LES BLOGUES

La lutte pour le contrôle des armes à feu aux États-Unis

21/02/2016 09:43 EST | Actualisé 21/02/2017 05:12 EST

À présent, je n'aime plus voyager aux États-Unis pour la simple et bonne raison que la distribution des armes à feu n'est pas légiférée comme elle devrait l'être.

Chaque année, je voyage en Floride et, quand je rentre dans mon magasin de sport préféré, je vois des AK-47, loin d'être des armes de chasse récréatives, empilés les uns sur les autres.

Cette situation m'amène à réaliser qu'il est si facile de se procurer une arme et qu'avec cette arme, il serait si facile de détruire la vie de quelqu'un.

Il ne devrait pas être si facile pour un enfant de s'emparer d'une arme qui se retrouve chez lui et de tuer par inadvertance son petit frère ou sa petite sœur.

Selon Everytown, une organisation luttant pour le meilleur contrôle des armes à feu aux États-Unis, au moins cent enfants sont assassinés avec une arme à feu annuellement. Cela fait en moyenne deux assassinats par semaine. Deux enfants par semaine qui avaient un avenir devant eux et qui n'auront pas la chance de prouver au monde entier ce dont ils étaient capables.

Ce sont des lois adoptées pour contrôler les armes à feu qui feront en sorte que les enfants n'auront pas accès à ces armes si facilement. Comme le président américain l'a dit : «Si un enfant ne peut pas ouvrir une bouteille d'aspirine, il ne devrait pas être capable de tirer sur la gâchette d'un fusil.»

Selon le Brady Campaign, 86 Américains sont tués chaque jour par des armes à feu. À Chicago, il y a au moins un mort au quotidien. Selon le Chicago Tribune, du 1er janvier au 16 janvier 2016, il y a 97 personnes touchées par balles dans cette ville. Selon Global News, aux États-Unis, on a 70 % plus de risques de se faire tuer par une arme à feu que nous, Canadiens, avons la probabilité de mourir dans un accident d'auto.

Chaque statistique qui a paru aux informations, chaque mort par arme à feu, chaque fusil vendu me décourage et m'enlève le goût de découvrir ce pays qui est, malgré toutes ses armes, si intéressant au niveau culturel.

Un site Internet, American Gun Facts, promeut l'utilisation des armes à feu car c'est un moyen de se défendre et de se protéger. Ils avancent qu'il y a 230 millions de fusils en circulation pour les citoyens. Il y a 320 millions d'habitants aux États-Unis... ET la population ET les fusils sont les causes du nombre exorbitant de morts américains par arme à feu. On ne peut pas diminuer le nombre de personnes aux États-Unis, mais on peut diminuer le nombre de ces armes en circulation !

Les opposants au contrôle des armes à feu affirment que le droit de porter une arme à feu est un droit de la Constitution qui ne doit pas être retiré aux Américains. Cette loi date de 1787, soit il y a 229 années, à l'époque de la conquête de l'Ouest, où les gens devaient défendre leur terre et leurs biens puisqu'il n'y avait pas de règles mises en place. Mais cette époque et bel et bien révolue. Les Américains vivent désormais à une époque civilisée où les lois régissent et encadrent la société et la propriété privée. Les choses ont bien changé. La Cour suprême des États-Unis a déclaré que le mariage gai est légal. Une telle loi n'aurait pas été passée il y a 229 ans. La société a évolué sur ce plan, comme elle devrait évoluer sur les lois qui régissent le droit de porter une arme.

Je ne dis pas qu'il faut retirer ce «privilège», qui semble être très important pour certains Américains, mais il faut modifier les lois afin de diminuer le nombre de fusils en circulation. Cette approche va de même pour n'importe quelle autre règle fédérale ! La société s'améliore, se développe et progresse, tout comme les lois qui la protègent devraient, à leur tour, être rectifiées et devraient être réformées.

Advenant que le gouvernement américain change de direction (élection de Donald Trump), j'espère que certaines personnes se battront pour préserver les lois qui protègent et protégeront la société.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Les grandes dates du débat sur les armes aux USA

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter