Denis Campeau

RECEVEZ LES NOUVELLES DE Denis Campeau
 

Une autre réponse pour Michael Binnion!

Publication: 02/04/2013 06:41

Au début, j'avoue que je trouvais ses blagues drôles, mais maintenant, je ne trouve plus rien de drôle à ses écrits. Il écrit n'importe quoi! En fait, je crois plutôt qu'il cherche à humilier les gens et à les faire passer pour des ignares.

Dans un blogue publié sur le Huffington Post Québec, le porte-parole et président de l'Association pétrolière et gazière du Québec (APGQ) déclare avoir entendu que :

1. « de la dynamite avait été utilisée pour les forages »
Michael, on ne fore pas un puits de gaz à la dynamite, ça pourrait exploser!

2. « des appareils de forage sont apparus sans permission sur des terrains et sans la permission des gens »
Ben voyons! Michael, en certains endroits, il y a eu des tests qui ont été effectués sans prévenir et figure-toi donc, mon cher Michael, qu'à St-Antoine-sur-Richelieu, des citernes d'eau « de forage » ont été évacuées en pleine nuit...

3. « le gaz de schiste serait dangereux et différent du gaz naturel »
Il arrive effectivement que des gens ne comprennent pas la différence et la similitude entre les deux. Cependant, je te ferai remarquer que les gens en ont contre les méthodes barbares de l'industrie et contre la méthode de fracturation, qui est dangereuse au point de vue environnemental. Brûler du gaz fossile: ça fait chauffer la planète... Est-ce que je me trompe, Michael?

4. « le gaz de schiste ferait prendre l'eau en feu »
Bravo Michael! Quelle démagogie... L'eau ne brûle pas, tout le monde sait cela; c'est le gaz qui s'est infiltré dans la nappe phréatique qui brûle.

5. « dix-neuf puits auraient connu des fuites »
Tu as raison, Michael, c'est absolument faux, car il y en a plus que ça qui ont des fuites. D'ailleurs, les gazières ne savent toujours pas comment fermer le puits de La Présentation et cela fait plus de deux ans que le puits de St-Antoine-sur-Richelieu est supposé être fermé et le fait est qu'il ne l'est toujours pas...

LIRE AUSSI: Déjà vu, une fois encore, par Michael Binnion

6. « Des fissures auraient pris forme sous terre »
Michael, dans les brillants exposés des gazières, il est spécifié que les forages sont verticaux, puis horizontaux... Pourtant, il n'y a pas moyen de diriger la foreuse correctement. Il est impossible de savoir la déviation du puits avant d'avoir terminé le forage. De plus, il y a toujours eu et il y aura toujours des fissures dans le sol et tout le monde sait que le gaz va toujours chercher à « sortir de son trou » par le chemin le plus rapide. Si le gaz rencontre une fissure dans le roc, c'est par là qu'il va sortir.

7. « l'exploitation de gaz de schiste ne réduirait pas les gaz à effet de serre »
Mon cher Michael, évidemment, si l'on tient compte de ce qui se passe aux États-Unis, où le charbon, une matière qui émet beaucoup de rejets, sert traditionnellement à fabriquer l'électricité, les gaz de schiste induisent, au bout du compte, une réduction de gaz à effet de serre. Cependant, au Québec, la situation est différente, sans compter que les nombreux puits qui fuient libèrent du méthane, qui est un gaz à effet de serre beaucoup plus puissant que le CO2. Très important aussi, et sur l'ensemble de vos puits, comment les bouchons de ciment vont empêcher le méthane de se libérer dans 50 ans?

8. « Tout le monde sait où se trouvent les gisements »
Bien oui! Michael, les étudiants en géologie savaient déjà il y a plus de quarante ans où se situaient les zones propices à l'exploitation du gaz de schiste. Et les permis ont été vendus à 0,10 $ l'hectare; ce qui est une aubaine, si on compare avec ce qu'il en coûte en Colombie-Britannique, plus de 10 000 $ l'hectare. Cependant, en disant que vous faites de l'exploration, cela vous permet d'aller chercher des déductions d'impôts, qui sont payées par les contribuables québécois. Autre générosité de notre gouvernement!

9. « Les technologies modernes ne seraient pas adaptées à l'exploitation sécuritaire »
C'est vrai, Michael, car pour que cela soit sécuritaire, toute l'eau de fracturation récupérée pourrait être bue à la paille et tout le schiste serait vidé de ses hydrocarbures, sans perte. Est-ce là l'objectif des « members » de l'APGQ?

Au fait, Michael, j'ai entendu dire qu'Elvis était vivant et il habiterait sur une île avec Onassis et Marylin Monroe... Je ne sais pas cependant si un puits de gaz de schiste a été foré sur leur île. J'avoue ici mon ignorance...

VOIR AUSSI

Loading Slideshow...
  • POUR: le potentiel énergétique

    Les réserves de gaz de schiste au Québec sont importantes, et le potentiel d'exploitation est indéniable, ce qui pourrait rapporter des redevances à l'État. Dans <em>The Telegraph</em>, Christopher Booker <a href="http://www.telegraph.co.uk/comment/columnists/christopherbooker/8500496/Shale-gas-could-solve-the-worlds-energy-problems.html" target="_hplink">estime que les réserves seraient suffisantes pour assurer les besoins énergétiques pour des centaines d'années</a>.

  • CONTRE: la pollution de l'eau

    La fracturation hydraulique, qui consiste à pulvériser un mélange de produits chimiques et de sable sur la pierre pour faire éclose le gaz, pose des risques de contamination de la nappe phréatique. Une douzaine de cas ont été répertoriés aux États-Unis. Les images d'eau qui s'enflamme ont aussi fait le tour du monde. Une <a href="http://insideclimatenews.org/news/20111104/gasfrac-propane-natural-gas-drilling-hydraulic-fracturing-fracking-drinking-water-marcellus-shale-new-york" target="_hplink">nouvelle méthode de fractruation sans eau </a>est envisagée aux États-Unis, mais les écologistes sont sceptiques.

  • CONTRE: Plus d'émission que le charbon

    Le méthane qui se dégage lors de la fracturation est un des principaux gaz à effet de serre. Selon plusieurs études, ces émissions sont supérieures de 20 % à celles dégagées pendant l'exploitation du charbon.

  • POUR: Plus vert que les autres énergies fossiles

    <a href="http://www.scientificamerican.com/article.cfm?id=natural-gas-could-serve-as-bridge-fuel-to-low-carbon-future" target="_hplink">Les chercheurs du MIT ont conclu</a> que remplacer les centrales de charbon par des centrales de gaz naturel pourrait réduire les émissions de gaz à effet de serre de moitié.

  • CONTRE: Des séismes provoqués par la fracturation

    <a href="http://oilprice.com/Energy/Natural-Gas/U.S.-Government-Confirms-Link-Between-Earthquakes-and-Hydraulic-Fracturing.html" target="_hplink">Plusieurs tremblements de terre</a> sont liés à la fracturation hydraulique. L'entreprise britannique <a href="http://www.cuadrillaresources.com/cms/wp-content/uploads/2011/11/Cuadrilla-Resources-Press-Release-02-11-11.pdf" target="_hplink">Cuadrilla Resources</a> a notamment admis que le procédé «provoque des événements sismiques mineurs»

  • POUR: Des emplois

    <a href="http://www.treehugger.com/fossil-fuels/facts-on-fracking-pros-cons-of-hydraulic-fracturing-for-natural-gas-infographic.html" target="_hplink">L'industrie du gaz aux États-Unis emploie 1,2 million de personnes</a> et le département américain de l'Énergie estime que les ressources ont augmenté de 65 % grâce au procédé de fracturation hydraulique. De plus, <a href="http://www.bu.edu/energy/files/2011/07/Fracking-article-Sept-14-2011.pdf" target="_hplink">l'industrie évalue les retombées à 385 milliards de dollars aux États-Unis</a>, selon un article de la revue <em>Nature</em>.

  • CONTRE: Les produits utilisés

    Les entreprises n'ont pas à divulguer les produits qu'ils utilisent dans la fracturation hydraulique aux États-Unis. Est-ce aussi le cas au Canada?

  • POUR: Du temps pour développer les énergies renouvelables

    L'ancien chef de cabinet de Bill Clinton et ancien patron du Center for American Progress <a href="http://www.businessweek.com/magazine/could-shale-gas-reignite-the-us-economy-11032011_page_2.html" target="_hplink">John Podesta croit que le gaz naturel peut</a> devenir un pont au 21e siècle vers des énergies renouvelables.

  • CONTRE: Il faut beaucoup d'eau

    La fracturation hydraulique peut requérir jusqu'à <a href="http://www.hydraulicfracturing.com/Water-Usage/Pages/Information.aspx" target="_hplink">20 millions de litres d'eau</a>. Dans certains cas, <a href="http://www.treehugger.com/fossil-fuels/facts-on-fracking-pros-cons-of-hydraulic-fracturing-for-natural-gas-infographic.html" target="_hplink">moins du tiers de l'eau est récupérée</a>.

 
Suivre Le HuffPost Québec