LES BLOGUES

Exploiter les ressources naturelles pour aujourd'hui et surtout, pour demain

24/01/2015 08:49 EST | Actualisé 26/03/2015 05:12 EDT

Depuis une quinzaine d'années, un affrontement entre deux visions a priori irréconciliables a lieu pour définir l'exploitation des ressources naturelles. Quelles conditions permettraient alors que tous les Québécois en tirent des bénéfices, et ce, d'une manière résolument durable?

D'abord, certains veulent exploiter nos ressources naturelles et tirer un maximum de revenus. Lancé au moment du boom minier, le Plan Nord du gouvernement Charest représentait justement cette approche où l'absence de vision à long terme pour le développement économique du Québec est patente. D'autres priorisent le « pas dans ma cour » et s'opposent à l'exploitation des ressources qui constituerait une atteinte à l'intégrité environnementale et sociale du Québec.

Cependant, ne prioriser qu'une seule des approches précitées serait irresponsable. Le Québec mérite mieux, et si l'exploitation des ressources naturelles représente une opportunité pour créer de la richesse au bénéfice de l'ensemble des Québécois, elle doit prioritairement s'articuler sur le long terme, question d'équité intergénérationnelle, et tenir compte de l'acceptabilité sociale des projets.

Un potentiel de richesse

Économiquement et socialement, nul ne contestera que le Québec doit relever des défis majeurs. Sans hyperbole, son modèle de société est remis en question en constatant, avec un déficit structurel et le vieillissement de la population, que les jeunes ne pourront bénéficier des mêmes opportunités en terme de services que celles de leurs parents. Au nom de l'équité intergénérationnelle, ce déclin tranquille ne doit pas être une option. Il faut passer à l'action, et l'exploitation des ressources naturelles représente un de nos atouts.

Avec des rivières à moyen et haut débit, des forêts abondantes, des terres agricoles généreuses et des minéraux en quantité, les Québécois sont choyés de pouvoir vivre sur un territoire où les ressources naturelles abondent. Pourquoi ne pas en profiter ! Ces projets créent de l'emploi et de la richesse dans toutes les régions et tous les secteurs d'activité, servent de moteur à l'innovation, en plus de permettre de financer notre modèle de société. Alors, il importe de mettre à profit notre potentiel naturel pour vraiment devenir maîtres chez nous.

Trois conditions de durabilité

Cependant, il faut être lucide et constater qu'une exploitation à courte vue contredit l'intérêt général. Dans ce cas, l'exploitation des ressources naturelles est inacceptable, car inéquitable. Il importe alors de prendre l'initiative et d'imposer trois conditions de durabilité pour ces projets : la science, la communication et la régénération.

La science

Avant d'amorcer un projet d'exploitation, il nous semble indispensable de procéder à des études d'impact approfondies et objectives. Une participation du BAPE est donc impérative. L'exemple de la cimenterie de Port-Daniel est frappant parce qu'un projet très polluant aux retombées économiques limitées n'a pas eu à passer par cette étape élémentaire. Il importe donc d'investiguer à tout coup avant de manœuvrer.

La communication

Bien humblement, nous croyons que l'échec de plusieurs projets d'exploitation venait d'une communication déficiente avec les milieux concernés. Dans cette ère de l'acceptabilité sociale, les promoteurs détiennent la responsabilité de communiquer toutes les informations pertinentes aux communautés, et de prouver qu'elles pourront tirer des bénéfices supérieurs aux risques. Plus que jamais, les projets gagnants ne peuvent plus être menés en vase clos.

La régénération

Toute exploitation des ressources naturelles doit autant que possible être effectuée de manière durable en appliquant le critère de régénération. Nos forêts et nos terres doivent donc être exploitées de manière à ce que les bénéfices soient constants, au profit des communautés et des prochaines générations. Cela permet de créer une richesse qui dure, en plus de soutenir une société équitable. Il en va de même dans le choix de nos sources d'énergie en sélectionnant des ressources renouvelables autant que possible. Heureusement, le Québec est choyé en tirant 98% de son électricité des barrages hydrauliques (2011). Quant aux ressources non renouvelables (combustibles fossiles, minéraux), leurs revenus peuvent être bénéfiques pour la Québec, mais il faut être conscient qu'elles ne peuvent se régénérer. Par conséquent, tout revenu tiré de ces ressources devra être versé sur la dette pour que même si les revenus ne sont pas durables, leur impact économique puisse l'être pour le bénéfice des générations futures.

Une question d'équilibre

Tout en nuances, ce débat est fondamental pour l'avenir national. Indispensables économiquement, les ressources naturelles doivent néanmoins être exploitées de manière gagnante et durable pour les citoyens. De là, le Québec pourra aller au bout de son immense potentiel et créer une société encore plus prospère et encore plus équitable.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Les billets de blogue les plus lus sur le HuffPost

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter