LES BLOGUES

Syrie: une rupture dans la vie d'une génération entière

15/01/2014 12:14 EST | Actualisé 16/03/2014 05:12 EDT

Le gouvernement du Canada peut-il se porter à la défense des enfants de la Syrie et sauver une génération entière d'un terrible avenir qu'aucun enfant ne mérite? Nous croyons qu'il le peut.

Les pays donateurs, dont le Canada, participent aujourd'hui à une conférence des donateurs tenue au Koweït, où ils seront invités à soutenir des programmes d'éducation et de protection de l'enfant, de même que des programmes essentiels à la survie des enfants de la Syrie. Le gouvernement du Canada a grandement réagi afin de contrer la crise humanitaire en Syrie. Nous sommes persuadés que le Canada continuera d'appuyer les efforts visant à ce que cette génération d'enfants syriens ne soit pas oubliée.

Une génération entière d'enfants est ravagée par la violence et les déplacements en raison du conflit qui entamera bientôt sa quatrième horrible année. Les enfants grandissent sans autre pensée que leur survie quotidienne. Ils pourraient être perdus à jamais, ce qui aurait de terribles conséquences à long terme pour la Syrie, la région, et le monde.

Les nombres sont alarmants. Jusqu'à présent, la vie de 5,5 millions d'enfants a été bouleversée par cette crise violente. De ce chiffre, 4,3 millions vivent en Syrie, tandis que 1,2 million d'enfants réfugiés sont maintenant dispersés au Liban, en Turquie, en Jordanie et en Iraq. Selon nos estimations, 3,3 millions d'enfants ont abandonné l'école ou ne peuvent plus y aller sur une base régulière, un déclin en matière d'assiduité scolaire qui menace d'anéantir des années de progrès en éducation.

Aussi alarmants que puissent être ces nombres, ils ne révèlent pas tout. Le travail des enfants, les mariages précoces et le recrutement d'enfants par les groupes armés sont devenus des pratiques trop courantes. Beaucoup trop d'enfants ont été témoins d'horribles actes de violence, en ont été victimes, ou ont perdu des êtres chers. Beaucoup trop d'enfants ont été laissés à

eux-mêmes.

Tandis que l'hiver s'abat sur la région, aggravant encore davantage la misère de millions d'enfants et diminuant leur espoir d'une vie normale, l'UNICEF, Aide à l'enfance et Vision mondiale croient fermement qu'il est encore possible de sauver cette génération. En protégeant les enfants contre la violence, en leur offrant des possibilités de s'instruire, en renforçant leur résilience et en apportant un appui afin de guérir les blessures cachées d'une guerre impitoyable, le Canada joue un rôle déterminant en permettant aux enfants de la Syrie de se bâtir un avenir meilleur pour eux-mêmes, mais aussi pour leur famille et leur communauté.

Alors que les principaux organismes internationaux et défenseurs des droits se réunissent aujourd'hui au Koweït, l'accent sera mis sur l'établissement d'une stratégie unique et pratique visant à empêcher la perte d'une génération d'enfants syriens. L'UNICEF, Aide à l'enfance et Vision mondiale exhortent la communauté internationale à s'engager à verser un milliard de dollars américains afin de procurer aux enfants syriens l'éducation, la protection et l'aide dont ils ont besoin pour développer pleinement leur potentiel et acquérir les compétences nécessaires pour à leur société, et ainsi être en mesure de se créer un avenir plus viable. Un tel investissement pourrait bien sauver une génération.

Tandis que le conflit entre dans sa quatrième année, nous avons besoin que des défenseurs s'engagent à garantir un avenir prometteur pour les enfants de la Syrie. Ils doivent parler haut et fort, et exiger que les promesses soient tenues, qu'une aide supplémentaire soit apportée, que la sécurité et la protection des enfants soient assurées, et que tous les efforts possibles soient mis en œuvre afin de mettre un terme à la souffrance inutile des enfants.

Nous croyons que le Canada a la capacité d'être ce défenseur dont les enfants de la Syrie ont si désespérément besoin.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Portraits d'enfants syriens aidés par l'Unicef

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.



>Comment connecter son compte HuffPost à Facebook pour pouvoir commenter?