LES BLOGUES

Bilan sur le profilage social: un engagement à respecter

12/05/2017 09:09 EDT | Actualisé 12/05/2017 09:09 EDT

Le lundi 8 mai dernier, nous apprenions que l'étude publique du bilan annuel du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) qui devait avoir lieu le lendemain a été annulée en raison de l'état d'urgence décrété à la suite des inondations; situation compréhensible vue les circonstances. L'ironie du sort est que le Réseau d'aide aux personnes seules et itinérantes (RAPSIM) comptait être présent pour y rappeler un engagement de la Ville de Montréal et du SPVM sans cesse remis aux calendes grecques, soit la tenue d'un bilan public sur les actions en matière de profilage social et racial.

En 2012, le SPVM se dotait d'un Plan d'action stratégique en matière de profilage racial et social 2012-2014, en réponse à la publication des avis de la Commission des droits de la personne et de la jeunesse sur le profilage social des personnes en situation d'itinérance et sur le profilage racial et la discrimination systémique des jeunes racisés. En septembre 2014, la Ville de Montréal s'est engagée dans son Plan d'action montréalais en itinérance 2014-2017 à: «Organiser une consultation publique avec le SPVM sur le bilan de son Plan stratégique en matière de profilage racial et social». De son côté, le Rapport d'enquête publique du coroner sur les causes et circonstances du décès de Fredy Villanueva recommandait au SPVM de rendre publics les indicateurs de performance de ce plan stratégique.

À de nombreuses reprises, le RAPSIM a réitéré aux élus de la Ville de Montréal, au Protecteur des personnes itinérantes et aux responsables au SPVM l'importance qu'un bilan des actions en matière de profilage soit réalisé et qu'il soit soumit à une consultation publique.

Or, trois ans après l'annonce de la tenue d'un bilan, rien n'a été réalisé dans à cet égard et le Plan d'action montréalais en itinérance se termine en décembre prochain. À de nombreuses reprises, le RAPSIM a réitéré aux élus de la Ville de Montréal, au Protecteur des personnes itinérantes et aux responsables au SPVM l'importance qu'un bilan des actions en matière de profilage soit réalisé et qu'il soit soumit à une consultation publique. Sachant que le SPVM souhaite se doter d'un nouveau plan stratégique en matière de profilage racial et social, il va de soi qu'il doit d'abord faire, en bonne et due forme et dans un cadre public, le bilan du plan stratégique précédent. Il est décevant de n'obtenir aucune réponse et aucun suivi sur cet engagement.

Le RAPSIM attend la tenue cet exercice et veut partager avec Ville et le SPVM sa lecture de la situation du profilage et de la cohabitation dans l'espace public montréalais. Le 4e Portrait de la situation dans l'espace public montréalais, produit en février 2016 par le RAPSIM, et différents échos du terrain démontrent que la situation demeure tendue dans l'espace public, et que malgré de bonnes initiatives et une reconnaissance du problème par le SPVM et la Ville, tout n'est pas réglé et du chemin reste à faire pour que cessent le profilage social et la surjudiciarisation des personnes itinérantes. Il en va du respect de la dignité et des droits fondamentaux des personnes plus vulnérables.

LIRE AUSSI:

» Réseau électrique métropolitain: possibilité de plus de 200 expropriations

» Djemila Benhabib l'emporte encore face aux Écoles musulmanes du Québec

» Condamné pour avoir proféré des menaces de mort sur les réseaux sociaux


VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST


Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter