LES BLOGUES

Le cube de sucre

31/10/2012 11:38 EDT | Actualisé 31/12/2012 05:12 EST
David-Olivier Gascon

Un cube de sucre à côté d'un gallon de café. L'expression est du romancier Yves Beauchemin et résume, mieux que les statistiques encore, le sentiment de péril en la demeure qui revient périodiquement nous hanter, petite minorité francophone en Amérique que nous sommes.

Les dernières statistiques, faut dire, n'ont rien de très rassurant. Peu importe si les données ne sont pas entièrement fiables, nous dit Statistique Canada, le mal est fait. Ou devrais-je dire le bien? Ce n'est jamais de trop de se poser la question de la survivance puisqu'au fond, c'est notre raison d'être, LA chose qui nous distingue des voisins et nous donne, comme dirait René Homier-Roy, du pep dans le soulier.

Merci, donc, à Stephen Harper d'avoir fait sauter la version longue du recensement, ce qui a tordu quelque peu les derniers résultats, notamment en gonflant le nombre de personnes ayant l'anglais comme langue maternelle. Comme ça, on peut, nous, s'énerver un peu plus et l'haïr, lui, davantage.

Mais parmi toutes les prescriptions qui circulent pour mieux défendre le français, il y a celle, assez curieuse, de s'en prendre au français acadien. Dans Le Devoir, Christian Rioux se lamente du franglais du groupe Radio-Radio et Antoine Robitaille reprend sensiblement la même toune en pointant la chanteuse hot Lisa Leblanc.

Peut-être parce que j'ai les deux pieds au Nouveau-Brunswick en ce moment, ou peut-être parce que j'ai grandi (ai-je le courage de l'avouer?...) à Ottawa, je sens le besoin de dire hold your horses. C'est trop facile de cracher sur les anglicismes des francophones hors QC, alors que le français québécois, tel que pratiqué dans les rues de Montréal notamment, n'est pas toujours un modèle d'élégance. Les gens qui vivent dans des maisons de verres (comme disent les Chinois), ne devraient pas tirer de roches.

À n'y voir que du feu, c'est-à-dire de l'anglais, il me semble qu'on passe ici à côté de quelque chose de fondamental. D'abord, c'est immensément plus difficile, voire héroïque, de résister à l'anglais en Acadie ou en Ontario, on n'ose même pas imaginer le Manitoba, la Saskatchewan ou les Territoires du Nord-Ouest, qu'au Québec. Le vrai miracle de la survivance, il est là. Et pourtant, il n'est à peu près jamais reconnu par les francophones purs et durs du Québec.

Il faut être obstiné pas à peu près, capable de vivre un peu tout seul dans sa bulle, se foutre de ce que les autres pensent --on vit après tout dans un monde où tout le monde rêve d'être un winner, de faire partie du groupe dominant-- il faut être magnifiquement anormale pour maintenir la francité contre vents et marées. Et puis, il y a la pure inventivité et gymnastique de la langue, l'espièglerie consommée de continuellement puiser dans les deux langues en même temps. D'accord. "Les lights étaient on, mais le driver était gone", c'est peut-être pousser l'enveloppe un peu loin. Mais essayez, pour voir. Garanti que ça brasse les neurones. "Câlice de tabarnac de maudit bâtard" n'en demande pas tant, je vous en passe un papier.

Du haut de sa majorité, le Québec n'a pas l'impression que les petites minorités éparpillées au pays, ces négligeables petites miettes de sucre, comptent dans la grande bataille contre l'Apocalypse. Comme disait René Lévesque, tous des "dead ducks" (l'anglais est de lui) dans l'espace de quelques générations. Ils sont plus vulnérables, bien sûr. Il est évident aussi que pour se développer, pas seulement tenir le fort, il faut plus que des gens qui parlent français. Il faut quelque chose qui s'appelle de la culture et par conséquent, une masse critique de gens qui veulent imaginer leur existence ensemble.

Mais il ne faudrait pas sous-estimer leur valeur pour autant. Les francos extramuros sont comme des canaris dans la mine. Le jour où ils vont tomber de leur perchoir est le jour où nous piquerons tous un peu plus du nez.

Bref, n'est-il pas temps d'adopter une autre attitude dans cet éternel débat linguistique? La discussion est souvent plate à mort parce qu'elle consiste surtout à taper sur l'anglais et à chercher à punir les bilinguals, plutôt qu'à célébrer la langue que nous avons, inévitablement anglicisée qu'elle peut parfois être. Tenez. Un des plus beaux mots québécois est, en fait, un mot anglais. Enfirouapé, qui vient de "in fur wrapped" (enveloppé dans la fourrure). Autre belle gymnastique que celle-là.

L'anglais règne aujourd'hui sur le monde entre autres parce qu'elle est d'une flexibilité extraordinaire, empruntant à droite et à gauche (il y en a trois fois plus de mots en anglais qu'en français). Bref, moins fesses serrées. Il faudrait s'en souvenir. Et puis, avant de rendre le cégep français obligatoire, ne pourrait-on pas commencer par faire des campagnes de valorisation et d'amélioration du français? Ne pourrait-on pas commencer par rendre l'objet même de notre désir plus attrayant? 'Stie.

Comme les Lisa Leblanc, Patrice Desbiens, Jean-Marc Dalpé et autres "francos" venus du dark side, j'ai opté pour le Québec afin de ne pas juste conserver, mais célébrer mon identité francophone. Mais la célébration, c'est pour quand au juste?

http://www.francinepelletierleblog.com/