Francine Pelletier

RECEVEZ LES NOUVELLES DE Francine Pelletier
 

Échec, dites-vous?

Publication: 05/12/2012 14:36

Il y a toutes sortes de façons de dire "échec" --bide, déboire, faillite, fiasco, four, insuccès, naufrage, revers-- mais abolition n'en est pas une. N'en déplaise à Justin Trudeau.

Échec veut dire qui n'a pas fonctionné alors qu'abolition veut dire qui cesse d'exister, peu importe si la chose a bien fonctionné ou pas. Par exemple, les conférences de presse hebdomadaires sur la colline Parlementaire, la version longue du recensement de Statistique Canada, les tournées culturelles à l'étranger, les mesures de calcul de dommages environnementaux... ont toutes très bien fonctionné, mais ont néanmoins toutes été abolies par le gouvernement Harper.

Justin Trudeau a beau essayer de minimiser son attaque contre le registre des armes, le mal est fait, pour ne pas dire le mensonge. De controversé qu'il a pu paraître, le registre est tout sauf un échec. Les chefs de police, en ville comme en province, sont unanimes. "Le registre a sauvé des vies et fait du Canada un pays plus sécuritaire. Nous l'éliminons à nos risques et périls", affirmait le chef de police de Toronto, Bill Blair, en février 2012.

Les statistiques sont d'ailleurs éloquentes. Les femmes tuées par leur conjoint le sont dans 72% des cas par une arme dite à épaule. Ces armes ne comprennent pas seulement les sympathiques "fusils à chasser le canard", qui ont marqué l'enfance de Justin Trudeau, mais également les armes semi-automatiques, dont le Ruger mini-14 utilisé par Marc Lépine le 6 décembre, 1989. Le registre des armes, rappelons-le, est né dans la foulée des événements tragiques de l'École Polytechnique. Il est d'ailleurs doublement curieux que le candidat à la chefferie du PLC ait choisi de s'en prendre au registre à quelques jours du 23e anniversaire du 6 décembre. Et le jour même où un footballeur américain abattait sa compagne par balles, avant de se suicider devant ses entraîneurs.

M. Trudeau, qui a voté maintes fois en faveur du fameux registre, devrait pourtant savoir que, depuis son entrée en vigueur en 1991, les homicides conjugaux par fusils et carabines ont chuté de 69% et les homicides conjugaux par armes à feu (autres) de 74%. De plus, le taux global d'homicide conjugal, tous moyens confondus, a chuté de 44%. Illustration pertinente que moins il y a de fusils, moins il y a de violence.

Alors, échec, dites-vous? Du cafouillage dans sa mise en application, certainement, un coût sensiblement plus élevé que prévu, également. Mais encore là, un peu de perspective est de rigueur. Aux États-Unis, la violence armée coûte 6.6 milliards par année. Au Canada, on estime que le registre des armes a épargné aux contribuables 1.4 milliard depuis 1995. Pour faramineux qu'ils puissent paraître, les coûts du registre (au-dessus de 500 millions, difficile de savoir exactement) sont quand même moindres. Notons également que le registre est consulté non moins de 17,000 fois par jour par les corps policiers.

Avant que Justin Trudeau parle d'échec, et ouvre une boîte de Pandore au sein du Parti libéral du Canada, il n'y avait que les conservateurs pour déclamer ainsi. Il y avait beau avoir de la dissension dans les rangs libéraux et même néo-démocrates, on tenait ça mort par "principe". Car le contrôle des armes s'élève non seulement contre la violence faite aux femmes, mais contre cette idée du Far West qui privilégie le droit individuel (à porter une arme) sur le droit collectif (à la sécurité).

Que s'est-il donc passé dans la tête de number 1 son pour qu'il ait senti le besoin de retourner sa veste (de daim)?

Depuis qu'il a enfourché sa rossinante dans la course à la chefferie, Justin Trudeau se présente comme le grand rassembleur --des jeunes, des nouveaux arrivants, des Albertains comme des Québécois et, non la moindre, de la classe moyenne-- et carbure, pour ce faire, aux stratégies américaines. À l'instar de Barack Obama, il parle d'unir le pays en transcendant les chicanes de partis et de redonner "de la dignité à la classe moyenne".

À venir jusqu'ici, l'emprunt se tolérait, voire se justifiait. Mais de là à prétendre que le port d'armes est une question "d'identité canadienne"? De la bouillie pour les chats. Non seulement le Canada est à des années-lumière de l'histoire et de la constitution américaines qui consacre the "right to bear arms", il n'y a rien de fondamental du fait de devoir, ou non, enregistrer ses armes. Il s'agit d'une simple formalité, Bon Dieu, l'équivalent d'enregistrer son auto.

On voudrait nous faire croire à une injustice fondamentale vis-à-vis du monde rural alors que la véritable injustice concerne toutes les victimes des armes à feu, en commençant par les femmes, notamment en région dont les deux tiers sont entourées d'armes qui pourraient un jour être utilisées contre elles. D'ailleurs, selon le rapporteur spécial des Nations-Unies, les pays qui ne réglementent pas suffisamment les armes à feu manquent à leurs obligations envers les femmes, en vertu de la loi internationale.

Justin Trudeau aurait intérêt à remettre les priorités à la bonne place.

http://www.francinepelletierleblog.com/

Loading Slideshow...
  • Le style non-conventionnel de Justin Trudeau

    <em>Crédit photo: CP</em>

  • Le style non-conventionnel de Justin Trudeau

    <em>Crédit: CBC</em>

  • Le style non-conventionnel de Justin Trudeau

    <em>Crédit: Althia Raj, The Huffington Post Canada</em>

  • Le style non-conventionnel de Justin Trudeau

    <em>Crédit photo: CBC</em>

  • Le style non-conventionnel de Justin Trudeau

    <em>Crédit photo: CP</em>

  • Le style non-conventionnel de Justin Trudeau

    <em>Crédit: CP</em>

  • Le style non-conventionnel de Justin Trudeau

    <em>Crédit: CP</em>

  • Le style non-conventionnel de Justin Trudeau

    <em>Crédit: CP</em>

  • Le style non-conventionnel de Justin Trudeau

    <em>Crédit: Althia Raj, The Huffington Post Canada</em>

  • Le style non-conventionnel de Justin Trudeau

    <em>Crédit: CP</em>

  • Le style non-conventionnel de Justin Trudeau

    <em>Crédit: CP</em>

  • Le style non-conventionnel de Justin Trudeau

    <em>Crédit: CP</em>

  • Le style non-conventionnel de Justin Trudeau

    <em>Crédit: CP</em>

  • Le style non-conventionnel de Justin Trudeau

    <em>Crédit: Althia Raj, The Huffington Post Canada</em>

  • Le style non-conventionnel de Justin Trudeau

    <em>Crédit: CP</em>

  • Le style non-conventionnel de Justin Trudeau

    <em>Crédit: CP</em>

  • Le style non-conventionnel de Justin Trudeau

    <em>Crédit: Media Ball</em>

  • Le style non-conventionnel de Justin Trudeau

    <em>Crédit: CP</em>

  • Le style non-conventionnel de Justin Trudeau

    <em>Crédit: CP</em>

  • Le style non-conventionnel de Justin Trudeau

    <em>Crédit: CP</em>

  • Le style non-conventionnel de Justin Trudeau

    <em>Crédit: CP</em>

  • Le style non-conventionnel de Justin Trudeau

    <em>Crédit: CP</em>

  • Le style non-conventionnel de Justin Trudeau

    <em>Crédit: CP</em>

  • Le style non-conventionnel de Justin Trudeau

    <em>Crédit: CP</em>

  • Le style non-conventionnel de Justin Trudeau

    <em>Crédit: CP</em>

  • Le style non-conventionnel de Justin Trudeau

    <em>Crédit: CP</em>

  • Le style non-conventionnel de Justin Trudeau

    <em>Crédit: CP</em>

  • Le style non-conventionnel de Justin Trudeau

    <em>Crédit: Media Handout</em>

  • Le style non-conventionnel de Justin Trudeau

    <em>Crédit: CP</em>

  • Le style non-conventionnel de Justin Trudeau

    <em>Crédit: CP</em>

  • Le style non-conventionnel de Justin Trudeau

    <em>Crédit: CP</em>

  • Le style non-conventionnel de Justin Trudeau

    <em>Crédit: CP</em>

 
Suivre Le HuffPost Québec