LES BLOGUES

Quand notre cerveau déprime

21/05/2015 09:25 EDT | Actualisé 21/05/2016 05:12 EDT

Tout le monde sait que la dépression est un trouble de l'humeur. Mais alors, pourquoi certaines personnes déprimées peuvent être irritables ou apathiques plutôt que tristes? La dépression est bien plus qu'un trouble de l'humeur. C'est une panne de plusieurs systèmes du cerveau.

Les stresseurs importants déclenchent des émotions négatives (déception, tristesse, peur, irritation) qui nous mobilisent pour trouver des solutions ou pour s'adapter (changer nos habitudes, mieux prévoir les coups ...). Mais quand on atteint les limites de l'adaptation, des états émotifs plus durables peuvent nous envahir tel que l'épuisement, le deuil, les blues ou la dépression). La dépression frappe souvent les personnes vulnérables (personnes âgées, seules, démunies ...). Mais elle frappe aussi ceux qui ont tendance à amplifier le stress parce qu'ils sont impatients, impulsifs, anxieux ou susceptibles. Selon nos fragilités, les stresseurs peuvent dérégler plusieurs systèmes cérébraux différents et déclencher une dépression.

1) L'attachement: La dépression est souvent similaire au deuil lié à la perte d'un être cher, un manque douloureux qui rappelle les symptômes de sevrage d'une drogue.

Comme le manque, les sentiments de tristesse ou de vide et le besoin criant d'amour et de réconfort sont liés à des perturbations du système d'attachement. Ce système est aussi impliqué dans la dépendance aux drogues comme l'héroïne et les opiacés. Les stress d'attachement comme les deuils, les séparations et les déracinements provoquent facilement des dépressions. S'ennuyer de ses enfants ou de son conjoint est la version plus bénigne de ce sentiment de manque. Mais parfois, on ne sait pas de quoi on manque et on construit des interprétations (ex.: «Ma vie manque de sens»). On cherche à combler ce vide (par le travail, le sport, la télé, la fiction, les fantasmes...) . Ou encore on cherche à l'exprimer. Cette sensibilité extrême a inspiré de nombreux auteurs et artistes. Les personnes qui ont des peurs de l'abandon exagérées (anxiété de séparation, personnalité limite) sont fortement sujets à la dépression. Parfois, le blues survient quand on sort d'un stress, d'un effort soutenu ou d'une maladie qui structurait notre vie et qui contribuait à notre identité (perdre sa raison d'être). L'écoute, l'amitié et la chaleur humaine combattent la dépression parce qu'elles réduisent le sentiment de manque.

2) La douleur: Dans la dépression, le manque est souvent accompagné d'une détresse psychologique qui peut ressembler à une torture insoutenable et qui peut conduire aux idées suicidaires. Le système de douleur du cerveau s'emballe comme dans certaines douleurs chroniques. Dans certains cas les traitements anti-douleur peuvent soulager la dépression.

3) L'assurance: Plusieurs stresseurs nous rappellent que nous ne sommes pas invincibles (maladies graves, échecs, rebuffades, intimidation, humiliation, catastrophes naturelles, conflits, insécurité ...). Ces stresseurs peuvent provoquer une perte d'assurance ou de combativité (doutes, hésitation à foncer, auto-critique). Dans la dépression, le système de fierté ou d'assurance se met souvent en mode soumission comme si on devait soudainement s'adapter à la misère à la souffrance ou à la défaite. On peut ressentir des niveaux irréalistes de honte ou de culpabilité, ou vivre de véritables hallucinations émotives de dévalorisation ou de grande fragilité. On amplifie les signes qui confirment notre auto-évaluation négative comme nos erreurs et nos défauts. Le regard des autres est anticipé comme négatif, ce qui favorise l'isolement et la non-affirmation. Le virage négatif du système d'assurance se répand aussi à nos évaluations des situations, on devient pessimiste à outrance, on a une perte d'espoir («Pourquoi se battre si on va tous crever?») La perturbation de l'assurance contribue aussi à l'indécision chronique d'une personne qui a subi un choc ou à la crise existentielle d'un adolescent qui se sent à part. Les succès, les encouragements et la reconnaissance combattent la dépression parce qu'ils réduisent la tempête dans le système d'assurance.

4) La motivation: On a tous eu des petites pannes de motivation ou d'intérêt. Un environnement démotivant ou conflictuel qui conduit à l'épuisement, à une perte d'enthousiasme et d'inspiration. La dépression, elle, fausse nos signaux de valeur, elle réduit le plaisir anticipé et la fierté d'accomplir quelque chose et elle exagère notre évaluation des efforts nécessaires, ce qui conduit souvent à l'apathie («Bof, ça ne vaut pas la peine»). Les personnes déprimées peuvent voir comme une montagne le simple fait de ranger la vaisselle ou de sortir du lit. La motivation peut aussi fluctuer entre l'apathie et l'inspiration euphorisante (manie). Ces fluctuations peuvent être étendues sur plusieurs mois (maladie bipolaire) ou sur quelques jours. La motivation est aussi touchée chez les personnes désillusionnées ou désabusées. La baisse de motivation a des coûts humains et économiques astronomiques. Elle affecte l'ambition et le gout du risque, les bases de l'innovation et de l'amélioration de notre sort. Les sources de l'épuisement motivationnel et les personnes qui en sont atteintes devraient être la première priorité des employeurs. La passion et l'inspiration des autres peuvent améliorer l'épuisement motivationnel.

5) L'irritabilité: On oublie trop souvent qu'une personne irritable peut être déprimée et que sous les élans désagréables se cache souvent de la souffrance. L'irritabilité peut même être le signe prédominant de la dépression chez les enfants et chez les hommes. Plusieurs râleurs chroniques pleurent des idéaux ou des attentes déçues et certains restent fâchés pendant des décennies envers tout ce qui ne va pas comme ils le souhaiteraient. L'irritabilité et les colères sont liées à un système d'agressivité défensive qui est hypersensible aux stresseurs y compris les contrariétés ou les déceptions.

6) L'anxiété: Les préoccupations excessives et l'hypersensibilité au stress sont des compagnes fréquentes de la dépression qui peuvent l'entretenir. L'anxiété nous fait aussi éviter des situations qui pourraient atténuer notre souffrance comme les événements sociaux, les échanges humains ou les petits efforts jugés trop stressants. L'anxiété est liée à l'activité du système de peur qui entretient des boucles d'idées inquiétantes. La réactivité émotive excessive peut aussi entretenir la dépression en biaisant nos pensées (dramatiser, généraliser, sauter aux conclusions).

7) Le Google du cerveau: Manque de concentration, oublis, perte d'imagination, les moteurs de recherche du cerveau sont aussi affectés dans la dépression et leurs ratés contribuent à nous faire sentir dysfonctionnel. Les difficultés cognitives peuvent en outre nous faire oublier nos buts, nous priver de nos idées et de notre imagination, ou nous faire perdre de la cohérence.

8) Les fonctions corporelles: La dépression affecte souvent les fonctions vitales comme l'appétit (ex.: perdre 10 kg en 3 semaines), le sommeil (ex.: se réveiller trop tôt), la libido et même les réponses immunitaires (résistance aux infections, aux cancers...). En plus, un dérèglement immunitaire peut affaiblir les systèmes émotifs du cerveau et faire apparaitre la dépression. De nombreuses pathologies (infections virales, troubles métaboliques...) favorisent la dépression en affectant le système immunitaire. Plusieurs maladies dégénératives qui perturbent les réponses immunitaires du cerveau (Alzheimer, Parkinson...) commencent par une dépression. Même lors d'un évènement heureux comme un accouchement, les réponses immunitaires peuvent interagir avec les perturbations hormonales et les fragilités pour déclencher une dépression.

La dépression est un des problèmes de santé qui a le plus d'impact négatif sur notre vie. Elle est plus handicapante que bien des handicaps physiques, mais comme elle moins visible, elle attire moins l'empathie (ex.: «Pourquoi il/elle ne se prend pas en main?»).

Trop de personnes doivent la subir pendant des années, car les traitements actuels sont souvent d'une efficacité limitée. On sait que l'exercice physique améliore nettement la motivation et l'assurance. Ce traitement naturel réduit la sensibilité au stress et l'inflammation et il favorise le rétablissement métabolique des neurones. On sait aussi que les proches ont un rôle capital pour panser notre détresse et nos manques, mais aussi en nous aidant à réévaluer nos capacités et nos réactions. Un jour on pourra évaluer la fragilité de différents systèmes du cerveau chez un individu et peut-être développer des interventions ciblées ou même prévenir la dépression. L'espoir fait vivre.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Cerveau : le saviez-vous ?

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter