenti et en avais même discuté avec ma sœur. Lorsque le téléphone sonna, le travailleur social écoutait, sans dire un mot. Je lui ai dit que Pierre Jean était décédé; il en fut bien étonné.

J'étais stoïque, perturbé... Et la première idée qui me traversa l'esprit fut de raconter un souvenir heureux, un moment de joie, parmi tous ceux partagés, autant dans les tournées que lors de ses passages à la maison, c'est-à-dire pratiquement tous les jours! À la fin des repas, il se transformait en véritable robot, le terrible broyeur humain, dont la tâche consistait à vider nos assiettes.

Il était toujours disposé à faire une blague, épater la galerie. Avec lui, c'était la fête assurée, à tout coup. Nous avons tourné en famille pendant des années avec le Cirque Gatini, c'était l'époque des étés de mon enfance. Toujours en train de créer un personnage, afin de jouer des tours, de créer des situations loufoques dans le quotidien.

Il était de l'équipée avec Gilles Latulippe, Gilda et la troupe du théâtre des Variétés. Il a donné la réplique à Zipper, à M. Popol et à Ti-Nours dans Épopée rock. Dans Symphorien, il côtoyait les vedettes Éphrem, Oscar Bellemare et Mme Sylvain. Il a ensuite piloté sa propre émission Allons au cirque!, pendant trois ans, au milieu des années 1970, pendant les beaux jours de Télé-Métropole.

Depuis, Pierre Jean a chaussé les bottes noires, la redingote rouge et le chapeau haut de forme de M. Loyal, le maître de piste du cirque traditionnel. Et ce, jusqu'en 2009. Il a travaillé avec les cirques Shriners, Tarzan Zerbini, Garden Bros, Gatini, International, Universel, Vegas, le Super Cirque au Centre Bell, bref, il était sans conteste le Monsieur Cirque du Québec.

Il était parfois en forme, mais avait aussi de mauvaises journées, et d'autres où ses troubles de mémoire étaient plus évidents. Sauf que toutes ses histoires du passé, ses aventures invraisemblables à la Baron de Münchhausen...étaient encore toutes fraîches et plausibles.

Lorsque j'ai monté mon spectacle Ifredolini, je lui ai demandé de participer à un tournage, avec sa célèbre interprétation de la fable de Lafontaine, à la manière de Louis de Funès. Malgré la fatigue, il fut le plus professionnel sur le plateau, et s'est allumé comme un enfant en jouant son rôle. C'était en fait pour immortaliser cette performance, pour qu'elle puisse être gravée dans la mémoire collective. Et c'est pourquoi je vous l'offre, pour célébrer la vie, sa vie!

Cher parrain, je te lève mon chapeau haut de forme, l'équipe des Variétés est réunie pour faire de nouvelles blagues...

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Montréal Complètement Cirque

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter