LES BLOGUES

Un Certain regard israélien à Montréal

15/05/2014 02:54 EDT | Actualisé 15/07/2014 05:12 EDT

L'année dernière, j'avais été charmée par les films qui étaient présentés au Festival du cinéma israélien de Montréal. Pas uniquement pour leur qualité évidente, mais pour les sujets qui y étaient traités; allant de la critique de la société, à l'homosexualité chez les juifs orthodoxes, en passant par l'humour « si juif » d'une famille vivant en Israël, au sein de laquelle les membres n'ont pas toujours les mêmes opinions, ni la même attention, sur les événements ou sur les situations qui se déroulent devant eux ou à leur insu.

Celui sur Hannah Arendt avait bien entendu retenu mon attention.

Celui-ci également : The Gate Keepers (s.t. anglais), racontant l'histoire de six anciens dirigeants du fameux Shin Beth, le service de la sécurité intérieure israélienne, qui s'exprimaient tour à tour et qui critiquaient les actions secrètes qu'ils avaient menées, les gouvernements qu'ils représentaient et qui défendaient tous la reconnaissance d'un état palestinien à la recherche de la paix; et il y avait eu cet autre film qui m'avait étonnée pour la réflexion qu'il soulevait, celle de la liberté de conscience : Dans la peau de l'autre.

Le Festival du cinéma israélien, organisé dans le cadre de la saison culturelle séfarade, sera de retour au cinéma du Parc, du 15 au 22 mai pour entamer sa 9e édition. Un tout jeune festival.

Tout y passera, et ce en quelques jours seulement, entre les documentaires, les polars, les films d'amour et les docu-fictions qui jettent un coup d'œil sur les sujets tabous, vécus dans la société israélienne.

Cette année, l'équipe n'a pas que récolté des films primés à Venise, Berlin ou Cannes. Ces films qui seront présentés cette semaine ont été méticuleusement choisis parce qu'ils expriment divers points de vue, nous explique Maurice Chalom, programmateur du Festival. Des films audacieux qui ne nous montrent pas seulement le conflit israélo-palestinien sous un angle nouveau, ou qui traitent de l'homosexualité dans des cadres stricts comme ceux de l'armée ou dans des familles religieuses orthodoxes. Ce seront des films, promet-il, qui reflètent un certain regard éclectique des réalisateurs sur la société en général et sur les dilemmes vécus par les Israéliens en particulier, sur fond d'humour parfois.

Au cours des années précédentes, les courts métrages étaient projetés au Centre Segal. Une première cette année : quatre courts métrages, proposés par les étudiants de l'École Ma'aleh de Télévision, Film & Art , figureront en avant projection des longs métrages présentés, à 21 h au Cinéma du Parc. Deux d'entre eux sont gagnants du prix du film étudiant, offert par la Fondation de Jérusalem.

En ouverture, Kidon, une comédie d'espionnage d'Emmanuel Naccache, primée au Festival du Film international de Haïfa 2013, traite de l'imbroglio entre le Mossad et la bande des 4 de Dubaï, concernant l'assassinat d'un haut responsable du Hamas.

Et à surveiller en fermeture, Le Métis de Dieu pour ceux qui ont lu la vie du célèbre cardinal Jean-Marie Lustiger, enfant juif au moment de la terrible guerre mondiale 39-45, qui se convertit au catholicisme et qui, tout au long de sa vie, a affirmé sa double identité intégrée, profondément juive et de croyant catholique.

S'il vous était arrivé au cours des dernières années d'accrocher sur l'un ou l'autre des films proposés, cette année vous y passerez peut être la semaine tout comme je tenterai de le faire en vous racontant des anecdotes, en partageant mes découvertes ici : evelyneabitbol.com

cinema israelien


Festival du cinéma israélien, du 15 au 22 mai 2014 au Cinéma du Parc - 3575 Avenue du Parc, Montréal, QC H2X 3P9

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Les films québécois de l'été 2014

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.

data-href="https://www.facebook.com/HuffPostQuebec" data-send="truedata-width="570"data-show-faces="false"data-font="arial">



Comment connecter son compte HuffPost à Facebook pour pouvoir commenter?