LES BLOGUES

L'islamisme au Canada: sortons-nous la tête du sable!

01/07/2016 10:54 EDT | Actualisé 01/07/2016 10:55 EDT

Malgré les attentats terroristes qui se succèdent, une certaine gauche autoproclamée inclusive continue de croire que l'islamisme ne menace pas le Canada. Elle nous répète ad nauseam que même si les Frères musulmans vivent leur religion comme un prosélytisme politique en Égypte, les musulmans du Canada vivent leur religion de manière communautaire, sans faire du signe religieux une expression du djihad islamique.

La majorité des musulmans du Canada vivent certes leur religion sans en faire un prosélytisme politique, mais c'est loin d'être le cas de tous les musulmans. Il ne faut pas généraliser abusivement et mettre tous les musulmans dans le même tas. Pourquoi les musulmans adeptes de l'idéologie des Frères musulmans, dès qu'ils touchent le sol québécois, renonceraient-ils à leur raison d'être, l'instauration de la charia? Imposer la charia au monde est leur raison d'être. La peur que la critique de l'islam vire à la xénophobie généralisée est telle que certains intellectuels sont prêts à nier la réalité. C'est comme dire que la mafia ne pourrait jamais s'installer au Québec par crainte de racisme envers la communauté italienne.

Vous croyez que ceux qui sonnent l'alerte ne font que propager la haine, car il n'y a pas de raison d'être alarmé?

Et pourtant...

  • À la Mosquée de Montréal, on a trouvé en 2015 de la propagande faisant l'apologie de la charia, du terrorisme palestinien et des attentats-suicides. L'organisation exploite aussi une école primaire subventionnée dans le même immeuble.
  • L'Association musulmane du Canada (AMC) et l'Islamic Society of North America (ISNA) détiendraient des propriétés abritant sept lieux de culte et quatre écoles privées à Montréal, Sherbrooke et Trois-Rivières. Ces deux réseaux islamistes sont soupçonnés de financer des groupes terroristes. Depuis plus de 12 ans, l'AMC a multiplié les achats de propriété à Montréal.
  • D'après Vincent Larouche du journal La Presse, l'un des groupes qui se réclament des Frères musulmans au Canada est l'Association musulmane du Canada. Ses locaux à Saint-Laurent abriteraient l'école Dar Al-Iman. Cela avait fait l'objet d'un débat à l'Assemblée nationale en 2010, suite à un reportage de RueFrontenac.com qui révélait l'allégeance de la direction envers les Frères musulmans.
  • Cinq Canadiens figurent dans la liste les plus importants dirigeants des Frères musulmans en Amérique du Nord.
  • Les Frères musulmans ont reconnu que la Société islamique d'Amérique du Nord, basée en Indiana, comme l'une de ses 29 affiliations-clés en Amérique. La filiale canadienne de l'association, située à Mississauga en Ontario, partagerait certains membres du conseil d'administration avec l'organisation américaine.
  • Des dirigeants importants des Frères musulmans ont dirigé au Canada des organisations qui sont en faveur de la charia.
  • Justin Trudeau a nommé en décembre 2015 Omar Alghabra au poste de secrétaire parlementaire du ministre des Affaires étrangères. Alghabra est en faveur de l'implantation de tribunaux de la charia au Canada et il a siégé comme président de la Canadian Arab Foundation, un organisme déclaré « radical et antisémite » par le gouvernement canadien.
  • Montréal serait le premier foyer de terrorisme au pays, d'après les données de Statistique Canada. Jocelyn Bélanger, professeur à l'UQAM et membre du Centre de prévention de la radicalisation de Montréal, confirme que la métropole québécoise est depuis longtemps le repaire de radicaux. Des mosquées de la ville étaient déjà surveillées par le Pentagone il y a des années. Des documents rendus publics par le site WikiLeaks ont révélé qu'une mosquée de Parc-Extension était dans la ligne de mire du FBI .
  • Depuis 1999, au moins sept projets pouvant être qualifiés d'actes terroristes et impliquant des islamistes radicaux actifs au Canada ont été déjoués.

Si les journalistes que je cite ont bien fait leur travail, ce que je présume, ces faits ne sont pas que des anecdotes ou des incidents isolés. Il est raisonnable de croire que l'islam est vécu par certains musulmans comme un prosélytisme politique au Québec et au Canada.

L'islam politique existe et s'oppose à la laïcité. La laïcité est une philosophie politique de la religion dont le principe fondamental est la séparation complète et totale du politique et du religieux. Autrement dit, les croyances religieuses ne doivent avoir aucune influence sur le politique et aucun privilège ne doit être accordé à une personne ou à un groupe de personnes en raison de ses croyances religieuses, aussi sincères soient-elles. Or, l'islamisme est par définition l'usage politique d'une religion. L'islamisme s'oppose sur plusieurs aspects à la modernité occidentale. Le projet des versions les plus radicales de l'islamisme est d'imposer la charia.

Dire qu'il existe des mouvances islamistes au Canada, ce n'est pas de l'islamophobie, c'est une description du réel.

La peur de se faire traiter d'islamophobe est peut-être l'une des raisons qui incitent une certaine gauche à se mettre la tête dans le sable. Comme l'écrit Bernard La Rivière, dans Enfin la laïcité (Éditions XYZ): « Il est légitime d'être islamistophobe. Pourtant, c'est le mot islamophobe qui revient toujours ». Il faut savoir que le mot islamophobe a été récupéré et popularisé par les intégristes iraniens de la fin des années 1970 pour faire de l'islam un objet intouchable sous peine d'être accusé de racisme. Une accusation que les intellectuels cherchent généralement à éviter à tout prix, quitte à jouer le jeu des intégristes. Avant de traiter quelqu'un d'islamophobe, il faudrait d'abord faire la démonstration que ses propos se fondent sur des préjugés faux. Dire que le catholicisme est homophobe et sexiste, c'est ce qu'on peut penser en consultant le Catéchisme. Ce n'est donc pas de la « catholicophobie ». Dire que le niqab est sexiste est aussi une affirmation qui se justifie très facilement. Ce n'est pas de l'islamophobie. Dire qu'il existe des mouvances islamistes au Canada, ce n'est pas de l'islamophobie, c'est une description du réel qu'il faudrait admettre avant qu'il ne soit trop tard.

Il serait terrible de laisser la défense de la laïcité à l'extrême droite. La gauche doit redevenir progressiste et assumer son devoir, qui est de combattre l'obscurantisme religieux.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Les billets de blogue les plus lus sur le HuffPost

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter