LES BLOGUES

Ma candidature à la direction du Bloc québécois

01/03/2017 09:11 EST | Actualisé 01/03/2017 09:13 EST

Ma candidature à la direction du Bloc québécois a donné lieu à de nombreuses interprétations. Ainsi ai-je pu lire et entendre que ma candidature ne servait qu'à donner l'impression qu'il y avait officiellement une course, mais qu'en réalité tout était « arrangé avec le gars des vues ». Paradoxalement, des militants de l'équipe de Martine Ouellet ont laissé entendre que ma candidature était impertinente, voire nuisible au Bloc.

Ma candidature est fondée sur des convictions et des principes inébranlables. J'ai décidé de me présenter au courant de l'été 2016 pour défendre des idées qui me sont chères, comme pour beaucoup d'autres, et qui ne sont reprises par aucun chef politique indépendantiste depuis plusieurs années. Aussi, à l'été 2016, Martine Ouellet n'en était pas du tout à se présenter à la direction du Bloc. Plusieurs pressentaient plutôt Xavier Barsalou-Duval ou Luc Thériault, pour ne citer que quelques noms parmi ceux qui circulaient à l'époque.

Ma candidature est complètement indépendante et est mûrement réfléchie.

Ma candidature est loin de plaire à certains qui préfèrent un couronnement.

Trop longtemps, l'élite souverainiste officielle, au nom de l'unité partisane, a tenté d'éliminer toute forme de dissidence, d'empêcher lesdits « purs et durs » de se faire trop entendre, de les laisser ouvrir des débats susceptibles de remettre certaines choses en question.

À ceux qui trouvent qu'il ne doit pas y avoir de course parce que ça coûte trop cher, je vous demande: devrait-on abolir la démocratie parce que c'est trop dispendieux?

À ceux qui disent qu'une course à la direction n'est pas un moment pour débattre de stratégie, je vous le demande. C'est quand, le temps?

À ceux qui trouvent qu'il ne doit pas y avoir de course parce que ça coûte trop cher, je vous demande: devrait-on abolir la démocratie parce que c'est trop dispendieux?

Si ça coûte cher une course à la chefferie, je me demande pourquoi l'on a décidé d'appliquer une disposition des statuts et règlements du parti qui empêche le recrutement de nouveaux membres durant la durée totale du processus de mise en candidature. Il n'était possible de recruter de nouveaux membres pour signer le bulletin de mise en candidature que dans les 10 premiers jours du processus de 40 jours, entre le 4 février et 14 mars. Notons au passage que les candidats de la dernière course à la direction du Parti Québécois ont été en droit de faire signer leur bulletin par de nouveaux membres jusqu'à la toute dernière journée du processus de mise en candidature, en parfaite cohérence avec l'idée de vouloir ouvrir notre mouvement au plus grand nombre de Québécois possible.

Ceux qui ont suivi ma campagne jusqu'à maintenant savent ce que je propose :

• mettre fin à l'attentisme défensif et passer à l'action indépendantiste, en changeant l'approche stratégique et tactique du Bloc;

• créer une instance transpartisane pour arrimer les programmes politiques des partis québécois et du Bloc;

• mener à terme le projet d'équipes nationales dans toutes les disciplines sportives, le plus rapidement possible.

D'autres propositions viendront.

En terminant, pour ceux qui pensent que ma candidature n'est pas enracinée au Bloc, sachez que ça fera 20 ans que j'y milite en mai prochain. J'ai été candidat lors de la dernière campagne électorale et bien que je n'aie pas été élu, sur le territoire actuel de la circonscription de Rivière-des-Mille-Îles nous avons fait augmenter notre score par plus de 500 voix alors qu'au national le Bloc en perdait 68 644.

Le Bloc, j'y crois et ce n'est pas mon second choix.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST



Les billets de blogue les plus lus sur le HuffPost

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter