LES BLOGUES

On ne savait pas

08/07/2013 06:58 EDT | Actualisé 07/09/2013 05:12 EDT

On ne savait pas que le pétrole du Dakota transitait par le Québec avant d'alimenter le Nouveau-Brunswick (du moins, moi, je ne le savais pas).

On ne savait pas que ce pétrole léger est plus dangereux que le pétrole «sale» de l'Alberta.

On ne savait pas qu'une compagnie peu connue, Montreal Maine & Atlantic Railway, existait et acheminait ce pétrole jusqu'à l'Atlantique en traversant Lac-Mégantic.

On ne savait pas qu'un convoi de 73 wagons pouvait être opéré par un seul conducteur et que, parfois, le train est sur le pilote automatique.

On ne savait pas que le transport du pétrole par voie ferrée a connu une croissance exponentielle depuis quelques années.

On ne savait pas que les wagons utilisés-citernes (les DOT-111) sont jugés non-sécuritaires car leur paroi est trop mince mais qu'ils sont autorisés. Selon un expert, ils représentent près de 70% du matériel roulant au sud de la frontière.

On ne sait toujours pas si ces entreprise ferroviaires privées sont soumises à des règlements et à des contrôles stricts, comme c'est le cas avec l'aviation, mais on se doute bien que ce n'est pas le cas.

LIRE AUSSI SUR LES BLOGUES

- Transport du pétrole: la sécurité d'abord

- «L'avenir sera... ce qu'on en fera»

- Comment intervient-on en cas de sinistre?

- Quelles leçons tirer de la tragédie de Lac-Mégantic?

- Le pipeline reste pour l'heure la moins pire des solutions

- Ôter notre chapeau

On devrait savoir, par contre, que le transport par train de matières dangereuses est risqué. La Presse nous apprenait que l'ultratrain qui acheminait à Montréal le pétrole d'Ultramar sur la rive-sud de Québec a été impliqué dans 16 déraillements sur une période de 10 ans. Le plus grave de ces accidents a fait deux morts et provoqué une gigantesque boule de feu au-desus du parc industriel de Mont-Saint-Hilaire.

La ville de Montmagny a connu cinq déraillements au cours des dernières années. En fait, ça déraille régulièrement au Québec mais, heureusement, cela se produit généralement dans des zones peu habitées.

On frissonne quand on pense à toutes les villes et les villages du Québec qui sont striées de voies ferrées où passent des matières dangereuses.

Donc, on ignorait à peu près tout du danger qui est à nos portes mais on a tous entendu parler du danger potentiel des projets d'oléoduc destinés à sortir le pétrole canadien du pays.

Les verts, qui combattent farouchement les pipelines, devront peut-être réajuster leur discours. La parade est déjà trouvée et c'est la faute des combustibles fossiles. Bien sûr, mais, pour notre plus grand malheur, notre dépendance au pétrole est encore là pour quelques années.

Entre-temps, le transport du pétrole, par oléoduc et par voie maritime, devrait gagner des adeptes.

En ce qui concerne le drame de Lac-Mégantic il faudra attendre les différentes enquêtes avant d'en connaître la cause et il est bien hasardeux de porter des jugements définitifs.

Il y a trop d'éléments perturbants qu'on ne connaissait pas.

Pour le moment, supportons, de toutes les façons possibles, les gens de Lac-Mégantic.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Explosion d'un train à Lac-Mégantic