Donald Charette

RECEVEZ LES NOUVELLES DE Donald Charette
 

Breton, le Vert au pouvoir

Publication: 16/11/2012 18:23

Pauline Marois a pris une chance en confiant le ministère l'Environnement à un néophyte en politique, considéré comme un exalté de la cause environnementale.

Le jour de son assermentation le nouveau ministre plastronnait en proclamant que les verts étaient au pouvoir à Québec. La fermeture de Gentilly-2, le retrait du prêt consenti à la mine Jeffrey sont venus confirmer rapidement que le nouveau gouvernement pense effectivement vert.

Martine Ouellet, ministre des Ressources naturelles, a, de son côté, fermé le robinet du gaz de schiste sans attendre les conclusions du BAPE.

Daniel Breton n'est pas qu'un citoyen préoccupé par l'environnement mais un militant qui est monté à toutes les barricades depuis des années: Suroît, gaz de schiste, nucléaire...En tant que fondateur du mouvement Maîtres Chez Nous 21ème siècle, il a exigé la démission immédiate du président d'Hydro-Québec, Thierry Vandal. MCN21 prône la nationalisation des ressources naturelles, l'éolien notamment.
L'an dernier Daniel Breton a porté plainte à la Sûreté du Québec contre Hydro-Québec accusant la société d'État d'avoir perprété le «vol du siècle» en cédant des permis à Pétrolia (une compagnie québécoise) pour explorer le pontiel pétrolier d'Anticosti.

Dans l'opposition lePQ a vivement déploré le caractère secret de cette entente mais réalise maintenant qu'il ne peut rien divulguer, sans le consentement d'Hydro et de Pétrolia.Au cours d'une entrevue que j'ai faite récemment avec André Proulx, président de Pétrolia, ce dernier rappelait qu'Hydro avait renoncé à trouver du pétrole sur l'île et donc, cédé ses droits. Lui-même avait été traité de mauvais gestionnaire pour s'obstiner à chercher l'or noir à Anticosti.

Les chiffres les plus extravagants ont circulé :le potentiel pétrolier est évalué à 34 milliards de barils. Pétrolia se dit prêt à dévoiler cette entente... dès qu'elle tirera du pétrole d'Anticosti.

Le nouveau ministre de l'Environnement n'a aucune confiance dans le BAPE et il a limogé son président et son vice-président coup sur coup pour placer «ses» hommes, dont le journaliste Louis-Gilles Francoeur.
La mainmise du ministre sur le BAPE est donc complétée. Selon certaines informations, le ministre est allé plus loin. Il a débarqué au BAPE pour expliquer qu'il voulait «moderniser» le Bureau d'audiences sur la protection de l'environnement.

Le message aux employés et commissaires est assez clair alors que le BAPE vient d'être décapité. Le BAPE est un organisme quasi-judiciaire qui doit être à l'abri des diktats du pouvoir politique.

Daniel Breton s'est comporté comme un matamore. Quelqu'un devra lui expliquer qu'il ne dirige plus un groupe de pression qui profite de son statut pour règler de vieux comptes.

Ce même réflexe de militant a refait surface quand La Presse a expliqué le projet de la compagnie Enbridge d'inverser le flux du pétrole dans son pipeline qui amènerait du pétrole albrertain à Montréal. Le ministre a repris sa pancarte d'écologiste avant de connaître toutes les dimensions du problème.

Le bunker a envoyé le ministre Alexandre Cloutier (Affaires intergouvernementales) qui flanquait Daniel Breton en conférence de presse pour rétablir les choses.

Daniel Breton est sous observation.

 

Suivre Donald Charette sur Twitter: www.twitter.com/donald charette

Suivre Le HuffPost Québec