Etienne Boudou-Laforce

RECEVEZ LES NOUVELLES DE Etienne Boudou-Laforce
 

Malaise face au retour des Nordiques

Publication: 14/05/2013 12:02

Il y a quelque temps déjà avait lieu la première pelletée de terre du futur amphithéâtre de Québec. Alors que je devrais vraisemblablement me réjouir devant la mise en route de ce chantier emblématique, triste est de constater que je ne suis guère épris de l'enthousiasme collectif qui prévaut de manière générale dans la Capitale, ni ne partage l'optimisme des promoteurs. Je suis seulement en proie à un désolant malaise.

C'est qu'il y a quelque chose de déroutant, voir de légèrement malsain, dans la perception qu'entretiennent les Québécois de leur amphithéâtre à venir et d'un possible retour d'une équipe de la NHL - les fameux Nordiques. Là où prend peut-être naissance mon malaise, c'est de voir certains se projeter outrancièrement dans ce projet et percevoir l'éventuel retour des Nordiques tel le retour d'un messie.

Il fallait voir les fidèles se ruer au Ashton du coin pour acheter leur fameuse pelle bleue et, à l'occasion de l'événement J'ai ma pelle bleue, pointer triomphalement cette dernière vers le ciel devant le maire Labeaume, pour constater le degré d'identification immodérément enthousiaste de certains. Soit, il est compréhensible que les Nordiques aient été et restent un symbole de fierté pour les habitants de la ville.

Qu'on se le dise, les Nordiques font partie de notre histoire et constituaient un élément structurant de la vie collective; comme l'a écrit Jean-François Lisée, « cela tenait à la fois du divertissement, de la présence de notre sport national dans nos vies et même de l'aiguisement de notre esprit compétitif. ». Mais de là l'entrain inébranlable frisant l'aveuglement de plusieurs? Lors de la Marche bleue, ils étaient près de 75 000 à prendre d'assaut la rue pour la résurrection de leur équipe de hockey - cette priorité nationale! -, et ce, malgré le montage financier douteux du futur aréna et un investissement du privé bien maigre. Petite parenthèse, où sont ces gens lorsque le gouvernement Harper fait passer des projets de loi omnibus? Y en a-t-il seulement pour la « libarté » d'expression et le sacro-saint hockey dans la Capitale?

Le billet se poursuit après la galerie

Loading Slideshow...
  • Julie Snyder parle à Régis Labeaume

  • Première pelletée de terre

  • Première pelletée de terre

  • Première pelletée de terre

  • Première pelletée de terre

  • Première pelletée de terre

  • Première pelletée de terre

  • Première pelletée de terre

  • Première pelletée de terre

  • Première pelletée de terre

  • Première pelletée de terre

  • Première pelletée de terre

    (Crédit photo:PC)

  • Première pelletée de terre

    (Crédit photo:PC)

  • Première pelletée de terre

    (Crédit photo:PC)

  • Première pelletée de terre

    (Crédit photo:PC)

  • Peter Stastny

    (Crédit photo: Agence QMI)

  • Première pelletée de terre

    (Crédit photo: Agence QMI)

  • Première pelletée de terre

    (Crédit photo: Agence QMI)

  • Première pelletée de terre

    (Crédit photo: Agence QMI)


Par ailleurs, ce qui désole encore, ce sont ces populistes animateurs radio qui traitent du retour des Nordiques ad nauseam avec cette toujours rare acuité intellectuelle qui les distingue. Ces derniers qui nous ont vendu l'idée qu'investir dans un aréna en vaut la peine, bien que le reste du temps ils se donnent à cœur joie d'affirmer que tout investissement de fonds public n'est que tromperie. Ces 400 (voir plus) millions, qu'on y pense, auraient pu être investis dans de meilleurs soins à domicile ou bien dans des logements sociaux. Mais non.

En même temps, je me dis, est-ce si mal qu'il en soit ainsi, que nous soyons amoureux-fous de nos Nordiques?

S'identifier à son équipe de hockey, quoi de plus normal et sain apparaît-il? Cela permet l'assimilation d'une propriété de « l'autre » (son équipe) et participe à la nécessaire constitution de son identité propre. Qui plus est, s'identifier à une équipe sportive, c'est laisser cours à nos pulsions de réalisation et d'accomplissement et cela agit comme un catalyseur des pulsions agressives. Les Québécois se portent mieux lorsqu'ils peuvent «prendre part» à une partie de Hockey de leur équipe chérie, parlez-en aux intervenants et bénévoles des lignes d'écoute et de crise. La société y gagne également. On peut penser, dans le cas qui nous concerne, que cela ravivera la saine rivalité Québec-Montréal, forte utile pour davantage unifier la ville et entretenir notre compétitivité. Finalement, s'identifier à son équipe, cela agit comme un moteur collectif, une façon de progresser et de se sentir faire parti d'un tout. Tout ceci est loin d'être négligeable.

Le billet se poursuit après la galerie

Loading Slideshow...
  • Chris Simon contre Patrick Roy

    (Robert Laberge /Allsport)

  • Andrei Kovalenko

    25 novembre1992 (Rick Stewart /Allsport)

  • Curtis Leschyshyn

    28 mars 1995 (Rick Stewart /Allsport)

  • Owen Nolan

    28 mars 1995 (Rick Stewart/ALLSPORT)

  • Mike Ricci

    28 mars 1995 (Rick Stewart/ALLSPORT)

  • Uwe Krupp

    28 mars 1995 (Rick Stewart/ALLSPORT)

  • Peter Forsberg

    28 mars 1995 (Rick Stewart/ALLSPORT)

  • 28 mars 1995 à Buffalo, New York (Rick Stewart/ALLSPORT)

  • Peter Forsberg

    28 mars 1995 (Rick Stewart/ALLSPORT)

  • Joe Sakic

    23 mars 1995 (Rick Stewart/ALLSPORT)

  • Uwe Krupp

    6 Mar 1995 (Robert Laberge /Allsport)

  • Marc Crawford

    20 mars 1995 (Robert Laberge/ALLSPORT)

  • Marc Crawford

    20 mars 1995 (Robert Laberge/ALLSPORT)

  • Mike Ricci

    6 mars 1995 (Robert Laberge /Allsport)

  • 6 mars 1995 (Robert Laberge /Allsport)

  • Wendel Clark

    27 février 1995 (Robert Laberge /Allsport)

  • Wendel Clark

  • Sylvain Lefebvre

    31 janvier 1995 (Robert Laberge /Allsport)

  • Valeri Kamensky

    31 janvier 1995 (Robert Laberge /Allsport)

  • Uwe Krupp

    31 janvier 1995 (ALLSPORT/ALLSPORT)

  • Stéphane Fiset

    24 janvier 1995 (Robert Laberge /Allsport)

  • Joe Sakic

    24 janvier 1995 (Robert Laberge /Allsport)

  • Peter Forsberg

    24 janvier 1995 (Robert Laberge/ALLSPORT)

  • 24 janvier 1995 (Robert Laberge /Allsport)

  • Ron Sutter

    18 février 1994 (Glenn Cratty /Allsport)

  • Ron Hextall

    11 avril 1993 (Rick Stewart /Allsport)

  • Scott Young

    11 avril 1993 (Rick Stewart /Allsport)

  • Claude Lapointe

    11 avril 1993 (Rick Stewart /Allsport)

  • Owen Nolan

    11 avril 1993 (Rick Stewart /Allsport)

  • Ron Hextall et Steven Finn

    22 janvier 1993 (Rick Stewart /Allsport)

  • Stéphane Fiset

    (Robert Laberge /Allsport)

  • Stéphane Fiset

    (Robert Laberge /Allsport)

  • Jacques Cloutier

    (Robert Laberge /Allsport)

  • Peter Stastny

    9 mars 1984 (AP Photo/Gene J. Pushkar)

  • 16 décembre 1981 (AP Photo/Richard Drew)

  • Paul Gillis

    (AP Photo/Amy Sancetta)

  • Dale Hunter

    20 janvier 1984 (AP Photo/Elise Amendola)


L'élément qui me désole cependant c'est que les Québécois s'identifient à ce point à l'équipe sportive qu'ils apprécient qu'il s'avère parfois que leur identité se confond avec l'objet même de leur passion. Il en va d'un « je suis ce que j'aime ». En terme psychanalytique, on pourrait presque parler d'une identification narcissique.

En effet, cette identification à un objet pulsionnel (les Nordiques) qu'aime le sujet (les Québécois) amène ce dernier à « devenir », en quelque sorte, ce qu'il aime. À cet égard, certains avancent que si les Québécois se collent à ce point à l'objet-Nordiques c'est pour maintenir une identité précaire; cette dernière qui peine à se redéfinir depuis le départ des Nordiques, notamment. Je ne sais trop à quel point c'est généralisé, mais chez plusieurs, il semble bien que le deuil de cette perte n'ait pas été effectué adéquatement. Il n'y a qu'à voir comment certains entretiennent leur « flamme bleue » par autant d'objets (drapeau, casquettes, t-shirts) qu'ils entreposent ou portent. L'objet satisfaisant (Les Nordiques) est remplacé par le contact réel et permanent de ces objets, et ce au service du déni de l'altérité et de la dépendance.

Il est beau d'être enthousiaste et d'avoir un projet collectif, mais pourquoi diable s'évertuer à rejouer la même partition? Que le rêve puisse éventuellement s'effriter de par le simple « test du réel », les gens y pensent-ils seulement? Difficile ne pas voir dans la quête aux Nordiques une façon bornée d'actualiser un passé chéri.

Pourquoi ne pas essayer d'aller chercher d'autres symboles, d'autres icônes, d'autres moyens de forger notre identité et d'en être fier? Ce projet d'amphithéâtre et les fameux Nordiques qu'on nous fait miroiter donnent sans nul doute de l'espoir et tendent à rallier les gens à une cause porteuse, mais celle-ci n'est-elle pas propulsée par une nostalgie considérable et opportuniste qui, ultimement, ne pourra tenir toutes ses promesses.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Loading Slideshow...
  • Le 400e

    L’organisation du 400e anniversaire de Québec s’est faite avant l’arrivée de Régis Labeaume, mais le maire a remis le projet sur les rails, en plus de faire faire mousser sa ville comme pas un en 2008. Qui plus est, il a réussi l’après 400e en conservant l’engouement pour la Vieille-Capitale l’année suivante avec, entre autres, l’arrivée du spectacle de Robert Lepage, Le moulin à images, et un spectacle inédit du Cirque du Soleil présenté sous les bretelles de l’autoroute Dufferin.

  • Le nouvel amphithéâtre

    Selon les propres mots de Régis Labeaume, la construction d’un nouvel amphithéâtre à Québec est l’une de ses plus importantes victoires à la mairie de Québec. Après de moult appels aux gouvernements provincial et fédéral, de nombreux débats sur la loi 204 – incluant une implosion au PQ –, l’arrivée du partenaire Quebecor et le retard dans le chantier causé par la loi 1, qui force l’Autorité des marchés financiers à approuver tous les contrats de plus de 40 M$, l’amphithéâtre est maintenant en construction. Échéancier : 2015. Objectif : ramener une franchise de la LHN à Québec.

  • Les spectacles d’envergure

    Régis Labeaume a présidé le Festival d’été de Québec en 2003 et 2004. C’est sans doute pour cette raison qu’il accorde autant d’importance aux spectacles de grande envergure qui sont présentés sur les Plaines d’Abraham. En 2008, Céline Dion et Paul McCartney étaient passés par Québec. Ils seront tous les deux de retour cet été. Elton John et Madonna se sont aussi produits sur les Plaines par le passé et une rumeur y amenant les vieux Rolling Stones court toujours.

