LES BLOGUES

Des analyses et des points de vue multiples sur l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Donald Charette Headshot

Gaétan Barrette et la radiologie du Québec

Publication: Mis à jour:
Imprimer

Le nouveau ministre de la Santé, le Dr Gaétan Barrette, se retrouve dans une bien drôle de position, lui qui doit défaire l'entente sur la rémunération qu'il avait arrachée en tant que président de la Fédération des médecins spécialistes (FMSQ).

Le Parti québécois fait valoir que le Dr Barrette est en conflit d'intérêts et croit que cette renégociation devrait être menée par le président du Conseil du Trésor (Martin Coiteux). Le premier ministre Philippe Couillard a lui choisi de confier ce dossier délicat à son ministre de la Santé qui a, ainsi, changé de côté de table.

En Chambre, Gaétan Barrette a plaidé, comme il l'avait fait en campagne électorale, qu'il représente 8 millions de citoyens et non plus 8 000 médecins. En fin de semaine, son ancienne organisation s'est payée des pages de pub pour dénoncer l'intention du gouvernement d'étaler cet ajustement salarial sur 15 ans.

La preuve que je ne suis pas en conflit d'intérêts, a-t-il dit, c'est que mes anciens collègues ne m'ont pas à la bonne. Le ministre de la Santé ajoutant, à la blague, qu'il craignait même d'être hospitalisé.

Sous l'administration Marois on avait déjà tenté de revoir cette entente avec la FMSQ - alors présidée par Gaétan Barrette - qui s'était montrée ouverte. Le budget Marceau avait ainsi anticipé une économie de plusieurs centaines de millions.

Cette affaire démontre à quel point le gouvernement libéral a plié les genoux devant la puissante FMSQ. Quand une organisation syndicale est prête à revenir sur une entente toute fraîche, c'est qu'elle réalise qu'elle est partie avec la caisse, ou que le rattrapage obtenu est trop rapide.

Le Dr Barrette avait la réputation d'être un redoutable négociateur et faisait trembler bien des ministres de la Santé. Yves Bolduc, celuiqui défend le dossier du CUSUM, et ex-ministre de la Santé, a donné son sarrau aux spécialistes qui, faut-il admettre, accusaient à l'époque un retard de rémunération en comparaison de leurs collègues des autres provinces.

Gaétan Barrette a l'avantage de connaître le dossier parfaitement. Il a une obligation de résultat, lui qui entame une carrière politique et qui devra vivre avec une pression grandissante.

Une étude de l'Institut du Québec, réalisée par l'ex-ministre des Finances Raymond Bachand, et qui fait le point sur le choc démographique et les finances publiques, démontre que la seule façon de sortir le Québec de son ornière budgétaire, c'est de cibler la Santé. On y propose de réduire la croissance moyenne d'un point de pourcentage, de 5,2% à 4,2%.

C'est énorme quand on sait que les «coûts de système» dans ce réseau sont de 5%.

Une donnée fait peur: durant les 20 prochaines années, l'économie va croître de 1,6% en moyenne, la santé de 5,2%, si rien n'est fait évidemment. Or la santé, c'est déjà 43% du budget du Québec.

Cette étude contient toutefois deux faiblesses. Je comprends que les autres missions représentent des «grenailles» en terme d'économie, mais je crois qu'il faut envoyer un message transversal à l'appareil étatique.

Deuxio, certaines pistes de solutions sont molles ou représentent des lieux communs bureaucratiques du type «décentralisation du système vers les régions», «mise en place d'un système qui favorise la transparence, l'imputabilité et la reddition de comptes, «l'introduction d'une culture organisationnelle plus fluide», «davantage de coopération entre les régions du Canada»...

Le rapport Bachand est lucide, par ailleurs, sur le fait que le Québec ne peut plus soutenir le modèle «progressiste» qu'il s'est donné, n'en déplaise à bien des lobbies. Quant au Dr Barrette, depuis le temps qu'il voulait diriger la Santé, le voilà servi. Il a en main une radiologie inquiétante.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Close
Réactions au discours inaugural de Philippe Couillard
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée
Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.


Comment connecter son compte HuffPost à Facebook pour pouvoir commenter?