LES BLOGUES

La nouvelle Barbie, la nouvelle génération

20/03/2016 09:26 EDT | Actualisé 21/03/2017 05:12 EDT

Je n'ai jamais aimé les poupées. En fait, quand j'étais jeune, l'idée de jouer avec de petits objets plastiques sur lesquels est dessiné un visage ne me plaisait pas. Avant, lorsque je voyais de petites filles s'amuser avec de telles figurines disproportionnées, je ne pouvais penser que c'était le début de l'endoctrinement aux barèmes de beauté féminins irréalistes et inatteignables.

À un si jeune âge, six ou sept ans, ces jeunes filles n'ont pas encore compris ce que c'est le standard de beauté contemporain: la taille fine, le corps menu... Bon, vous savez tous ce dont je parle! Ce qui est stupéfiant, c'est que tout le monde adhère à ces standards de beauté irréalistes, et que même si les femmes savent que ces standards de beauté sont inatteignables, beaucoup d'entre elles, jeunes et moins jeunes, sont prêtes à tout miser dans cette quête de beauté absolue.

Certaines poussent cette folie de perfection jusqu'à la mort! Alors cet endoctrinement doit provenir de quelque part... Et la réponse: la poupée Barbie! Si vous observez de près ce petit objet, vous noterez les membres disproportionnés: la poitrine assez... voluptueuse, les jambes d'une longueur infinie, la taille plus fine que la largeur de sa tête, etc. Je ne connais personne de ce monde ayant un corps si peu réaliste... Par contre, je connais beaucoup de personnes voulant atteindre cette image parfaite. Je crois que c'est bien de cette Barbie que proviennent nos standards de beauté démesurés.

Et c'est de là que les compagnies réussissent à vendre leurs produits. Si vous achetez ce produit, vous atteindrez ce standard de beauté! Il est impossible de l'atteindre. On achète, on achète, on achète et on n'arrive jamais à la perfection. De toute manière, je me suis toujours fait dire qu'elle n'existe pas, la perfection. La perfection veut dire qu'il n'y a rien d'autre à améliorer, que nous sommes à un niveau où nous ne pouvons plus avancer. Personne n'est parfait. Chacun est rendu à un stade de vie différent de celui d'une autre personne. C'est ce qui rend le monde diversifié et intéressant. Il n'est pas parfaitement utopique, et la poupée Barbie non plus.

Et de là je vais, pour la première fois, regarder les petites filles jouer avec ces nouvelles figurines proportionnellement diversifiées et je saurai que nous élèverons une nouvelle génération de jeunes enfants qui admireront les différences, les imperfections et la réalité. Les standards de beauté se réformeront, rendant plus accessible la beauté. L'imperfection est parfaite. Nous sommes tous différents et différentes. Il n'y a pas de quoi détester la variété. Elle existe et elle existera toujours. Notre nouvelle génération le saura. La poupée Barbie leur montrera.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

L'évolution de Barbie

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter