LES BLOGUES

Alléluia, les surplus sont là!

La grande question: ce budget déguisé suffira-t-il à relancer le PLQ dans l'appui populaire?

22/11/2017 10:00 EST | Actualisé 22/11/2017 10:43 EST
Shutterstock / RTimages

Le gouvernement Couillard se sert des surplus budgétaires pour «manger le lunch» de la Coalition Avenir Québec (CAQ).

En fait, cette pseudo mise à jour financière était un exposé budgétaire, où le gouvernement libéral a distribué allègrement les milliards engrangés dans ses coffres, au point où on peut se demander à quoi rimera le vrai budget du printemps.

À mois d'un an des élections générales, les libéraux ont choisi de devancer de 4 mois l'annonce des bonnes nouvelles pour freiner la montée de la CAQ dans les sondages d'opinion. La cible de ce mini-budget c'est la clientèle cible des caquistes: la classe moyenne, les jeunes familles, ceux qui peinent de plus en plus à joindre les deux bouts à la fin du mois.

La CAQ réclamait depuis des mois une baisse d'impôt de 1000$ pour donner un peu d'oxygène aux familles.

La CAQ réclamait depuis des mois une baisse d'impôt de 1000$ pour donner un peu d'oxygène aux familles. Les libéraux redonnent 1200$. Qui dit mieux? La CAQ proposait de financer les fournitures scolaires via les commissions scolaires. Les libéraux vont envoyer un chèque, rétroactif s'il vous plait, aux parents le 1er juillet prochain.

Nous sommes dans la surenchère politique. Bon joueur, le chef de la CAQ, François Legault, a lâché un «je veux tout simplement lui dire bravo» à l'intention du premier ministre durant la période des questions à l'Assemblée nationale. C'est un Philippe Couillard «abasourdi, qui ne sais pas comment je vais faire pour finir la période des questions » qui s'est levé pour lui répondre.

Le gouvernement Couillard a joué le calendrier à merveille depuis son élection en 2014: serrer la vis pendant deux ans, atteindre l'équilibre budgétaire, dégager des surplus pour faire oublier que des citoyens ont payé le prix de cette austérité. Du calcul politique pur.

Ce grand plan n'aurait pu se réaliser sans une très bonne tenue de l'économie du Québec.

Ce grand plan n'aurait pu se réaliser sans une très bonne tenue de l'économie du Québec. Carlos Leitao, le ministre des Finances, a reconnu en conférence de presse que la performance de l'économie (un taux de croissance de près de 3%) explique en bonne partie ce surplus de 2,4 milliards, 5 milliards si on inclut le versement au Fonds des générations.

D'ailleurs, les indicateurs de l'économie ont érodé au cours des derniers mois la plateforme caquiste. Francois Legaut a tapé inlassablement sur la création d'emploi, la sous-performance du Québec par rapport à l'Ontario ou la moyenne canadienne, les charges fiscales qui étranglent les jeunes ménages...

Piratée par le Parti libéral du Québec, la CAQ devra une fois de plus se réinventer.

La grande question: ce budget déguisé suffira-t-il à relancer le PLQ dans l'appui populaire?

La grande question: ce budget déguisé suffira-t-il à relancer le PLQ dans l'appui populaire? Les libéraux ont démontré qu'ils sont de bons gestionnaires, mais sont-ils capables de faire rêver les Québécois? Philippe Couillard peut-il les faire vibrer pour un second mandat? Les «affaires» récentes ont rappelé à quel point les libéraux traînent les bagages du passé.

Devant ces bonnes nouvelles bien des électeurs réagiront en se disant que c'est un juste retour des choses eux qui ont casqué en termes de taxe, d'impôt, ou de baisse de service. Je suis de ceux qui pensent que l'État est un prédateur fiscal et que si des surplus se manifestent c'est qu'on a trop siphonné le citoyen.