LES BLOGUES

Stephen Harper et votre carte d'assurance-maladie

19/09/2014 12:02 EDT | Actualisé 18/11/2014 05:12 EST

C'est le début de la session parlementaire et déjà les médias nous apprennentque le gouvernement conservateur de Stephen Harper s'apprêterait à annoncer des baisses de taxes et d'impôts pour faire plaisir aux contribuables. Vous croyez cela, vraiment?

Son gouvernement vient de couper de 6 à 7 milliards de transferts au Québec pour le régime de soins de santé. Une décision que notre premier ministre Couillard a acceptée ipso facto, renonçant même à la poursuite judiciaire intentée par son prédécesseur, Jean Charest. Couillard et Harper sont-ils frères au sein de la même fraternité fiscale? On finira par le croire.

Désormais, on célèbre le déséquilibre fiscal entre Ottawa et les provinces: ces dernières fournissent les services en matière de santé, d'éducation, de services sociaux, etc., alors que le grand frère fédéral engrange les profits sur le dos des provinces. Hormis le passeport, la présence du fédéral dans la vie quotidienne des Canadiennes et des Canadiens est plus qu'insignifiante: au surplus, on va nous couper le facteur. Quant à la surveillance des chemins de fer, c'est scandaleux, pour ne pas dire plus. Rappelons-nous Lac-Mégantic et le rapport des enquêteurs qui a suivi!

Mais c'est la santé qui retient notre attention pour ce billet. Récemment, je causais avec un vieil ami fumeur qui jure de voter conservateur en raison des baisses d'impôt. Je lui rappelais gentiment que sa prochaine crise cardiaque, qui pourrait être la dernière, n'aurait pas pour effet de ruiner sa famille et l'héritage qu'il entend laisser à ses enfants. Pourquoi? Parce que nous avons un système public et universel. Je lui ai rappelé qu'il pourra se faire soigner aux frais de la collectivité sans qu'il lui en coûte la peau des f...

Quant à sa femme qui souffre d'un cancer du sein, mais qui n'a jamais fumé, elle pourra continuer de recevoir des traitements grâce à sa carte. Son fils qui souffre d'une maladie neurologique, l'épilepsie, pourra continuer de consulter les meilleurs neurologues au Québec. Et finalement, sa fille a pu se faire avorter sans frais suite à sa énième peine d'amour.

Évidemment, je ne porte pas de jugement moral sur la vie de mon ami. Mais je constate que ce conservateur pro-Harper, qui m'annonce candidement qu'il va voter pour lui, n'a rien compris de l'ingénierie sociale et fiscale qui lui permet d'affronter sans sombrer économiquement les problèmes de santé de sa famille, et les siens. Mais il n'a encore rien compris!

La santé au Québec représente les deux tiers du budget total de la province. C'est énorme, mais les Québécois mangent mal et ont encore beaucoup de mauvaises habitudes. Sans notre régime public et universel, ce serait la faillite économique, voire la rue, pour des milliers de familles. Une opération à coeur ouvert coûte des centaines de milliers de dollars. Les traitements pour le cancer du sein et d'autres formes de cancer ne sont pas donnés. Les honoraires de nos médecins sont prohibitifs: ils ne veulent plus aller pratiquer aux États-Unis où ils seraient obligés de financer de grands cabinets d'avocats pour se défendre devant un juge, et un jury, contre des allégations et des poursuites pour fautes professionnelles. Au Québec, c'est la paix totale et le cash!

J'ai donc dit à mon ami, très gentiment, ce qui suit: « Si tu es une personne honnête et que tu crois que tu paies trop de taxes et d'impôts, et que tu supportes les politiques fiscales des conservateurs, retourne ta carte d'assurance-maladie, cette méchante carte communiste, marxiste même et assume tous tes frais médicaux avec tes revenus d'entreprise et de profession. Ce serait un début de congruence et une manifestation d'honnêteté. À défaut, cesse de chialer contre tous les Accurso de ce monde, les motards, la mafia, etc. En d'autres termes, ferme ta g..., parce que tu fais partie de la même confrérie. »

Depuis ce jour nous avons cessé de nous parler, car manifestement, ils bénéficient lui et sa famille de services médicaux auxquels ils n'ont pas droit parce que prendre sans apparence de droit, c'est ce qui définit le vol. Par ailleurs, je soupçonne que son épouse et ses enfants ne voteront pas pour les conservateurs aux prochaines élections et qu'ils apprécient le fait d'être encore Canadiens malgré les coups de Jarnac des conservateurs fiscaux à l'un des piliers de notre identité nationale.

En ce qui me concerne, mon père avait l'habitude de me dire: « Si tu paies de l'impôt fiston, c'est parce que tu fais de l'argent et que tu te débrouilles bien dans la vie. Tu as raison de demander des services, et les meilleurs! » Depuis cette époque, c'est avec fierté et sans honte ni critique que je paie mes taxes et mes impôts, notamment pour venir en aide aux plus démunis, supporter notre système de santé, et d'éducation et pour subventionner nos entreprises qui ont à coeur le développement de l'emploi conformément à des normes sociales et financières qui vont à la fois assurer notre prospérité à long terme.

Rendre à César ce qui appartient à César et à ....Dieu... (Mathieu XXII, 21)

C'est une question d'opinion, de congruence et d'honnêteté! Si vous avez l'intention de voter conservateur, rendez à l'État vos cartes d'assurance-maladie qui valent des millions en services et soins de santé. On ne pourra plus rien vous reprocher et c'est avec plaisir que je vous donnerai un 2 $ lorsque vous et votre famille serez à la rue!

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Les transferts fédéraux aux provinces en 2014-2015

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter