LES BLOGUES

L’ignorance de la logique peut conduire à l'injustice

Apprendre à bien argumenter, c'est se donner les moyens d'oser enfin réfléchir par soi-même.

11/10/2017 09:00 EDT
Getty Images/Caiaimage
Les théories scientifiques et philosophiques comme nos opinions doivent toujours céder devant celles qui sont justifiées par de meilleurs arguments.
La science fonctionne. Les avions volent. Les tapis et balais magiques ne volent pas. Richard Dawkins

Il est essentiel de connaître les règles de l'argumentation rationnelle pour argumenter de façon convaincante. Il y a en effet de grands avantages à formuler et à reconnaître de bons arguments.

Dans sa vie personnelle, une personne peut par exemple devoir faire un choix de programme d'études et avoir besoin de bons arguments pour prendre la meilleure décision. Au travail, une autre personne pourrait avoir à argumenter pour négocier avec son employeur de meilleures conditions de travail. Tout citoyen se doit de savoir bien argumenter pour décider à qui donner son vote lors d'une élection.

La vie nous réserve de même des malheurs qui conduisent inévitablement à nous poser des questions. Qu'est-ce que l'existence ? Y a-t-il une réalité surnaturelle ? Qu'est-ce qu'une bonne vie ?

Que ce soit pour obtenir une augmentation de salaire ou pour trouver la meilleure réponse à ces questions existentielles, il faut savoir comment développer sa capacité à argumenter. À moins qu'on se satisfasse de croire n'importe quoi...

Apprendre à bien argumenter, c'est se donner les moyens d'oser enfin réfléchir par soi-même.

Bien sûr, argumenter sur des questions existentielles comme La vie vaut-elle la peine d'être vécue ? ou Qu'est-ce qu'une vie réussie ? est une chose très difficile, car il est toujours possible qu'un meilleur argument vienne bouleverser nos croyances. Cependant, il vaut mieux affronter les questions qui nous hantent que les esquiver en s'accrochant aux réponses toutes faites de la religion et aux préjugés de la société. Apprendre à bien argumenter, c'est se donner les moyens d'oser enfin réfléchir par soi-même.

Respecter les règles de l'argumentation ne va pas empêcher de penser librement. Au contraire, cela donne du sens à ce que nous pensons. Comme disait le philosophe allemand Emmanuel Kant, « [e]t ainsi la liberté dans la pensée finit par se détruire elle-même quand elle va même jusqu'à procéder indépendamment des lois de la raison. » Ceux qui ignorent les lois de la raison s'empêchent de réfléchir, car ils ne croient pas à la possibilité d'améliorer leurs opinions, étant incapables, par ignorance, de le faire eux-mêmes. Parmi ces gens-là, certains croient qu'il faut s'abstenir de juger les opinions des autres, car elles sont soit toutes également vraies, soit toutes également fausses. D'autres encore pensent que seule leur opinion est vraie et tentent de l'imposer aux autres.

On appelle relativistes ceux qui croient que toutes les opinions sont également vraies. Le relativisme est l'opinion selon laquelle il n'existe pas d'opinions absolument vraies et que, par conséquent, toutes les opinions se valent.

L'incapacité à penser par soi-même, de plus en plus répandue, dans notre société, conduit à oublier qu'il est possible de remettre en question ses croyances et celles des autres.

Il existe une version naïve de relativisme. L'incapacité à penser par soi-même, de plus en plus répandue, dans notre société, conduit à oublier qu'il est possible de remettre en question ses croyances et celles des autres. Ne pas critiquer les idées des autres est souvent perçu comme une forme de respect, mais ce respect est en réalité une intolérance à la remise en question. C'est qu'en fait, on ne tolère pas la critique et la remise en question de ses propres opinions si on croît que chacun à raison de croire ce qu'il veut. Nous avons le droit de penser ce que nous voulons, mais cette liberté de penser ne veut pas dire que nos opinions sont toutes valables pour autant : sans connaître la médecine, pouvons-nous avoir une opinion médicale qui vaut autant que celle d'un médecin ? Le relativisme est aussi une doctrine épistémologique qui soutient qu'il n'existe pas de critères objectifs permettant de juger la réalité et que, par conséquent, toute affirmation dépend d'un point de vue personnel. Certains vont jusqu'à dire qu'il n'existe pas de rationalité universelle et que ce qui nous semble raisonnable n'est que la construction du cerveau humain. D'autres relativistes, influencés par la pensée du philosophe français Michel Foucault, vont dire que la science n'est qu'un discours parmi d'autres et que la science n'a pas à être jugée supérieure au « discours religieux » ou au « discours philosophique ». Bref, pour un relativiste, tous les discours se valent et le scientifique n'aurait pas plus raison que le religieux.

Une telle opinion est fausse, car le relativisme, qu'il soit naïf ou épistémologique, est une théorie logiquement incohérente. Est-il absolument vrai qu'il n'existe pas d'opinion absolument vraie ? Si tel est le cas, alors il est faux de dire qu'il est absolument vrai qu'il n'existe pas d'opinions absolument vraies. Ainsi, il existe au moins une opinion absolument vraie, en l'occurrence la doctrine relativiste, qui, si elle s'avère, se détruit d'elle-même. Le relativisme est une doctrine qui se contredit. Le relativisme fait mourir la pensée : si tout est vrai, il ne sert à rien de remettre ses opinions en question pour tenter de les améliorer.

Les théories scientifiques et philosophiques comme nos opinions doivent toujours céder devant celles qui sont justifiées par de meilleurs arguments.

De plus, le fait que les connaissances humaines soient incertaines et aient constamment besoin d'être révisées ne suffit pas à justifier le relativisme, car il n'est pas raisonnable d'exiger la certitude dans la plupart des domaines, sauf, par exemple, en mathématiques où elle est en principe possible. Que les philosophes et les scientifiques soient toujours en train de réviser leurs théories ou même de les remplacer par d'autres ne signifie en rien que toutes les théories sont également vraies. Les théories scientifiques et philosophiques comme nos opinions doivent toujours céder devant celles qui sont justifiées par de meilleurs arguments.

Un argument doit être jugé acceptable si une personne raisonnable peut difficilement s'y opposer. Mais certaines affirmations sont si évidentes qu'il serait absurde de vouloir les fonder. On peut penser ici aux principes fondamentaux de la logique, comme le principe de non-contradiction. En effet, si certains principes n'ont jamais pu faire l'objet d'une déduction ultime, c'est peut-être justement parce que ces principes sont si fondamentaux qu'ils échappent à toute tentative de fondation. Supposer que n'est vrai que ce qui a fait l'objet d'une fondation explicite est présomptueux.

Le relativisme est une doctrine potentiellement dangereuse, car il peut conduire, par exemple, à faire croire que les droits universels de la personne (universalité qui justifie la reconnaissance de l'égalité entre les sexes et l'égalité entre toutes les orientations sexuelles, par exemple) ne sont que des normes culturelles qui n'ont pas à être respectées partout dans le monde. Autrement dit, le relativisme pourrait inciter à tolérer l'idée qu'il peut être acceptable de battre sa femme ou de pendre les homosexuels. Une injustice intolérable!

Les billets de blogue les plus lus sur le HuffPost