LES BLOGUES

La faiblesse des arguments pour le véganisme

20/12/2016 08:18 EST

Certaines personnes prônent de façon insistante l'idée que l'être humain n'est plus obligé de consommer de produits d'origine animale pour subvenir à ses besoins nutritionnels. Par la publication de livres et au cours de conférences, elles font la promotion du véganisme, un régime très restrictif où l'on doit non seulement se priver de viande, mais aussi de tout produit animal, y compris le lait et les œufs. L'achat de cuir est proscrit, et certains véganes vont même jusqu'à refuser d'utiliser un couteau qui a déjà servi à couper de la viande.

La santé, l'éthique ou l'environnement justifient-ils un régime composé seulement de plantes ? Revue d'un argumentaire végane.

L'argument de la santé

Les études scientifiques montrent que les véganes sont généralement plus minces et ont un taux de cholestérol et une pression sanguine moins élevés que la moyenne, ce qui réduit leurs risques de maladies cardiaques. Il faut tenir compte du fait que c'est seulement une corrélation : comme le remarque une étude de 2014, il est possible que les véganes soient en meilleure santé sur certains aspects parce qu'ils ont un mode de vie en général plus sain que la moyenne des gens.

Par contre, le véganisme (aussi appelé végétalisme lorsqu'il ne concerne que l'alimentation) augmente les risques de carences nutritionnelles, particulièrement en ce qui concerne les vitamines B12 et D, le calcium et les omega-3. Certaines carences ne peuvent être détectées avant l'apparition de symptômes de troubles neurologiques. À moins de consommer des aliments artificiellement enrichis de ces nutriments, la consommation de suppléments est nécessaire.

Des carences en fer et en zinc ont également été observées chez les véganes, l'absorption de ses deux minéraux par l'organisme humain étant plus difficile lorsque leur origine n'est pas animale. Il n'est pas exclu qu'un régime végétalien puisse entraîner à long terme de l'anémie, de l'ostéoporose et des troubles neurologiques.

Alors qu'il existe un bon nombre d'études sur le végétarisme, peu d'études ont été effectuées sur le végétalisme. La différence entre les deux types de régimes est pourtant importante, car contrairement au végétalien, le végétarien ne se prive que de la viande proprement dite et pas nécessairement d'œufs ou de lait, ce qui réduit grandement les risques de carences en vitamine B12. Un plus grand nombre d'études sur les végétaliens est nécessaire pour avoir un portrait clair de leur état de santé à long terme.

De plus, la plupart des études sur les végétaliens ont porté sur un nombre de sujets insuffisant et sur une période de temps trop courte pour que ces études aient une grande valeur scientifique. Il est donc pour l'instant impossible de tirer des conclusions définitives concernant tous les risques que pose l'adoption d'un régime strictement végétalien pour la santé, d'autant plus qu'il n'existe aucune étude sérieuse sur les effets du végétalisme sur la santé à très long terme.

Il n'y a donc pas de consensus scientifique sur la sécurité du végétalisme, quoi qu'en disent les associations nationales de diététiciens. S'il n'y a pas de consensus parmi les scientifiques, il demeure donc un risque raisonnable. Pourquoi les gens devraient-ils prendre le moindre risque pour leur santé ?

L'argument moral

Voyons maintenant l'argument moral : faire souffrir un animal serait immoral, sauf en cas d'extrême nécessité. L'interdiction morale d'utiliser des animaux si cela les fait souffrir, comme la plupart des jugements moraux, est très difficile à fonder rationnellement.

À moins d'être un psychopathe comme Patrick Bateman dans American Psycho, nous sommes tous d'accord avec l'idée qu'il ne faut pas faire souffrir inutilement les animaux. Mais comme l'écrit Jérôme Lafond dans Lady boucherie, la plupart des gens ne savent pas à quel point les animaux nous sont utiles. Les produits comme les crèmes pour la peau et le dentifrice contiennent de la glycérine, obtenue à partir du suif. On retrouve du gras animal dans les crayons de couleur, les craies, diverses encres et dans les explosifs. Avec l'ossature, on fabrique des boutons, des manches en os, de la colle et des fertilisants. Avec les intestins, on fabrique les ligatures chirurgicales. Enfin, de nombreux produits pharmaceutiques tirent leur origine des bovins, comme l'héparine extraite des poumons de l'animal, qui aide à la coagulation du sang, ou aux glandes à partir desquelles on extrait l'insuline et l'adrénaline.

Les véganes avancent aussi l'argument que si on évite de faire souffrir sans nécessité un être humain parce qu'il a intérêt à ne pas souffrir, on devrait, par souci d'équité, éviter de faire souffrir sans nécessité les animaux. La prémisse de cet argument est fausse : ce n'est pas parce qu'ils ont intérêt à ne pas souffrir qu'on évite de faire souffrir les êtres humains. On ne fait pas souffrir inutilement les êtres humains parce que des siècles de philosophie morale et politique nous ont amenés, pour la bonne marche de la société, à choisir pour tous une égale dignité, quel que soit l'état ou la condition de chacun. Ce n'est certainement pas la capacité de ressentir de la douleur qui fonde la reconnaissance des droits, car nous reconnaissons aux personnes atteintes d'insensibilité congénitale à la douleur avec anhidrose (une anomalie génétique rare qui fait que la peau du patient ne possède pas de cellules réceptrices de la douleur), les mêmes droits qu'on accorde à tous les membres de l'espèce humaine.

Cette considération renverse également l'argument « végane » qui affirme qu'il n'est pas cohérent d'accorder plus de droits à un être humain handicapé qu`à une espèce animale qui serait plus intelligente que cet individu. On ne peut comparer un individu à une espèce. Je sais bien que la notion d'espèce ne représente qu'un nuage de moyennes statistiques, mais dans le cas de l'être humain, la différence entre le phénotype d'un humain et celui d'un chimpanzé est suffisamment grande pour éviter toute confusion dans la distinction entre l'humain et le non-humain.

Quoi qu'il en soit, l'argument est inacceptable parce qu'il repose sur une fausse analogie : l'argument présuppose en effet que faire souffrir un animal est identique au fait de faire souffrir un être humain. Le respect qu'on éprouve naturellement pour nos semblables, on ne l'éprouve pas naturellement pour tous les animaux et il est impossible de la commander, car on ne peut exiger de personne qu'il éprouve un sentiment.

Il y a bien sûr des humains qui ne respectent pas leurs semblables et c'est la raison pour laquelle l'État impose des peines pour forcer tous les humains, même ceux qui n'éprouvent pas de bienveillance naturelle envers leurs semblables, à respecter des lois permettant le bon fonctionnement de la société. Les lois servent à gérer des problèmes d'action collective.

Les animaux ne font pas partie de la société, car ils ne ressemblent pas suffisamment aux humains pour que ce qui s'applique aux humains puisse aussi s'appliquer aux animaux. Qui accepterait de considérer comme des personnes les rats qui envahissent son appartement ?

L'argument environnemental

Il est vrai qu'une diminution de la consommation de viande correspond en général avec une diminution de la pollution et du gaspillage de ressources. Je dis bien en général, car l'effet positif pour l'environnement dépend de ce qui est consommé comme substitut et d'où provient ce substitut.

80 % de la production mondiale d'amandes provient de la Californie, une région durement frappée par la sécheresse. Si l'on tient compte de la rareté de l'eau en Californie, est-il vraiment écologique de remplacer le lait de vache produit au Québec (là où l'eau est moins rare) par le lait d'amandes ? Les bovins permettent de transformer le fourrage en nourriture pour les humains. Bien qu'il faille absolument éviter le surpâturage, dans les régions du monde où les terres ne peuvent produire que du fourrage, ces régions où toute autre forme d'agriculture entraînerait une plus grande désertification des terres, n'est-il pas plus écologique de manger de la viande ?

Il faut aussi tenir compte du fait qu'au Québec, il est difficile d'être végane et de consommer majoritairement des produits locaux. Importer des aliments cause de la pollution en raison du transport, nuit à notre agriculture nationale et accapare des terres de pays en voie de développement qui devraient servir à nourrir leur propre population.

Même s'il est vrai que produire des végétaux pollue généralement moins que produire de la viande, cet argument ne justifie pas l'abstention complète de la viande prescrite par le végétalisme. L'argument justifie de façon suffisante une réduction de la consommation de viande, d'œuf et de produits laitiers, mais il est insuffisant pour justifier une abstinence complète. En effet, de seulement réduire sa consommation de viande peut suffire pour faire sa juste part pour protéger l'environnement.

Conclusion

Tout bien considéré, l'abstention complète de viande n'est rationnellement justifiée par aucun des arguments que nous avons évalués. Le végétalisme apparaît comme un extrémisme moral qui ne tient pas suffisamment compte des données empiriques actuellement disponibles.

Références

P. CLARYS, T. DELIENS, I. HUYBRECHTS, et coll, Comparison of Nutritional Quality of the Vegan, Vegetarian, Semi-Vegetarian, Pesco-Vegetarian and Omnivorous Diet, Nutrients, 2014;6(3):1318-1332.

W. HERRMANN, H. SCHORR, K. PURSCHWITZ, F. RASSOUL, V. RICHTER, « Total homocysteine, vitamin B12, and total antioxidant status in vegetarians », Clinical Chemistry, 47 (2001), pp. 1094-1101.

W. J. CRAIG, « Health effects of vegan diets », The American Journal of Clinical Nutrition, May 2009 vol. 89 no. 5.

T. J. KEY, P. N. APPLEBY, M. S. ROSELL, « Health effects of vegetarian and vegan diets », Proceedings of the Nutrition Society, Volume 65, no 1, February 2006, pp. 35-41.

G. FRASER, « Risk factors and disease among vegans », in G. FRASER ed. Diet, life expectancy, and chronic disease, Studies of Seventh-day Adventists and other vegetarians, New York, Oxford University Press, 2003, pp. 231-239.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

10 restaurants où manger végétarien à Montréal

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter