LES BLOGUES

Le bulletin des oppositions

11/12/2014 06:18 EST | Actualisé 11/02/2015 05:12 EST

Après celui du gouvernement, voici celui des oppositions.

Parti québécois

A- En tant que chef intérimaire, Stéphane Bédard a la tâche délicate de maintenir une certaine cohésion dans le caucus en dépit d'une course au leadership qui s'étire jusqu'au printemps. Mission réussie dans le cas de l'opposition officielle à qui on peut reprocher d'être systématiquement contre toute initiative libérale.

À ce jeu, Stéphane Bédard n'aura plus de chemises à déchirer dans 4 ans. En Chambre, il n'a pas trop laissé transparaître son parti-pris pro-PKP.

Alexandre Cloutier: Le député du Lac-Saint-Jean s'est révélé comme critique en matière de Justice: nomination bloquée d'un juge, enquête indépendante sur le policier qui a tué un enfant lors d'une pousuite... Stéphanie Vallée a dû s'expliquer. Ce candidat au poste de chef se trompe lourdement s'il croit que les électeurs vont s'enflammer pour des thèmes comme le serment à la Reine.

Sylvain Gaudreault. Le député de Jonquière a mené la charge contre le projet de pipeline de TransCanada alors que le PQ embrasse la cause environnementale.

Mathieu Traversy: Le jeune député de Terrebonne a surpris dans sa défense passionnée des CPE.

Diane Lamarre: Travail studieux de la députée de Taillon en commission parlementaire sur le projet de loi 10 qui abolit les Agences de santé. Affronter le Dr. Gaétan Barrette n'est pas une tâche facile.

B- Agnès Maltais : Responsable du règlement en Chambre, la députée de Taschereau adopte inutilement un ton criard. Elle a bien manoeuvré pour écarter la motion de la CAQ visant PKP et son contrôle sur son empire médiatique.

Nicole Léger: Pointe-aux-Trembles.Elle a affiché un certain mordant dans son dossier de l'Éducation

Dave Turcotte: Le député de Saint-Jean a bataillé ferme pour les Carrefours Jeunesse-Emploi.

C- Plusieurs gros noms péquistes ont déçu durant cette session

Au premier chef Bernard Drainville (Marie-Victorin) qui s'est fait discret et cherche faire oublier sa Charte des valeurs. Se prépare sans doute pour la vraie course.

Nicolas Marceau (Rousseau) qui traîne 18 mois aux Finances.

Jean-François Lisée fait davantage parler de lui à l'extérieur de la Chambre ou on lui confie un rôle mineur. Lucide quand il soulève la position intenable de PKP et de ses médias, une vérité que les péquistes ne veulent pas entendre.

Pierre-Karl Péladeau: Le député de Saint-Jerôme jouit d'une couverture médiatique sans précédent. Se comporte comme si les règles en politique ne s'appliquaient pas à lui que ce soit en matière de conflits d'intérêts ou de relations avec les journalistes

Coalition Avenir Québec

A- François Legault (L'Assomption) pour maintenir le discours économique jour après jour.

Jean-François Roberge: Le député de Chambly est sans nul doute la révélation de cette session du côté de la CAQ. Cet ex-enseignant est crédible quand il parle d'éducation.

B- Le vétéran François Bonnardel a joué son rôle de leader avec efficacité. Un groupe de nouveaux caquistes émerge lentement: Claude Surprenant (Groulx), André Lamontagne (Johnson), Lise Lavallée (Repentigny), François Paradis (Lévis) et ils promettent. Éric Caire (La Peltrie) demeure redoutable, Gérard Deltell (Chauveau) ronge son frein et est peut-être déjà rendu dans une autre Capitale.

Québec solidaire

Note globale de B pour les solidaires Françoise David (Gouin) et Manon Massé (Sainte-Marie-Saint-Jacques). Un C pour Amir Khadir (Mercier) de moins en moins présent à Québec.

Une session peu commune dominée par la présence de Pierre-Karl Péladeau qui attire sur lui tous les projecteurs bien qu'il ne soit qu'un simple député.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Qui pourrait prétendre à la chefferie du PQ?

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter