LES BLOGUES

Chronique polars

27/11/2016 08:03 EST | Actualisé 27/11/2016 08:03 EST

Donato Carrisi, l'auteur du best-seller Le Chuchoteur, et le plus européen des écrivains italiens, revient avec une histoire perverse où le bien se liquéfie devant les méchants et les malintentionnés.

Lorsqu'une jeune adolescente est portée disparue, les autorités policières font appel au célèbre commandant Vogel pour résoudre l'affaire. Fidèle à ses habitudes, il va utiliser les médias afin de provoquer le ravisseur et le faire sortir au grand jour. Mais, dans cette histoire macabre, le manipulateur n'est peut-être pas celui que l'on croit.

2016-11-24-1479990877-3141172-Brouillard.jpg

Le commandant Vogel ne connaît qu'une façon de mener ses investigations : il prétend que tous les criminels n'agissent que pour être sous les feux de la rampe, puisqu'ils sont incapables de se distinguer par leur force, leur intelligence ou leur créativité. Ainsi entreprend-il chaque étude de cas avec cette idée en tête, ce qui dicte sa manière d'agir; il attire sur lui-même les éloges de la presse, persuadé que ce vol momentané de célébrité fera rugir le malfaiteur et le ramènera sous la lumière des réflecteurs pour réclamer sa part de gloire.

L'idée pourrait être intéressante si elle s'appuyait sur du tangible, mais on a beau être dans le domaine de la fiction, ce profilage est un peu trop réducteur pour tenir la route.

L'auteur italien a admis vouloir dénoncer la médiatisation des histoires de rapt d'enfants, ainsi que le degré d'engouement du public envers ces crimes. Il aurait mieux valu qu'il cherche à développer l'empathie du lecteur envers l'adolescente disparue. Or, elle n'est ici que l'instrument du personnage principal pour accroître sa propre renommée. La jeune fille disparaît et son sort nous échappe et s'abîme dans l'indifférence.

Le rythme et le suspense doivent beaucoup au montage littéraire qui vient briser la linéarité du récit. L'histoire est déconstruite, passant du présent au futur pour revenir dans le passé, mais cette manière de faire n'est pas nouvelle et, ici, ressemble davantage à un subterfuge pour camoufler les faiblesses du polar.

Tout le roman tourne donc autour du commandant Vogel qui répond au prétendu homicide avec une mise en scène de son cru. Il fait de cette disparition un spectacle qui attire les médias et manipule l'opinion publique. Des battues sont organisées et un hélicoptère survole les montagnes, des semaines durant, jusqu'à ce que Vogel décide qu'il est temps de dénouer tout ça et désigne arbitrairement un coupable, un professeur dont le véhicule se trouve un peu trop souvent sur les traces de l'adolescente les jours qui précèdent le rapt.

C'est alors qu'un avocat surgit de nulle part pour défendre l'accusé, et puisque nous sommes dans le spectacle, il sera rétribué en retombées médiatiques, plus qu'en espèces sonnantes. Une défense commanditée!

À trop vouloir faire coller son polar aux éléments autour desquels Donato Carrisi voulait le construire, il ne parvient qu'à de grossières invraisemblances qui minent les bonnes intentions de départ et s'égare dans une brume qui dégage une forte odeur de préfabriqué.

Sur les tablettes

2016-11-24-1479990975-9926713-Pape.jpg

Vous aimez Grease, le Pape et les psychopathes ? La rencontre explosive du Boubon Kid et du tueur à l'Iroquoise... D'un côté, le Bourbon Kid, tenant du titre du tueur en série le plus impitoyable et le plus mystérieux que la terre n'ait jamais porté. De l'autre, avec plus d'une centaine de victimes à son actif, l'Iroquois, blouson de cuir rouge, masque d'Halloween surmonté d'une crête, challenger et sérieux prétendant au titre. Le combat s'annonce terrible. Dans les coulisses : une organisation gouvernementale américaine top secrète spécialisée dans les opérations fantômes, une nonne, un sosie d'Elvis, quelques Hells Angels et une cible de choix pour nos psychopathes frénétiques : le pape, en voyage secret aux États-Unis. Sur la musique de Grease, nous vous convions au spectacle littéraire le plus déjanté de la décennie.

Donato Carrisi, La Fille dans le brouillard, Éditions Calmann-Levy. Octobre 2016. 313 pages.

Le Pape, le Kid et l'Iroquois, auteur anonyme (Éditions Le Livre de Poche)

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Les billets de blogue les plus lus sur le HuffPost

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter