LES BLOGUES

La paperasse: de lourdes conséquences

Les entrepreneurs en construction sont pris à la gorge avec toute la paperasse administrative qu'ils doivent remplir afin de répondre aux nombreuses exigences gouvernementales.

21/10/2017 08:00 EDT
BernardaSv via Getty Images
Jusqu'à maintenant, les efforts ont donné des résultats dans les secteurs visés.

Tôt ou tard, nous devons tous composer avec la paperasse. Bien souvent, la première fois, c'est la fameuse déclaration fiscale. Ou bien un formulaire pour une demande de subvention, une reddition de compte pour tel ministère, un formulaire médical, etc. Personne n'aime la paperasse, c'est un fait. Bien que de nos jours, la paperasse se fait de plus en plus en ligne, grâce aux nouvelles technologies et aux logiciels, il reste néanmoins beaucoup de chemin à faire dans certains secteurs. Parlez-en aux entrepreneurs en construction et en rénovation résidentielles.

Des entrepreneurs pris à la gorge

Selon un récent sondage que l'APCHQ a réalisé auprès des entrepreneurs en construction, le constat est clair : ils sont essoufflés et pris à la gorge avec toute la paperasse administrative qu'ils doivent remplir afin de répondre aux nombreuses exigences gouvernementales. Il faut rappeler que les entreprises en construction sont en très grande majorité composées de cinq employés ou moins. Ce sont donc des PME qui ne peuvent compter sur le support d'un département de comptabilité!

Près de la moitié des répondants ont aussi déclaré que dans leur entreprise, 20 % du temps dans une semaine était alloué uniquement à la paperasse. C'est une journée complète de travail! Les conséquences? Principalement sur la productivité et la rentabilité de leur entreprise : un entrepreneur qui passe une journée par semaine à remplir de la paperasse, il ne la passe pas sur ses chantiers. Et pour plusieurs, ce fardeau nuit à leur qualité de vie : si ce n'est pas pendant une journée de semaine, c'est souvent les soirs ou les fins de semaine qu'ils arrivent à prendre le temps de remplir la paperasse, au lieu d'être avec leur famille. Voici, en chiffres, les principales incidences négatives engendrées par le fardeau administratif :

  • temps personnel et familial compromis (93 %)
  • baisse de motivation du dirigeant (90 %)
  • baisse de la productivité (89 %)
  • baisse de la rentabilité (87 %)
  • frein à la croissance de l'entreprise (85 %)

Les organismes publics : place à l'amélioration

Le sondage demandait aussi aux entrepreneurs d'évaluer la performance des organismes gouvernementaux liés à la construction en ce qui a trait à l'allègement réglementaire. Ils devaient notamment livrer leurs perceptions quant aux actions de ces organismes.

Les organismes visés étaient les suivants :

  • Commission de la construction du Québec (CCQ)
  • Régie du bâtiment du Québec (RBQ)
  • Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST)
  • Revenu Québec
  • Registraire des entreprises

Je n'entrerai pas trop dans les détails, mais pour ce qui est de la CCQ, de la CNESST et de Revenu Québec, il y a là un fort mécontentement des entrepreneurs. La très très grande majorité d'entre eux considèrent que les efforts faits par ces organismes pour alléger leur fardeau face à la paperasse sont nettement insuffisants.

Le mécontentement envers la RBQ est moindre, mais c'est surtout le cas du Registraire des entreprises qui est intéressant. En effet, celui-ci est noté positivement par les entrepreneurs. Pourquoi? Depuis les dernières années, le Registraire des entreprises a fait des efforts pour simplifier ses actions en matière de paperasse, et cela a porté fruit!

Le gouvernement : un pas dans la bonne direction

Le gouvernement du Québec a annoncé tout récemment, à la fin septembre, la révision de sa Politique gouvernementale sur l'allègement réglementaire et administratif ainsi que la mise sur pied, il y a quelques jours, d'un chantier sur le commerce de détail afin d'alléger le fardeau imposé aux entreprises de ce secteur.

Jusqu'à maintenant, les efforts ont donné des résultats dans les secteurs visés.

Jusqu'à maintenant, les efforts ont donné des résultats dans les secteurs visés. Un nouveau ministre responsable de ce dossier a été nommé lors du remaniement le 11 octobre dernier et nous espérons fortement qu'il poursuivra le travail entrepris par sa prédécesseure.

Nous sommes convaincus qu'un chantier sur l'industrie de la construction est la voie à privilégier. Parce que pour plusieurs organismes publics liés à cette industrie, le statu quo n'est plus possible!

Les billets de blogue les plus lus sur le HuffPost