Claude Carignan

RECEVEZ LES NOUVELLES DE Claude Carignan
 

Harper en Chine

Publication: 13/02/2012 22:39

Ces derniers jours, le premier ministre Harper a complété une mission économique en Chine, qui a vraiment rapporté des dividendes importants pour le Canada et qui trace la voie à un accroissement significatif des liens commerciaux entre les deux pays.

L'importance économique de la Chine.

Avant toute chose, il faut savoir que la Chine est passée, vers la fin des années 70, d'une nation d'économie étatique fermée à une économie de marché. La Chine exporte pour 1.8 trillion de dollars dans le monde et importe pour 1.6 trillion. Avec 1.37 milliards d'habitants, la Chine a une croissance démographique fulgurante. Chaque année, c'est presque l'équivalent de la population québécoise, soit 7.3 millions de personnes, qui s'ajoutent à sa démographie. En enlevant les décès, c'est l'équivalent de1000 naissances à l'heure! La Chine a réussi une transformation économique remarquable depuis les années 70. Ce pays s'est hissé au rang de deuxième puissance économique mondiale, tout juste derrière les États-Unis, et se classe au premier rang des pays consommateurs d'énergie.

Et à ce chapitre, les quelques chiffres suivants permettent de bien comprendre les ententes conclues par le premier ministre. Selon la Banque mondiale, la consommation électrique de la Chine est de 1700 kWh par personne. Au Canada, c'est dix fois plus d'électricité que nous consommons, soit 17300 kWh par personne. En Chine, l'électricité est produite principalement (80%) par le charbon. La consommation en charbon équivaut à celle des États-Unis, de l'Europe et du Japon réunis. En 2030, la consommation aura augmenté de 120 % par rapport à celle de 2005. En ce qui a trait au pétrole, bien que la Chine soit le cinquième plus grand producteur au monde, elle importait jusqu'à récemment 30 % de sa consommation. Cette proportion a augmenté particulièrement cette année, avec la mise en opération d'un important oléoduc provenant de la Russie. Si cette croissance se maintient, elle devra, en 2025, importer jusqu'à 82 % de ses besoins en pétrole. Quant à l'énergie nucléaire, celle-ci ne répondait qu'à 0.5% des besoins énergétiques du pays, malgré son énorme potentiel de production électrique, sans rejet de gaz à effet de serre. Ainsi, la croissance de sa population, alliée à la transformation de son économie et à ses défis environnementaux, laisse entrevoir pour l'avenir des besoins énergétiques gigantesques.

Quant à lui, le Canada est la deuxième réserve de pétrole au monde et le troisième producteur de gaz naturel liquide. En matière d'énergie nucléaire, il détient la troisième plus grosse réserve mondiale d'uranium. Le Canada est également le deuxième plus gros producteur d'hydro-électricité. Dans ce contexte, il n'est pas surprenant que la Chine soit en voie de devenir l'un des plus grands partenaires économiques du Canada et que les échanges bilatéraux, déjà nombreux, n'aillent qu'en s'accentuant. Il coule de source que les deux pays ont tout intérêt à établir des partenariats stratégiques qui seront gagnants/gagnants. Rappelons que, jusqu'à maintenant, la presque totalité des exportations canadiennes de pétrole est dirigée vers les États-Unis.

Lors de la mission économique qui s'est déroulée la semaine dernière, vingt accords commerciaux ont été signés entre des entreprises des deux pays. De plus, 23 ententes et accords gouvernementaux portant sur une vingtaine de champs d'intérêt très diversifiés ont été conclus, incluant une étude conjointe sur les liens économiques entre les deux pays. Quatre de ces ententes ont particulièrement retenu mon attention.

Ainsi, une convention fiscale a été négociée afin d'abaisser les barrières fiscales et encourager le commerce entre les deux nations. Cette convention réduira les taux de retenues fiscales qui s'appliquent à certains paiements transfrontaliers et éliminera la double imposition pour les personnes et les entreprises qui font des affaires ou gagnent un revenu dans l'autre pays. À elles seules, ces mesures constituent un puissant incitatif aux échanges commerciaux entre le Canada et la Chine.

Par ailleurs, l'accord sur le transport aérien entre le Canada et la Chine a été élargi. Cet accord profitera aux voyageurs et aux entreprises dans divers secteurs de l'économie canadienne, notamment l'industrie touristique.

Un accord de coopération sur l'accès aux marchés a aussi été entériné par les deux gouvernements. Cet accord favorise une plus grande coopération entre le Canada et la Chine visant à résoudre les problèmes d'accès au marché pour les produits agricoles, dans l'intérêt des deux pays.

Finalement, le premier ministre a annoncé la conclusion d'importantes négociations qui permettront d'augmenter les exportations d'uranium canadien vers la Chine, pour une utilisation à des fins pacifiques.
Ah oui, j'oubliais, suite à un accord entre le Canada et la Chine, l'Association chinoise des jardins zoologiques signera une entente avec les zoos de Toronto et de Calgary, pour le prêt d'une paire de pandas géants au Canada, pour une période de dix années de recherche collaborative en matière de conservation!

Je crois que nous pouvons qualifier cette mission de réussite économique, commerciale et diplomatique et je suis très heureux des retombées économiques qui bénéficieront à la population canadienne.

Vos commentaires sont les bienvenus. Vous pouvez me suivre ou m'écrire à : www.claudecarignan.ca

Compte twitter : @senatcarignan
Facebook : Sénateur Claude Carignan