Donald Charette

RECEVEZ LES NOUVELLES DE Donald Charette
 

Débat des chefs, premier round

Publication: 19/08/2012 23:35

Celle qu'on n'attendait pas et qui avait le moins de pression, Francoise David, a surpris durant le tout premier débat des chefs de cette campagne électorale, mais elle a sans doute fait plus de mal à Pauline Marois qu'à Jean Charest ou François Legault.

Ce premier affrontement fut assez relevé et donné lieu à des échanges vifs entre trois chefs de parti et une simple porte-parole, comme elle le souligne, de Québec Solidaire.

Jean Charest et François Legault se sont montrés coriaces. Le premier ministre sortant a démontré qu'il possède son art à la perfection et il réussi à détourner l'attention sur la corruption.

Sachant qu'il allait être attaqué sur l'intégrité de son gouvernement, il avait préparé une parade, le rapport Moisan, qui avait blâmé le PQ en 2006 pour avoir institué un système de financement illégal.

Le chef libéral s'est même permis de s'adresser aux électeurs pour mentionner qu'il allait mettre le document sur un site internet! Baveux.

Il a constamment associé le chef de la CAQ aux décisions péquistes (notamment les compressions en santé) et tenté de lui accoler l'image d'un politicien qui a renié ses convictions souverainistes.

Bien préparé, il a fait dire à a son adversaire péquiste que, si elle le pouvait, elle ferait un référendum demain matin.

Dans le cas de M. Charest, si habile soit-il, la question est de savoir si les électeurs lui font encore confiance après neuf ans au pouvoir? On lui avait sûrement suggéré de sourire à la caméra pour démontrer son aisance mais il souriait trop et à de mauvais moments ce qui donnait une impression de détachement..

Le nouveau gros joueur, François Legault, s'est bien tiré d'affaire pour un néophyte et il martelé ses principaux engagements en santé et en éducation, tout en vantant son équipe de candidats prestigieux. À la toute fin du débat, il envoyé une vanne au chef libéral en lui lançant «vous avez trahi l'héritage de Jean Lesage» en ce qui concerne la vente de sièges sociaux à des étrangers.

Pauline Marois devait avoir un bon débat, elle qui pourrait être premier ministre dans deux semaines. Sur les questions sociales et sur la souveraineté, elle a été éclipsée à plusieurs reprises par la représentante de QS.

Moins ampoulée, plus directe, Francoise David a ratissé assez large sur la gauche. La chef de l'opposition a marqué des points en demandant au premier ministre de condamner son ministre démissionnaire Tony Tomassi pour avoir alloué des places en garderie à des libéraux. Elle a fait dire à Jean Charest qu'il «n"avait pas fermé les yeux» sur des cas de corruption.

Cependant elle mal paru quand, poussée par le chef de la CAQ de diminuer les dépenses, elle a répondu qu'elle voulait «prendre soin des gens» ce qui n'augure pas d'un gros programme de compression.

Entre Charest et Marois, les électeurs ont sans doute eu l'impression de revivre la période des questions en concentré.

Ce débat n'a rien tranché et laisse le jeu ouvert pour le PLQ, le PQ et la CAQ. Celle qui n'avait rien à perdre et tout à gagner a amélioré ses chances d'arracher Gouin au PQ mais, Dieu merci, un gouvernement de QS n'est pas à nos portes.

Pour Mme Marois, la menace viendra peut-être plus de la gauche que de la droite d'ici le 4 septembre.

Loading Slideshow...
  • Le plateau de tournage

    (Crédit photo: Radio-Canada)

  • Photo de groupe

    (Crédit photo: Radio-Canada)

  • Photo de groupe

    (Crédit photo: Radio-Canada)

  • Les chefs se serrent la main

    (Crédit photo: Radio-Canada)

  • Les chefs se serrent la main

    (Crédit photo: Radio-Canada)

  • Les quatre chefs et les deux animatrices

    (Crédit photo: Radio-Canada)

  • Des rires (nerveux?)

    (Crédit photo: Radio-Canada)

  • De la nervosité avant le débat

    (Crédit photo: Radio-Canada)

 

Suivre Donald Charette sur Twitter: www.twitter.com/donald charette

Suivre Le HuffPost Québec