  • L’affaire Clotaire Rapaille

    Régis Labeaume ne s’en est pas caché : l’embauche du consultant en marketing Clotaire Rapaille afin de cerner l’image de marque de Québec a été une bourde monumentale. Le contrat de 300 000 $ qui liait la ville à M. Rapaille a été résilié après le constat de faussetés dans le curriculum vitae du faiseur d’image. «C'est devenu visiblement plus gros que je le pensais. C'est raté, on est désolé. Voilà», avait indiqué le maire Labeaume en conférence de presse.

  • Les fonctionnaires

    Régis Labeaume ne s’est pas fait d’amis chez les fonctionnaires quand il a parlé, en 2010, de l’incompétence de certains employés de la Ville. Depuis, le maire de Québec a fait de la réduction de la fonction publique une priorité. Coupures de postes, réorganisation du travail et même privatisation de certains services font maintenant partie de son vocabulaire.

  • Les Jeux olympiques

    Régis Labeaume s’était rendu avec le premier ministre Jean Charest à Vancouver, lors des Jeux d’hiver de 2010, pour signaler l’intention de Québec de déposer sa candidature pour les Olympiques de 2022. Mais une évaluation de la Fédération internationale de ski confirme qu’aucune montagne ne possède le dénivelé nécessaire pour accueillir les épreuves de ski alpin. En 2011, Labeaume annonce que Québec ne sera pas candidate aux Jeux de 2022. L’administration se concentre plutôt sur le retour du hockey professionnel… en ne fermant pas la porte à une candidature olympique pour 2026.

  • Le quatrième maire au monde

    On le sait, Régis Labeaume fait l’envie de bien des villes. À la suite d’un concours international organisé sur l’Internet par la fondation City Mayors, le premier citoyen de Québec est élu quatrième meilleur maire de la planète, derrière les leaders de Bilbao, en Espagne, de Perth, en Australie, et de Jakarta, en Indonésie.

  • Les régimes de retraite

    Comme bien des maires, Régis Labeaume a fait des régimes de retraite son cheval de bataille. «Les politiciens ont étiré l'élastique trop longtemps et cet élastique pète au visage des contribuables», a résumé le maire Labeaume, qui souhaite que les employés de la Ville paient une partie du déficit. En guerre contre les syndicats, il aimerait bien leur forcer la main, mais le gouvernement péquiste privilégie la voie des négociations.

  • Épargné par la CEIC

    Régis Labeaume peut se réjouir : aucune accusation grave de fraude ou de corruption ne pèse sur sa ville. À la Commission Charbonneau, Montréal est mise à mal, mais, pour le moment, la Ville de Québec n’a pas été pointée du doigt. «C'est sûr qu'il y a de la collusion quelque part, ça ne se peut pas qu'il n'y en ait pas du tout à Québec. Mais ce n'est pas si évident que ça», a indiqué le maire à Radio-Canada à la fin de 2012. On attend aussi de voir le travail de la procureure de l’UPAC, Cathy Fortin, qui a commencé à étudier le cas de la Vieille-Capitale.

  • Domination aux élections

    Le 1er novembre 2009, Régis Labeaume est réélu à la tête de Québec avec une majorité écrasante de 79,7 %. Son équipe remporte 25 des 27 sièges du conseil. En 2007, lors de la partielle pour remplacer la mairesse décédée Andrée Boucher, il avait obtenu 59 % des suffrages. Reste à voir ce qu’il pourra faire en novembre 2013. On sait d’ores et déjà qu’il aura moins de conseillers avec lui, puisqu’il a lui-même fait passer de 27 à 21 le nombre de sièges à l’hôtel de ville. Et on sait aussi que 10 de ses conseillers ne se représenteront pas avec lui.

 

Suivre Etienne Boudou-Laforce sur Twitter: www.twitter.com/@Boudou_Laforce

Suivre Le HuffPost Québec