LES BLOGUES

Une solution toute simple à la corruption

Si on dit que la démocratie est le pouvoir du peuple, il revient donc au peuple de se sortir de cette corruption.

12/07/2017 09:00 EDT
maselkoo99 via Getty Images
On peut changer les choses en bonifiant notre système démocratique afin de diminuer significativement les opportunités qu’ont les dirigeants à avoir accès aux situations de corruption.

Il est mis en évidence que la corruption est présente dans plusieurs systèmes qui impliquent la gestion des fonds publics au Québec. Des gestionnaires élus par la population profitent de leur position pour obtenir des redevances personnelles en utilisant des stratagèmes mafieux (abris fiscaux, collusion de surfacturations, bonis de rendement, etc.). Et c'est la population québécoise, celle qui donne année après année près de la moitié de leur salaire, qui en est directement affectée considérant le manque des ressources pour répondre à leurs besoins minimaux (manque de médecin, de juge, de professeur, etc.). Notre système démocratique a plusieurs failles mais la plus importante est celle-là. Des élus profitent du système pour s'enrichir personnellement au détriment des besoins de la population qui semble aujourd'hui s'y résigner.

Il ne faut surtout pas attendre que les leaders politiques trouvent une réelle solution car ils en ont aucun avantage.

Comment se sortir de cette situation ? Si on dit que la démocratie est le pouvoir du peuple, il revient donc au peuple de se sortir de cette corruption. Il ne faut surtout pas attendre que les leaders politiques trouvent une réelle solution car ils en ont aucun avantage. En fait, plus on se résigne, plus on est floués. Moins on agit, plus la corruption s'étendra. Bref, on a ce qu'on mérite dans la mesure où on n'y change rien.

Équipe Ministre-expert

Des solutions existent. On peut changer les choses en bonifiant notre système démocratique afin de diminuer significativement les opportunités qu'ont les dirigeants à avoir accès aux situations de corruption. Une solution pourrait être de préserver le mode d'élection démocratique actuel en élisant des Ministres puis, bonifier le tout en ajoutant un conseil d'experts qui accompagne le conseil des Ministres. A chaque Ministre est associé un expert. On parle alors d'une nouvelle équipe décisionnelle « Ministre-expert » dont chaque partie détient 50% du pouvoir décisionnel en matière de dépense des fonds publics. Toutes les discussions entre Ministre et expert qui implique la dépense de fonds des électeurs serait publique, ouverte et transparente. La vraie transparence qui assure la vraie justice. Seule l'entente entre les parties permettrait d'ouvrir les coffres de l'État, ou plutôt nous devrions dire les coffres du Peuple car seule la population y est totalement propriétaire.

Loin de paralyser les activités de gouvernance, cette nouvelle structure décisionnelle augmenterait considérablement l'efficacité de l'État en diminuant les problèmes de corruption, en augmentant la richesse de la population et en bonifiant le rapport qualité-prix des services publics rendus. Finis les Divas Michaëlle de ce monde. Diva a besoin d'un nouveau piano, d'une nouvelle moquette et de changer des angles de ses murs d'appartement à Paris pour un demi-million de dollars ? L'expert convaincra le décideur élu que cela ne va pas dans l'intérêt des propriétaire payeurs (la population). Un débat pourra se faire entre le Ministre et son expert (rapports écrits accessible à tous), débat suite auquel une décision sensée qui ira dans l'intérêt public sera prise. C'est alors que Michaëlle sera freinée dans son excentricité et révisera ses besoins en fonction du mandat pour lequel elle a été élue.

Légitimité des experts

La question la plus importante ici est de savoir comment seront sélectionné ces experts avec lesquels les dirigeants devront s'entendent. Les experts devront démontrer leurs compétences en matière de contenus (liés au mandat du Ministre) et surtout leur niveau d'intégrité en matière personnelle. Dans le cas Michaëlle, l'expert qui accompagnera le Ministre responsable de la langue devra démontrer des compétences dans ce domaine (niveau d'étude supérieure, réalisations diverses, recherche internationale, etc.) ainsi qu'une intégrité reconnue par plusieurs de ses pairs et par des évaluations standardisées et des tests validés (entrevue structurée, test de compétences, test de personnalité, test lié au développement moral, etc.). La crème de la crème en matière de compétence, d'intégrité et d'humanisme.

En conclusion

Vous trouvez cela utopique ? La réelle utopie est de laisser un gouvernement décider de notre avenir alors que ce dernier ne nous représente pas tout à fait, car il a été élu par 30% des québécois qui ont voté (soit près de 60% de la population). En somme, nous somme dirigés par une équipe de Ministres élue par environ 20% de la population totale du Québec. Ça c'est de l'utopie pure et dure !

Vous trouvez que cette nouvelle structure fera exploser les coûts ? A combien estimez-vous les coûts de la corruption actuelle ?

Vous trouvez que cette nouvelle structure fera exploser les coûts ? A combien estimez-vous les coûts de la corruption actuelle ? Des dizaines de milliards en évasion fiscale et en surfacturation des services publics (ou contrat sans appel d'offre aux amis du partie), cette sur facturation qui assure la ristourne dans les poches des gestionnaires. En fait, jamais une nouvelle structure de gestion n'arrivera à surpasser les coûts de la corruption actuelle.

Vous avez d'autres solutions ? Exprimez-vous. Cette nouvelle équipe ministre-expert pourrait faire toute une différence dans votre vie. Une vie réellement liée à une structure démocratique bonifiée où l'argent investi est reconnu nous appartenir et est effectivement profitable à tous.

LIRE AUSSI
»
Inondations: des centaines de Montréalais se présentent à la consultation publique
» Les administrateurs indépendants du CUSM démissionnent en bloc
» Guillaume Lavoie quittera la politique municipale en novembre