LES BLOGUES

Radio X ou l'art de clignoter à droite pour tourner en rond

15/04/2014 12:05 EDT | Actualisé 15/06/2014 05:12 EDT

À Montréal, Stéphane Gendron et Éric Duhaime comptaient les jours avant la fin de Pauline. Carl Monette était angoissé, au début des élections, à l'idée que le Parti québécois garde le pouvoir. Dominic Maurais s'est ouvertement affiché comme un partisan du Parti libéral tout au long des élections. Il y a aussi eu le mouvement « Anything but Pauline » qui fut encouragé par la majorité des radios parlées de Québec. Bref, tout le monde l'a lu ou entendu; ils ont encouragé le Parti libéral de façon directe et indirecte durant les élections. Ils ont même créé des publicités pour promouvoir leurs émissions en utilisant des extraits hors contexte de Bernard Drainville pour le faire mal paraître. Quand le message est torpillé à ses auditeurs, même durant les pauses, c'est assez clair qu'on est en mission. Est-ce qu'ils ont réellement influencé le résultat? Je ne crois pas et à la limite, je m'en balance un peu. Ce que je n'arrive pas à comprendre, c'est pourquoi ils sont si heureux de voir les libéraux reprendre le pouvoir?

Radio X, ayant appris de ses erreurs devant la Cour et le CRTC, a cessé avec le temps d'intimider quelques individus de façon répétitive. Entre la météo, les sports, l'horaire télé et la préparation d'un calendrier, ce sont maintenant des groupes qui sont stigmatisés. Féministes, écologistes, les gens vivant d'aide sociale, syndicats, fonctionnaires, les sociétés d'État et la gauche politique ne sont qu'un échantillon des têtes de Turc autour desquelles ils tissent leur discours idéologique en s'affirmant de droite au quotidien.

Restons concentré sur la version Radio X des dernières années, la partie plus politique que trash de l'ère Jeff Fillion, avec les derniers évènements. Est-ce que le Parti québécois a fait grossir la dette, augmenté la taille de l'État ou fait des lois pour consolider l'emprise des syndicats plus ou moins que les libéraux? Est-ce qu'ils ont pris un virage écologique dangereux pour la survie des entreprises? Je peux comprendre que le PQ n'est pas leur parti favori, mais pourquoi n'ont-ils pas encouragé dès le départ la CAQ ou même les conservateurs d'Adrien Pouliot qui prônaient des baisses d'impôt et voulaient couper des fonctionnaires comme ils réclament quotidiennement? Le slogan du Parti conservateur était « Cessons de tourner en rond ! » et c'est pourtant ce que Radio X a fait.

Ce qui est ironique, c'est qu'après avoir tapé sur les mêmes groupes pendant des années, Radio X a appuyé le parti qui était présent au pouvoir pour la très grande majorité de leur règne, et ce depuis le début de leur existence, surtout dans l'ère plus politique de la station. Ils se décrivent souvent comme des défenseurs du contribuable face à cette grosse machine infernale qu'est l'État du Québec. Je vois plutôt des défenseurs du statu quo, ayant visiblement aimé ce qu'ils ont vu politiquement de l'État entre 2003 et 2012 pour être si heureux de voir le retour du même parti à sa tête. Ils ont aussi été réactionnaires face au PQ qui devenait de plus en plus à droite. Ça commençait même à devenir gênant parce que ces contradictions exposaient les failles de leurs grandes analyses politiques, comme d'avoir répété depuis longtemps que le PQ est un parti de gauche socialiste, rien de moins. Bonsoir la crédibilité quand ledit parti recrute un milliardaire champion des lockouts, en voulant copier Fort McMurray sur l'île d'Anticosti et équilibrer le budget en coupant dans l'aide sociale.

Radio X et leurs animateurs sont victimes de leurs idéologies face aux ambitions mercantiles de la station. Entre deux élections, on peut vendre le rêve d'un monde sans taxes et sans impôts en tapant sur les pauvres et les cyclistes parce que ça fait vendre. On peut marteler son utopie matérialiste aux auditeurs en accusant la gauche et les écolos de gangrener la société parce qu'ils sont contre tout progrès capitaliste. On peut même avoir l'audace de dire que le PLQ est aussi à gauche idéologiquement et que la seule façon d'éviter le mur est de faire « un sérieux virage à droite », mais quand les élections commencent, tout ça prend le bord du chemin.

Il faudra un certain culot pour revenir frapper sur les mêmes boucs émissaires pour les travers de notre société pendant les 55 prochains mois. Ce n'est pas la gaugauche, les féministes frustrées et les hippies écolos qui ont encouragé le PLQ durant la dernière élection, c'est vous Radio X. Quand vous allez recevoir Joanne Marcotte et son mari qui vont encore parler à votre antenne de leur rêve de quitter le Québec, puisque c'est un enfer fiscal, j'espère que vous n'oublierez pas de bien mentionner dans la discussion que vous êtes parmi ceux qui ont encouragé pleinement le maintien de cet immobilisme avec le même vieux Parti libéral, ayant eu peur de défendre vos convictions plus loin que le pleurnichage quotidien au micro quand vous en aviez l'occasion.

Ils ont raison quand ils disent que leur auditoire est composé en partie de gens qui les écoutent pour aimer les détester. Je plaide coupable, j'ai donné en masse de ce côté. Nous avions au moins un tout petit point en commun qui était de reconnaître que les partis politiques immobilistes sont le problème et que des solutions plus radicales doivent être prises, même si je suis en profond désaccord sur l'identification des problèmes et les solutions à apporter. Maintenant, ils ne sont plus que des opportunistes, à l'image des libéraux, n'ayant aucun projet propre sauf être contre celui des autres et de surfer sur les derniers sondages.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

La soirée électorale sur Twitter

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.

data-href="https://www.facebook.com/HuffPostQuebec" data-send="truedata-width="570"data-show-faces="false"data-font="arial">



Comment connecter son compte HuffPost à Facebook pour pouvoir commenter?