LES BLOGUES

Le Prince des pipelines

15/12/2016 08:11 EST | Actualisé 15/12/2016 08:11 EST

Le gouvernement pro-pipeline de Justin Trudeau nous condamne à un avenir pollué après avoir autorisé deux nouveaux projets de pipelines : remplacement de la Line 3 d'Enbridge et le dédoublement du pipeline Trans Mountain (TMX) de Kinder Morgan.

Ensemble, ces deux pipelines augmenteront la capacité d'extraction du pétrole en Alberta et en Saskatchewan et produira 25 mégatonnes tonnes de gaz à effet de serre de plus par an.

C'est l'équivalent des émissions de 7,6 millions d'autos.

Le remplacement du pipeline Enbridge Line 3 va pratiquement doubler son débit - il passerait de 390 00 à 760 000 barils de pétrole par jour. Ce pipeline débute son parcours en Alberta, coule ensuite vers l'est pour traverser le Saskatchewan, le Manitoba et l'état du Minnesota pour finalement se rendre au terminal d'Enbridge et à la raffinerie de pétrole Calumet dans le nord du Wisconsin près du Lac-Supérieur.

Je doute que l'augmentation du volume du pipeline Line 3 serve uniquement les besoins de pétrole brut du Minnesota et du Wisconsin. Il est clair que le bitume dilué des sables bitumineux transporté dans le nouveau pipeline ne pourra pas être traité par les raffineries de ces deux États.

Je crois que ce pipeline dépassera les besoins du Mid-ouest américain en pétrole et que les surplus seront exportés vers l'est par train et possiblement par pétroliers dans les Grands Lacs vers Sarnia en Ontario et vers les terminaux pétroliers du Québec et du Nouveau-Brunswick pour l'exportation.

En 2015, la raffinerie Calumet a annulé un projet de terminal pétrolier prévu pour expédier du pétrole brut par pétroliers sur les Grands Lacs vers les raffineries à l'est. Mais maintenant, avec l'autorisation du pipeline Line 3, ce projet pourrait revoir le jour. Imaginons un instant un déversement majeur de pétrole lourd dans les Grands Lacs, source d'eau potable de plus de 50 millions d'Américains et de Ca-sadiens. Imaginons les berges du lac Michigan devant Chicago ou celles du lac Ontario devant Toronto recouvertes de pétrole nauséabond. Malgré l'étendue de ces mers intérieures d'eau douce, une immense nappe de pétrole dans l'un des Grands Lacs atteindra et contaminera des centaines de kilomètres des rives. Et ce pétrole suivra le courant pour ultimement atteindre le fleuve Saint-Laurent et passer un jour devant Montréal...

On retrouve également une grande gare de triage de trains du CP à proximité des installations de Calumet et d'Enbridge. J'ai aperçu des dizaines de wagons-citernes de type DOT 111 sur ce site grâce au satellite de Google Earth. Ce nouveau pipeline permettra-t-il d'importantes exportations de pétroles par voies ferroviaires vers l'est?

Il serait ironique que l'autorisation de la Line 3 par le gouvernement Trudeau augmente la quantité de pétrole transporté par train en Ontario et au Québec après que Justin Trudeau ait affirmé lui-même que les pipelines étaient plus sécuritaires que le pétrole transporté par voies ferroviaires. Verrons-nous encore plus de trains-blocs pétroliers de 70 wagons-citernes traverser l'Île de Montréal avec cette crainte constante d'être le prochain « Mégantic »?

Pour notre premier ministre, tout doit baigner dans l'huile en cette fin d'année. Et dire qu'il y a un an à peine, le Canada annonçait à Paris qu'il allait sauver le climat mondial en limitant son avenir pétrochimique. Le 25 décembre prochain marquera le 45e anniversaire de naissance de Justin Trudeau, notre nouveau Prince des pipelines.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Des sites naturels et culturels célèbres menacés par le réchauffement climatique

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter