Eva Red

RECEVEZ LES NOUVELLES DE Eva Red
 

Yoga: succès et ... excès!

Publication: 25/04/2012 11:55

De délinquante à barmaid, de barmaid à vendeuse au détail, puis la vente en gros en passant par l'immobilier et l'importation-exportation, je suis finalement devenue professeure de Yoga. Voilà qu'à 32 ans, je me suis arrêtée à ce qui me rapporte le moins monétairement. Moins d'argent, mais plus riche. Comme dans n'importe quel revirement de carrière, on ré-établit nos priorités, nos valeurs, nos buts, nos passions. Il y a dix ans, le succès était pour moi synonyme d'accomplissement, de pouvoir et d'argent. Aujourd'hui, la réussite a pris un tout autre sens.

Au cours des dix dernières années, j'ai voyagé, j'ai essayé des tas de trucs et j'ai difficilement pu me brancher sur une voie qui me convienne. Les voyages forment la jeunesse, dit-on, mais accentuent parfois la confusion de faire un choix de vie. Même ici à Montréal, on peut être entraîné dans une telle frénésie que l'on devient aveuglé quant à qui l'on est réellement. En effet, qui peut se vanter de qui il est, intérieurement, et ce, en dehors de toute consommation ou influence extérieure? Qu'avons-nous à offrir de meilleur?

Aujourd'hui et maintenant, le succès, c'est d'être soi- même. Pour cela, il faut d'abord être capable de reconnaitre avec lucidité ses forces et faiblesses, et de canaliser ses énergies en ce sens. Le succès pour moi, c'est lorsque je me fixe un but, quel qu'il soit et que je parviens à l'atteindre malgré les obstacles.
Depuis quelques années, le Yoga a la cote et attire des milliers d'adeptes issus de milieux différents et oeuvrant dans des domaines variés. Règle générale, tous ces gens sont animés d'un désir commun : celui de changer leur mode de vie stressant et vide de sens, afin de se fondre dans un nouveau moule plus sain, espérant y trouver bonheur, zénitude, épanouissement, compassion, etc.

C'est normal et je suis moi-même tombée dans ce piège: beaucoup d'attentes ne sont pas rencontrées si la patience n'est pas au rendez-vous... évoluer c'est le travail d'une vie! Jusqu'à maintenant, le cheminement qui m'a conduite à l'enseignement du Yoga a été parsemé de rencontres inspirantes et inoubliables -- mais aussi d'expériences humaines moins agréables.

Je pense à la fois où lors d'une fête, je me suis fait regarder de haut par une bande de yoginis californiennes toutes vêtues de longues robes blanches qui s'appelaient entre elles ''goddesses '' -- déesses, ni plus ni moins. Je me suis sentie choquée. À la limite méprisée. Leur attitude m'a mise en garde contre la condescendance, trop souvent observable chez les adeptes de Yoga ainsi que dans d'autres disciplines alternatives. J'ai par la suite pris la décision de ne JAMAIS devenir une déesse prétentieuse revendiquant la découverte de la béatitude absolue. J'aime faire des blagues, déconner, écouter du rock, du hip-hop, je danse la salsa et le reggae, je mange de la viande, je bois pour festoyer, j'arrive en retard, je suis impatiente et j'ose le dire! Le Yoga ne m'a apporté ni perfection ni illumination.

La végétalienne qui chante en sanscrit avec des sons de gorge, sur fond de sitar: ce n'est pas moi! Enfin, pas encore... L'absence de jugement est une clé essentielle pour être bien dans sa peau. Or, le non-jugement des autres commence par le non-jugement de soi. Être Yogi, c'est pratiquer l'art du respect. C'est d'apprendre à honorer les échecs et le négatif pour faire mieux la prochaine fois. Être Yogi, c'est se conditionner à mieux connaitre son corps et son esprit pour créer une harmonie. Si cela implique manger bio, méditer et faire du bien, tant mieux! Je suis 100% pour, et c'est le résultat qui compte!!! Arrêtons de vouloir entrer dans un moule qui ne nous fait pas. Soyons vrais et arborons nos propres couleurs. Voilà le véritable succès!

 
Suivre Le HuffPost Québec