LES BLOGUES

L’éthique de ceux qui osent juger

Juger les croyances des autres n'est pas un manque de respect.

03/10/2017 09:00 EDT
Getty Images
Ceux qui osent juger sont ceux qui savent qu'ils n'ont pas toujours raison, mais qui désirent apprendre.
La vérité est rarement pure et jamais simple. Oscar Wilde

Pourquoi vaut-il la peine de critiquer ? Ceux qui osent juger les opinions des autres ne manquent-ils pas de respect ? Il vaut la peine de critiquer les croyances parce qu'il est possible de les améliorer. Depuis trois siècles, les progrès de la science nous prouvent que l'intelligence humaine est capable de s'approcher d'une compréhension de plus en plus exacte du fonctionnement de la nature. Les progrès de la médecine sont là pour attester de la capacité de l'être humain à développer des connaissances fiables s'il se donne la peine d'étudier le corps humain avec méthode et rigueur. Les croyances d'un médecin d'aujourd'hui sur le fonctionnement du corps humain sont meilleures que celles d'un médecin du Moyen Âge. C'est la même chose pour les opinions politiques. Ceux qui savent ce qui s'est passé dans le régime communiste de l'URSS et qui en tiennent compte dans leur critique de l'idéologie communiste ont une bien meilleure opinion que ceux qui ignorent ces faits. Lorsqu'on prend la peine de chercher des informations avec sérieux, on parvient à de meilleures croyances, des croyances qui correspondent davantage à la réalité.

Ceux qui osent juger sont ceux qui savent qu'ils n'ont pas toujours raison, mais qui désirent apprendre

Juger les croyances des autres n'est pas un manque de respect envers quiconque. Une personne raisonnable accepte le fait de ne pas tout savoir et admet que certaines réponses à nos questions s'approchent plus de la vérité que d'autres. Ceux qui osent juger sont ceux qui savent qu'ils n'ont pas toujours raison, mais qui désirent apprendre. Savoir comment distinguer les bons arguments des mauvais permet le développement d'une attitude d'ouverture à la discussion. À son tour, apprendre à argumenter permet, en plus de défendre ses intérêts, d'améliorer sa capacité à juger ses croyances et celles des autres.

Le devoir de justification

Une personne raisonnable s'impose de respecter un devoir de justification. Nous avons le devoir envers nous-mêmes et envers autrui de justifier nos croyances par de bons arguments. (Reprise dans plusieurs manuels de philosophie du collégial, l'idée d'une éthique de l'argumentation vient de T. Edward Damer, Attacking Faulty Reasoning, A pratical guide to fallacy-free arguments, Wadsoworth Cengage Learning [1980], 2005 p. 9-12)

Le respect de son interlocuteur

Lorsqu'on critique les idées d'un opposant, jusqu'à quel point faut-il les interpréter de façon charitable ? Comment résister à la tentation de caricaturer ? Dans Intuition Pumps and Other Tools for Thinking (WW Norton, 2013), le philosophe américain Daniel Dennett nous propose de critiquer les idées des autres en suivant une méthode inspirée du psychologue Anatol Rapoport :

1. Présentez les idées de votre opposant si clairement et si objectivement que son auteur pourrait vous dire : « Merci, j'aurais aimé pouvoir exprimer moi-même mes idées de cette façon. »

2. Mentionnez tous les éléments avec lesquels vous êtes en accord [surtout s'il s'agit d'idées peu populaires ou marginales].

3. Mentionnez tout ce que vous avez appris grâce à votre adversaire.

4. C'est seulement à ce moment que vous pouvez vous permettre de faire des critiques négatives.

Apprendre de ses erreurs

Dennett affirme qu'une des caractéristiques de l'être humain est sa capacité de réfléchir sur ses erreurs. Il peut se demander pourquoi telle idée lui est apparue intéressante et pourquoi elle s'est révélée finalement plus ou moins acceptable. Il faut savoir faire preuve d'humilité et accepter de remettre en question nos positions et parfois même nos convictions les plus profondes. Il faut accepter de changer d'avis lorsqu'on nous présente des positions qui résistent mieux à l'évaluation rationnelle que les nôtres. Quand vous faites une erreur, analysez-la aussi impitoyablement et aussi froidement que possible. Essayez de développer l'étrange habitude de savourer vos erreurs en prenant plaisir à découvrir ce qui vous a fait errer. Mais ce n'est pas encore suffisant. Vous devez même vous exposer volontairement à faire des erreurs afin de multiplier les occasions d'apprendre. Les scientifiques vont plus loin encore : ils exposent volontairement leurs erreurs au grand jour en publiant les résultats de leurs travaux !

Les billets de blogue les plus lus sur le HuffPost