François Roy

RECEVEZ LES NOUVELLES DE François Roy
 

Vivre dans un taudis: l'autre visage de la crise du logement au Québec

Publication: 19/07/2013 00:05

Vivre dans des taudis: l'autre visage de la crise du logement pour des centaines de ménages à faible revenu du Québec

On se souvient de la crise du logement qui a frappé l'ensemble des régions du Québec au début des années 2000, durant laquelle la pénurie de logements a contribué à rendre plus difficile l'accès des locataires à un logement, ainsi que du spectacle désolant de familles à la rue. Avec la légère amélioration des taux d'inoccupation, cette crise du logement serait, pour plusieurs, chose du passé. Si l'on doit se réjouir de voir moins de familles à la rue, doit-on pour autant en conclure que celle-ci est réellement terminée?

En fait, pour ceux et celles qui, comme moi, œuvrent au quotidien auprès des mal-logés, la question ne se pose pas. Cette crise demeure entière. Elle a tout simplement changé de visage. Elle touche aujourd'hui une catégorie de gens en particulier: les plus pauvres. Dans l'impossibilité de se trouver un logement adéquat, plusieurs de ces ménages plus vulnérables acceptent trop souvent des logements impropres à l'habitation.

Le recensement de 2006 révélait qu'au Québec, 112 755 logements locatifs avaient besoin de réparations majeures. Il s'agit de 8,9 % des appartements. En 2001, ce nombre était de 95 875, représentant 7,7 % des logements. Selon la Corporation des propriétaires immobiliers du Québec, ce problème serait plus grave encore avec un taux de 30 % du parc de logements. Malheureusement, ce phénomène va continuer à s'aggraver compte tenu du vieillissement de ce parc et du fait que celui-ci est de plus en plus délaissé par les propriétaires. Les organismes qui soutiennent les mal-logés, comme Logemen'occupe en Outaouais, constatent qu'une grande partie de ces logements ont des problèmes de structure, d'infiltration d'eau, de moisissures, d'isolation, de chauffage, d'équipement sanitaire, de vermine (souris, rats, raton laveur), d'insectes (punaises de lit, acariens, coquerelles), etc.

Au cours des dernières années, un nombre important d'études ont démontré les impacts de la qualité du logement sur la santé physique et mentale des occupants. Un grand nombre de maladies sont également associées aux problèmes des moisissures.

En 1976, le Canada et le Québec ont adhéré au Pacte international sur les droits économiques, sociaux et culturels qui mettait en œuvre une série de droits, dont celui «de toute personne à un niveau de vie suffisant pour elle-même et sa famille, y compris une nourriture, un vêtement et un logement suffisants [...]». Le Comité des droits économiques, sociaux et culturels de l'ONU, chargé de veiller au respect du Pacte et d'en préciser le contenu, indiquait en 1991 qu'il convient d'interpréter ce droit au logement comme «le droit à un lieu où l'on puisse vivre en sécurité dans la paix et la dignité». En 1986, la Charte d'Ottawa pour la promotion de la santé considérait le fait de pouvoir se loger comme étant une condition indispensable à la santé. La qualité d'un logement est maintenant reconnue comme un enjeu d'importance lorsque l'on aborde le thème de la santé des populations. Au Québec, le Programme national de santé publique 2003-2012 fixa, entre autres, un objectif qui stipule qu'il faut réduire la morbidité et la mortalité reliées à la mauvaise qualité de l'air intérieur ainsi que l'insalubrité dans les logements.

Beaucoup de locataires mal-logés choisissent de déménager plutôt que de continuer à habiter dans un logement dangereux pour leur santé et leur sécurité. Si certains ménages locataires arrivent à améliorer leur sort, le problème des taudis demeure entier puisque, faute d'être condamnés par les autorités publiques, ces logements infects sont rapidement reloués à d'autres ménages démunis qui vont y aménager. Faute de trouver mieux, plusieurs autres locataires sont contraints de rester dans leur taudis.

Pour contrer ce phénomène, une dizaine de municipalités seulement se sont dotées d'un règlement sur la salubrité des logements. Il s'agit de Montréal, Québec, Gatineau, Longueuil, Trois-Rivières, Sherbrooke, Granby, Saint-Hyacinthe, Rimouski et Châteauguay. En dépit de cela, de manière générale, tous les organismes d'aide aux mal-logés impliqués dans ces municipalités voient le nombre de demandes relatives aux problèmes de logement augmenter. Force est donc d'observer que ces codes sont inefficaces ou bien mal appliqués ou encore parce qu'il n'y a pas de réelle volonté politique de s'attaquer véritablement à ce fléau. Pour les 1100 autres municipalités sans Code du logement comme Laval, la situation est pire. Les locataires aux prises avec des logements en mauvais état sont tout simplement laissés à eux-mêmes, n'ayant aucun recours auprès de leur municipalité.

Afin de corriger cette aberration, l'ensemble des groupes membres du RCLALQ et du FRAPRU réclament depuis plusieurs années déjà que le gouvernement du Québec adopte un code provincial type d'habitabilité définissant des normes suffisantes quant à l'entretien, la salubrité et la sécurité des logements et l'obligation que les municipalités intègrent à leurs pratiques les obligations prévues par le code. Cette revendication est également l'une des principales recommandations de la Commission populaire itinérante sur le droit au logement initié par le FRAPRU dont le rapport a été rendu public le 20 mars dernier.

Malgré l'état de la situation, Sylvain Gaudreault, l'actuel ministre responsable de l'habitation refuse de soutenir l'adoption d'un tel code sous prétexte qu'il s'agit d'une responsabilité municipale. Il soutient la même position que Laurent Lessard, son prédécesseur qui fut également ministre responsable du logement sous le gouvernement Charest.

Pour avoir abordé la chose avec ces deux ministres ainsi qu'avec le PDG de la SHQ, John Mackay, et Marc Bureau, maire de Gatineau et président du caucus des maires des grandes villes du Québec, je crois que les vrais motifs qui freinent réellement l'adoption d'un tel code provincial sont plutôt d'ordre économique que juridictionnel. Les autorités politiques savent très bien que l'adoption et une application rigoureuse d'un code national de salubrité (qui s'imposerait à l'ensemble des municipalités du Québec) provoqueraient un déferlement important de ménages sans logis et nécessiteraient la mise en place d'une série de mesures sociales pour les aider à se reloger rapidement et convenablement. À court terme, cela supposerait de réactiver et bonifier le programme d'aide aux ménages sans logis qui avait été mis de l'avant au début des années 2000 jusqu'en 2006 dans plusieurs municipalités du Québec et une bonification substantielle du programme AccèsLogis, le programme dédié à la réalisation de logement social.

La mise en place de telles mesures nécessiterait des déboursés que le gouvernement du Québec n'est pas disposé à faire, «déficit zéro» et programme néolibéral d'austérité budgétaire obligent. Avec des propos à peine voilés, on préfère voir ces ménages continuer à vivre dans ces logements infects au lieu de mettre en place une série de mesures visant à améliorer leurs conditions de bien-être comme lui commande le Programme national de santé publique. Comment comprendre une telle orientation budgétaire lorsqu'il est démontré que chaque dollar investi en logement social équivaut à une économie de deux dollars en frais de santé?

La crise du logement est une manifestation directe de l'aggravation des inégalités sociales. Au terme de ses travaux, les commissaires de la Commission populaire itinérante sur le logement sont venus à la conclusion que la violation du droit au logement des plus vulnérables de notre société est tout simplement inacceptable puisque cette négation entraîne également celle de plusieurs autres droits humains fondamentaux. Pour contrer cette dérive inadmissible dans un pays aussi riche que le nôtre, ils recommandent, entre autres, que le gouvernement du Québec adopte rapidement une politique nationale d'habitation et un ensemble de mesures publiques pour corriger le tir, dont l'adoption d'un code national de salubrité. Nous ne pouvons qu'être en parfait accord avec cette série de recommandations.

À cela, il m'apparaît aussi approprié d'y ajouter la remise en place et la bonification du programme d'aide d'urgence aux ménages sans logis ou mal-logés afin que ceux-ci puissent rapidement améliorer leur situation et retrouver une certaine dignité. Alors que le gouvernement Marois s'apprête à faire adopter, à l'automne prochain, une Politique de lutte à l'itinérance où l'accès à un logement convenable et abordable sera l'un des enjeux centraux de cette future politique, il nous apparaîtrait incohérent que le ministre Gaudreault ne soutienne pas rapidement la mise en place de telles mesures qui s'inscrivent tout à fait dans les orientations de lutte à l'itinérance souhaitées par le présent législateur et fort possiblement par l'ensemble des autres partis présents à l'Assemblée nationale.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Loading Slideshow...
  • Déficit zéro reporté

    Nicolas Marceau annonce un <a href="http://quebec.huffingtonpost.ca/2013/11/28/quebec-deficit-equilibre-budgetaire-mise-a-jour-economique_n_4354386.html" target="_blank">déficit de 2,5 milliards $ pour le Québec</a>. Le gouvernement du Québec est dans l'obligation de reporter de deux ans le retour à l'équilibre budgétaire, prévu en 2013-2014, en raison de la situation économique précaire. (Radio-Canada)

  • Rapport de la commission Duceppe

    La Commission nationale d'examen sur l'assurance-emploi a rendu public son rapport, contenant <a href="http://quebec.huffingtonpost.ca/2013/11/27/assurance-emploi-gilles-duceppe_n_4351813.html" target="_blank">30 recommandations</a> pour « atténuer les effets les plus négatifs » de la réforme de l'assurance-emploi, entamée par le gouvernement fédéral en 2012 (Radio-Canada.ca)

  • Loi 14

    Diane De Courcy <a href="http://quebec.huffingtonpost.ca/2013/11/14/de-courcy-loi-14_n_4276486.html" target="_blank">saborde le projet de loi 14</a> sur la Charte de la langue française. La ministre responsable, Diane De Courcy, a préféré saborder le projet de loi plutôt que de vider de sa substance la réforme promise par le Parti québécois (PC)

  • PKP à Hydro-Québec

    Pierre Karl Péladeau a été <a href="http://quebec.huffingtonpost.ca/2013/04/17/pierre-karl-peladeau-presidera-le-c-a-dhydro-quebec_n_3100251.html" target="_blank">nommé à la tête du conseil d'administration d'Hydro-Québec</a>. Il est entré en poste à la mi-mai. Pauline Marois a déclaré qu'elle continuera d'associer étroitement l'homme d'affaires Pierre Karl Péladeau à son <a href="http://quebec.huffingtonpost.ca/2013/10/10/pauline-marois-defend-presence-pierre-karl-peladeau-electrification_n_4077958.html" target="_blank">projet d'électrification des transports.</a>

  • Commission Ménard

    Les audiences de la <a href="http://quebec.huffingtonpost.ca/2013/08/30/commission-menard-printemps-erable_n_3843296.html" target="_blank">Commission d'examen des événements du printemps 2012</a> ont débuté en septembre 2013. Serge Ménard a indiqué en octobre qu'il serait <a href="http://quebec.huffingtonpost.ca/2013/10/21/commission-menard-audiences_n_4135191.html" target="_blank">impossible de produire un rapport en l'espace de quelques semaines</a> sur des heurts s'étant échelonnés sur une période de plusieurs mois dans plusieurs villes du Québec (Radio-Canada)

  • Hausse des taxes scolaires

    Les compressions du budget Marceau ont entraîné une baisse de revenus de 200 millions $ pour les commissions scolaires. Celles-ci ont en retour imposé une hausse des taxes scolaires. Après deux mois de silence, la première ministre s'est finalement élevée contre cette nouvelle hausse de taxe, <a href="http://quebec.huffingtonpost.ca/2013/09/16/aux-commissions-scolaires_n_3936197.html" target="_blank">en exigeant que les commissions scolaires trouvent un autre moyen d'absorber ces compressions</a>.

  • Charte des valeurs

    Le <a href="http://quebec.huffingtonpost.ca/2013/09/10/quebec-charte-valeurs-quebecoises-neutralite-religieuse_n_3900140.html" target="_blank">dévoilement de la Charte des valeurs québécoises</a> par le ministre Bernard Drainville a lancé un vaste débat dans la société québécoise. En plus de diviser la population, la Charte a avivé les tensions entre les communautés culturelles et les Québécois «de souche».

  • BPC à Pointe-Claire

    Fin août, <a href="http://quebec.huffingtonpost.ca/2013/08/27/matieres-contaminees-pointe-claire_n_3825344.html" target="_blank">l'entreposage illégal de matières contaminées aux BPC dans la municipalité de Pointe-Claire</a> a été rendu public. Le ministère de l'Environnement connaissait la situation depuis le printemps, mais n'avait pas avisé la population environnante. Des garderies se trouvent notamment à proximité du site de l'entreprise Les équipements de puissance Reliance. Le gouvernement a par la suite réagi promptement, <a href="http://quebec.huffingtonpost.ca/2013/09/16/bpc-pointe-claire_n_3937011.html" target="_blank">prenant le contrôle du site</a> après de nombreux avertissements émis à l'entreprise.

  • Lac-Mégantic

    La réaction du gouvernement Marois à la tragédie de Lac-Mégantic, et plus particulièrement celle de la première ministre, a été encensée par tous les observateurs. En plus d'être présent sur le terrain, le gouvernement Marois a débloqué rapidement <a href="http://quebec.huffingtonpost.ca/2013/07/11/lac-megantic-semaine-memoire-victimes_n_3579072.html" target="_blank">un plan d'aide de 600 millions $</a> pour aider la petite localité à se relever de la tragédie.

  • Nominations partisanes

    Le gouvernement Marois a essuyé de nouvelles critiques à la suite de la <a href="http://quebec.huffingtonpost.ca/2013/04/10/sylvain-simard-saq_n_3056306.html" target="_blank">nomination de l'ex-ministre Sylvain Simard</a> à titre de président du conseil d'administration de la Société des alcools du Québec. Cette nomination fait suite à celles d'André Boisclair à titre de délégué du Québec à New York et de Gilles Duceppe à la tête d'une commission, qui avaient également été décriées.

  • Modifications à l'aide sociale

    Les <a href="http://quebec.huffingtonpost.ca/2013/03/02/aide-sociale--quebec-modifie-ladmissibilite-a-certaines-prestations_n_2796245.html" target="_blank">modifications au régime de l'aide sociale</a> annoncées par la ministre Agnès Maltais ont donné lieu à de nombreuses manifestations. La ministre a finalement <a href="http://quebec.huffingtonpost.ca/2013/04/09/aide-sociale-agnes-maltais-bonification-personnes-seules_n_3046591.html" target="_blank">bonifié</a> son offre, <a href="http://quebec.huffingtonpost.ca/2013/04/11/manifestations-changements-aide-sociale_n_3059215.html" target="_blank">sans réussir à calmer la grogne</a>.

  • Recul sur les coupes en recherche

    Le 13 février 2013, le gouvernement Marois a <a href="http://quebec.huffingtonpost.ca/2013/02/13/coupes-en-recherche-marois-recule_n_2676872.html" target="_blank">reculé dans sa volonté de couper de 63 millions$</a> le montant investi dans le secteur de la recherche. Finalement, les compressions s'élèveront à 36,5 millions$ L'initiative avait soulevé un tollé parmi les chercheurs qui ont lancé une campagne-choc.

  • Pauline Marois en mission à Davos

    Pauline Marois <a href="http://quebec.huffingtonpost.ca/2013/01/23/pauline-marois-davos-debut-mission_n_2532638.html">explique que sa présence à Davos s'inscrit dans la «stratégie économique»</a> de son gouvernement, à savoir de faire croître les investissements étrangers. Québec tente depuis longtemps d'attirer des investissements en misant sur sa première richesse naturelle, l'hydroélectricité.

  • «Notre home»: une chanson pour tisser des liens

    Le gouvernement du Québec <a href="http://quebec.huffingtonpost.ca/2013/01/17/notre-home-jean-francois-lisee-chanson-anglophones-francophones_n_2498823.html">accorde une somme de 20 000 $ pour appuyer une tournée et une chanson</a> hip hop bilingue qui fait la promotion du rapprochement entre jeunes anglophones et francophones du Québec.

  • Plus de fermeté à l'égard des récidivistes

    Le gouvernement Marois <a href="http://quebec.huffingtonpost.ca/2013/01/16/alcool-au-volant-quebec-recidivistes_n_2485599.html">se dit fermement déterminé à serrer la vis aux récidivistes de l'alcool au volant</a>. Dorénavant, le véhicule du fautif sera confisqué dans tous les cas, et retiré définitivement au contrevenant s'il s'agit d'une troisième infraction ou davantage.

  • Rembourser Montréal pour les manifs

    La Coalition avenir Québec accuse le gouvernement péquiste de <a href="http://quebec.huffingtonpost.ca/2013/01/10/reaction-caq-remboursement-manifestations_n_2450407.html">punir la capitale en refusant de payer le million de dollars</a> demandé par la Ville de Québec pour défrayer les coûts des services policiers engendrés par les manifestations étudiantes du printemps dernier. Sherbrooke et Gatineau ont, elles aussi, obtenu une fin de non-recevoir du ministère de la Sécurité publique.

  • Contribution maximale à 100$

    Dorénavant,<a href="http://quebec.huffingtonpost.ca/2013/01/01/la-contribution-maximale-_n_2392359.html"> le maximum permis de contribution à un parti, à un député indépendant ou à un candidat indépendant autorisé est de 100 $</a>. Il s'agit là d'un volet de la loi modifiant la loi électorale qui vise à réduire les contributions par électeur, à diminuer le plafond des dépenses électorales et à rehausser le financement public des partis politiques. Le montant des dépenses électorales permises pendant une élection générale a également été réduit, il passe de 11,5 millions $ à 8 millions $. Le projet de loi 2 du PQ a été adopté le 6 décembre à l'Assemblée nationale.

  • La consigne restera à cinq cents

    Le Parti québécois applique les freins sur une promesse formulée par le Parti libéral il y a quelques mois: <a href="http://quebec.huffingtonpost.ca/2012/12/21/consigne-canettes-quebec_n_2340401.html">il ne fera pas passer de 5 à 10 cents la consigne des canettes</a> de bière et de boissons gazeuses — pour l'instant, du moins.

  • 22 conseillers culturels à Montréal

    Maka Kotto a convoqué, à Montréal, tous ses conseillers en poste à l'étranger, et ce pendant une semaine aux frais des contribuables. <a href="http://quebec.huffingtonpost.ca/2012/12/11/maka-kotto-visite-montreal_n_2279605.html">La décision controversée du ministre de la Culture</a> a été prise sans véritable justification et contre l'avis de ses hauts fonctionnaires, en pleine période de compressions. La visite aura coûté au bas mot plus de 64 000 $.

  • La nomination de Nicolas Girard à la tête de l'AMT fait jaser

    <a href="http://quebec.huffingtonpost.ca/2012/09/26/nicolas-girard-amt_n_1917572.html">La nomination de l'ancien député péquiste</a> Nicolas Girard au poste de président-directeur général de l'Agence métropolitaine de transport (AMT) fait sursauter les partis d’opposition, qui dénoncent une nomination partisane. En décembre, <a href="http://quebec.huffingtonpost.ca/2012/12/10/caq-demande-la-demission-nicolas-girard-amt_n_2272468.html">la CAQ reviendra à la charge</a> en demandant la démission de M. Girard après que Paul Côté, l’ex-directeur par interim de l’agence, eut été nommé directeur adjoint.

  • La loi 1 sur l'intégrité est adoptée

    <a href="http://quebec.huffingtonpost.ca/2012/12/07/adoption-loi-1-integrite-assemblee-nationale_n_2260195.html">Cette loi a été la première annoncée par Pauline Marois</a> en novembre, après son arrivée au pouvoir. La loi 1 prévoit que, pour soumissionner sur des appels d'offres du secteur public, les entreprises et leurs sous-traitants devront obtenir un «certificat de bonnes moeurs» qui atteste de leur probité.

  • Le Québec entend se doter de son propre registre des armes à feu

    Dans une déclaration en Chambre et à l'occasion du 23e anniversaire de la tuerie de l'École Polytechnique, le ministre de la Sécurité publique, Stéphane Bergeron, a exprimé<a href="http://quebec.huffingtonpost.ca/2012/12/06/registre-des-armes-a-feu-quebec_n_2250051.html"> l'intention ferme du gouvernement du Parti québécois de prendre le relais d'Ottawa</a> dans ce dossier.

  • Les partis s'entendent sur le placement syndical

    Le gouvernement péquiste, le Parti libéral et la Coalition avenir Québec en sont venus à<a href="http://quebec.huffingtonpost.ca/2012/12/07/fin-placement-syndical_n_2256054.html"> une entente pour régler le vide dans lequel se trouve le système de placement de la main-d'oeuvre</a> sur les grands chantiers de construction. La loi qui abolit le placement syndical est en vigueur, mais le nouveau Service de référence de la main-d'oeuvre de l'industrie de la construction n'entrera en vigueur qu'en septembre 2013.

  • André Boisclair renonce à son poste de sous-ministre

    Admettant qu'elle avait sous-estimé la nécessité de changement dans la façon de gouverner, la première ministre Pauline Marois annonce qu'<a href="http://quebec.huffingtonpost.ca/2012/12/06/boisclair-renonce_n_2249764.html">elle a convenu avec André Boisclair qu'il abandonnera sa permanence dans la fonction publique</a>. La double nomination dont avait bénéficié M. Boisclair avait suscité la controverse. En plus de son poste de délégué général du Québec à New York, M. Boisclair avait aussi été nommé sous-ministre adjoint.

  • Québec veut resserrer la loi 101

    Le gouvernement dépose <a href="http://quebec.huffingtonpost.ca/2012/12/05/modification-loi-101_n_2243301.html">son projet de loi 14 modifiant la Charte de la langue française</a> et la Charte des droits et libertés de la personne. Le projet de loi fait de l'usage du français un droit inclus dans la Charte québécoise des droits et libertés et modifie les obligations de certaines entreprises. La loi 101 ne sera par ailleurs pas imposée aux cégeps. Les écoles passerelles ne seront pas abolies, mais les critères d'admission seront resserrés.

  • Pauline Marois nomme Blanchet à l'Environnement

    Après moins de trois mois au pouvoir, la première ministre <a href="http://quebec.huffingtonpost.ca/2012/12/04/breton-blanchet-hivon-remaniement-ministeriel_n_2237136.html">Pauline Marois a déjà remanié légèrement son conseil des ministres</a> en nommant le député de Johnson, Yves-François Blanchet, ministre du Développement durable et de l'Environnement pour succéder à Daniel Breton. Elle a aussi ramené au cabinet la députée de Joliette, Véronique Hivon, qui occupera ses anciennes fonctions de ministre déléguée aux Services sociaux et à la Protection de la jeunesse, auxquelles elle avait dû renoncer temporairement pour des raisons de santé.

  • Budget adopté de justesse

    <a href="http://quebec.huffingtonpost.ca/2012/11/30/adoption-budget-gouvernement-marois_n_2219133.html">Le gouvernement minoritaire de Pauline Marois a survécu</a>, mais de justesse, à un premier test alors que <a href="http://quebec.huffingtonpost.ca/2012/11/20/gouvernement-quebec-cure-minceur-ministeres_n_2167550.html">le budget Marceau</a> a été adopté par une seule voix de majorité à l'Assemblée nationale. Après 25 heures d'étude, les parlementaires ont voté sur le budget, et 49 élus péquistes se sont prononcés en faveur, 48 députés de l'opposition ont voté contre et il n'y a eu aucune abstention. Au moment du vote, il y avait en Chambre 97 députés sur une possibilité de 125.

  • Daniel Breton démissionne

    Le passage au gouvernement de Daniel Breton aura duré 71 jours. Rattrapé par des loyers impayés et des infractions au code de la route,<a href="http://quebec.huffingtonpost.ca/2012/11/29/daniel-breton-demissionne-de-son-poste-de-ministre-de-lenvironnement_n_2211352.html"> le militant écologiste a dû renoncer à ses fonctions</a> de ministre de l'Environnement. M. Breton a été au centre de nombreuses controverses, notamment à la suite <a href="http://quebec.huffingtonpost.ca/2012/11/15/demission-breton_n_2137654.html">d'allégations d'ingérence dans les activités du Bureau d'audiences publiques en environnement</a> (BAPE).

  • Marois avec le Conseil de la fédération

    Pauline Marois participe à <a href="http://quebec.huffingtonpost.ca/2012/11/23/les-premiers-ministres-halifax_n_2174990.html">son premier Conseil de la fédération</a> à Halifax, sous le thème de l’économie. Elle annonce, entre autres, qu’un comité sera chargé d'évaluer si le Québec tirerait avantage d'un projet d'oléoduc, projet qui permettrait à l'Alberta d'acheminer du pétrole des sables bitumineux jusqu'à Montréal.

  • Hydro-Québec, Loto-Québec et la SAQ devront contribuer

    <a href="http://quebec.huffingtonpost.ca/2012/11/20/quebec-supprime-2000-post_n_2167515.html">Dure journée pour Hydro-Québec:</a> le gouvernement Marois ordonne à la société d'État de supprimer 2000 postes et réduit substantiellement la hausse tarifaire décidée en 2010 par les libéraux. Québec demande également des efforts à Loto-Québec et à la Société des alcools (SAQ).

  • Un sommet sur l'enseignement supérieur

    À l'issu du Sommet sur l'enseignement supérieur, qui s'est tenu les 25 et 26 février 2013, le gouvernement a adopté l'indexation annuelle de 3% des droits de scolarité.

  • Discours inaugural et lutte contre la corruption

    La première ministre Pauline Marois <a href="http://quebec.huffingtonpost.ca/2012/10/31/discours-inaugural-marois_n_2051339.html">promet de faire un grand ménage</a> et de ramener l'intégrité à tous les niveaux de l'administration publique.

  • Visite en France

    Mme Marois effectue <a href="http://quebec.huffingtonpost.ca/2012/10/14/pauline-marois-visite-france_n_1965148.html">une visite de travail en France</a>, où elle rencontre notamment le président, François Hollande. Il ne s'agit pas d'une visite officielle (faite en alternance), mais plutôt d'une prise de contact entre le nouveau pouvoir socialiste et les souverainistes fraîchement élus.

  • Marois refuse de rencontrer le président Kabila

    La première ministre du Québec est en République démocratique du Congo (RDC), où a lieu le 14e Sommet de la francophonie. <a href="http://quebec.huffingtonpost.ca/2012/10/11/pauline-marois-refus-rencontre-president-kabila_n_1959230.html">Mme Marois rejette tout entretien privé avec l'hôte de la rencontre</a>, le président Joseph Kabila, en raison de son sombre bilan en matière de droits de la personne.

  • Recul sur la taxe santé et les impôts rétroactifs

    <a href="http://quebec.huffingtonpost.ca/2012/10/10/nicolas-marceau-pq-taxe-sante-_n_1955613.html">Le gouvernement choisit de ne pas abolir la taxe santé,</a> mais plutôt de la rendre progressive, et cela à partir de 2013. Au chapitre de l'impôt des particuliers, le ministre des Finances Nicolas Marceau abandonne l'idée de hausser de façon rétroactive les impôts des mieux nantis.

  • La hausse des droits de scolarité est annulée et Gentilly-2 sera fermée

    La première ministre <a href="http://quebec.huffingtonpost.ca/2012/09/20/pauline-marois-annulations-frais-scolarite-gentilly_n_1901406.html">annule, par décret, la hausse des droits de scolarité</a> décidée par l'ancien gouvernement libéral. Par ailleurs, la première ministre réaffirme l'engagement du Parti Québécois de procéder à la fermeture de la centrale nucléaire Gentilly-2.

  • Gaz de schiste: non pour toujours

    À peine nommée ministre des Ressources naturelles, Martine Ouellet n'attend pas la première séance du conseil des ministres pour donner son opinion. L'<a href="http://quebec.huffingtonpost.ca/2012/09/20/non-gaz-de-schiste-pq-martine-ouellet_n_1900869.html">exploitation des gaz de schiste ne sera jamais sécuritaire</a>, selon elle. Elle réserve ainsi un enterrement de première classe à la position du gouvernement libéral précédent.

  • Présentation du Conseil des ministres

    <a href="http://quebec.huffingtonpost.ca/2012/09/19/conseil-des-ministres-pauline-marois_n_1898299.html">En ce 19 septembre 2012, le nouveau gouvernement péquiste est formé.</a> Il est toutefois bien loin d'atteindre l'objectif de parité, avec 23 ministres, dont huit femmes et 15 hommes.

 
Suivre Le HuffPost Québec