LES BLOGUES

Devenir propriétaire, est-ce toujours possible?

13/06/2016 08:45 EDT | Actualisé 14/06/2017 05:12 EDT

Devenir propriétaire de sa maison est pour plusieurs un accomplissement en soi, un peu comme l'obtention d'un premier diplôme, d'une première voiture ou d'un emploi dans son domaine. Mais est-ce toujours possible pour les jeunes ménages québécois d'acheter leur première maison?

Il faut tout d'abord se demander s'ils souhaitent devenir propriétaires. Selon une récente enquête de la firme Léger portant sur l'immobilier au Québec, près de la moitié des répondants âgés de 18 à 34 ans prévoient acheter une résidence principale au cours des cinq prochaines années. Et pourquoi? Les principales raisons évoquées sont de ne plus être locataires, d'avoir une meilleure qualité de vie et de profiter d'un investissement à long terme.

Un chemin parsemé d'embûches, dont la mise de fonds

C'est une bonne nouvelle de constater qu'il y a toujours un intérêt des jeunes ménages en ce qui concerne l'accession à la propriété. Toutefois, plusieurs obstacles peuvent se dresser devant eux et les empêcher d'aller de l'avant: leur situation financière, personnelle ou professionnelle, ainsi que leur manque d'épargne.

Selon l'enquête, parmi les jeunes qui prévoient acheter une propriété prochainement, un sur quatre considère que l'accumulation d'une mise de fonds insuffisante constitue un obstacle, et seulement quatre sur dix économisent depuis un an ou moins pour constituer leur mise de fonds. Ce qui peut expliquer en partie cette situation, c'est la hausse du prix des maisons au début des années 2000. À cette époque, la mise de fonds initiale était d'environ 5 500 $, alors qu'elle est passée à plus de 13 000 $ en 2010. Ce n'est pas rien, surtout que l'on parle du minimum exigé (5 %)! Si l'on ajoute les frais de départ (taxe de bienvenue, notamment), la situation est encore plus difficile.

Les jeunes ménages ont donc peu de marge de manœuvre et la possibilité d'une hausse à court ou moyen terme du prix des habitations ou des taux hypothécaires pourrait les empêcher de réaliser leur rêve.

Que faire pour aider les jeunes ménages?

Il est néanmoins possible, pour un certain nombre de jeunes, d'accéder à la propriété. Reste qu'il faudrait fournir des outils pour aider ceux qui ont actuellement de la difficulté à y accéder. Je sais, je me répète, mais je tiens à le rappeler: seulement 61 % des ménages du Québec sont propriétaires, alors que la moyenne des provinces canadiennes se situe à 70 %. Nous sommes d'ailleurs la seule province à être en bas de 70 % de ménages propriétaires.

Voici quelques idées qui pourraient favoriser l'accession à la propriété. L'une d'elles serait d'instaurer un Régime d'accession à la propriété (RAP) intergénérationnel dans lequel les parents pourraient aider leurs enfants en leur transférant une partie de leur REER, et ce, sans pénalité. J'avais également suggéré, dans un billet de blogue précédent, de diminuer la période d'amortissement du prêt hypothécaire de 30 à 25 ans et de l'adapter aux différentes régions du pays, permettant ainsi à plusieurs jeunes ménages d'accéder à la propriété, tout en ayant un peu de marge de manœuvre pour rembourser leur prêt hypothécaire.

Devenir propriétaire, est-ce toujours possible? Oui, mais il faut être conscient de la difficulté qu'ont plusieurs jeunes familles à y parvenir. Les quelques idées proposées sont des pistes de solutions pour que les Québécois soient plus nombreux à être propriétaires.

Qu'en pensez-vous?

DU MÊME AUTEUR

>La mérule pleureuse: vous ferez plus que pleurer si vous la croisez!

>Pour un retour du prêt hypothécaire sur 30 ans

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

La «plus belle maison du Canada» en vente pour 19,5 millions $ (PHOTOS)

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter