LES BLOGUES

Supprimer les subventions pour oxygéner la créativité des humains: quelle audace!

09/04/2013 06:42 EDT | Actualisé 09/06/2013 05:12 EDT
Alamy

Je ne parlerai pas de la vieillesse cette fois. Le sujet qui suit m'a trop séduit. Pouvez-vous imaginer qu'en supprimant les subventions, on ouvre la porte à la réussite en donnant un coup de main à la créativité de l'être humain? Que les subventions deviennent aisément des somnifères? Une forme d'assistanat. Un reportage dans La Presse de samedi démontrait l'importance de l'industrie du porc au Danemark...sans subventions.

Mais ce reportage s'ajoutait à un autre plus élaboré à la télé sur la Nouvelle-Zélande. Je viens de mettre la main sur un document de la Federated Farmers of New Zealand (Inc), la première organisation sectorielle représentant les agriculteurs et communautés rurales néo-zélandais, et diffusé par l'ambassade de Nouvelle-Zélande en France. Je vous en livre tout juste un condensé. La lecture est surprenante.

En 1984, la Nouvelle-Zélande a supprimé d'une façon inattendue et soudaine les subventions aux agriculteurs du pays. Chose impensable! Pourtant les exploitants néo-zélandais sont sortis plus forts de cette expérience. Laissés seuls face au marché, ils ont prospéré sans être dépendants de l'État. Cette expérience montre que les agriculteurs n'ont pas besoin de la charité de l'État, seulement de leurs propres efforts, raconte le document.

En 1984, près de 40 % des revenus bruts des exploitations ovines et bovines provenaient de 30 subventions du gouvernement. Un an plus tard: aucune subvention. La période avant cette suppression a vu la productivité agricole stagner à une croissance annuelle de 1 %. Depuis 1986, la productivité dans le secteur agricole avait augmenté d'une moyenne annuelle de 5,9 %. Elle s'est révélée être un catalyseur pour les gains de productivité. L'impact sur les agriculteurs est finalement apparu en1987. Dès lors, des prix de commodités en baisse et des coûts sur exploitations en hausse ont fait chuter les revenus et exacerbé les problèmes de dettes de certains fermiers. Le prix des terres, qui avait augmenté à des niveaux artificiellement hauts grâce aux subventions, plongea.

Cependant, la transition rapide vers une économie de marché s'est révélée moins pénible que prévu. Des prédictions annonçant qu'une grande proportion des agriculteurs quitterait leurs terres ne se sont pas réalisées. En comparaison, les prédictions officielles étaient que 8000 exploitations disparaîtraient. En réalité, ce ne fut qu'environ 800 fermes, soit 1 % du chiffre total qui dut vendre.

Le billet de Claude Bérubé se poursuit après la galerie

New Zealand from a Hobbit's Point of View

Quinze ans après, la valeur des terres s'est accrue, en même temps que la profitabilité des exploitations. Les prix des terres sont maintenant basés sur la capacité réelle à faire des profits, permettant ainsi aux jeunes de devenir agriculteurs. Plus de 15 ans plus tard, le secteur agricole en Nouvelle-Zélande s'est développé et est plus dynamique que jamais. Les années intermédiaires ont été un combat pour plusieurs, mais à présent les agriculteurs sont fiers de leurs accomplissements. Ils demeurent sans subventions, gagnant leur vie grâce à leurs propres efforts et cela, sans interférence. Les agriculteurs défendent désormais leur indépendance.

Les créanciers ont vite compris qu'il ne servait à rien de forcer à sortir les agriculteurs hors de leurs terres. Négliger les compétences des fermiers n'avait aucun sens commercial ou financier. Une large proportion des agriculteurs a ainsi pu restructurer ses dettes et continué à exploiter.

De 1986 à nos jours, la population rurale n'a pas diminué, mais a, de fait, continué à croître; et cela, au même rythme que le reste de la population.

Selon le document de la Federated Farmers of New Zealand que je cite, la suppression des subventions agricoles en Nouvelle-Zélande a donné naissance à une économie rurale vibrante, diversifiée et en pleine expansion. L'expérience des quinze dernières a complètement détruit le mythe que le secteur agricole ne pouvait prospérer sans aides gouvernementales; et que l'environnement ne pouvait pas rester sain.

Durant cette période, la valeur de l'activité économique dans le secteur agricole néo-zélandais a augmenté de plus de 40 % en termes de dollar constant. La contribution du secteur agricole à la croissance économique en Nouvelle-Zélande se maintient à 5,5 %.

Le secteur a augmenté de 14,2 % du PNB en 1986-87, à 16,6% en 1999-2000. La croissance du secteur agricole a dépassé la croissance de l'économie néo-zélandaise en général.

Le nombre de moutons a baissé de 29 %, mais le bétail a augmenté de 35 %. Néanmoins, malgré la baisse du nombre de moutons, la production totale d'agneaux en Nouvelle-Zélande a, en fait, augmenté. Par exemple, les poids de carcasses d'agneaux ont augmenté de 3kg, soit 13 %, depuis 1986-87, et une vache à lait moyenne produit 27kg, soit 20 % de lait en plus par an - en 1999-2000 - qu'en 1986-87.

La diversification de l'utilisation des terres a été bénéfique pour les exploitants et a augmenté la taille et l'éventail du secteur agricole néo-zélandais; alors que de nouveaux produits innovants ont été développés. La nouvelle situation assure un retour sur capital similaire à d'autres pays et un bon standard de vie.

La Nouvelle-Zélande a également profité de bénéfices environnementaux. La qualité de l'eau s'est améliorée; de plus, les gâchis dus aux subventions ont stoppé. Les exploitants ont adopté une utilisation plus efficace et ciblée des suppléments fermiers, tels que les fertilisants.

Que s'est-il passé après l'arrêt des subventions?

Les pratiques agricoles se sont ajustées rapidement au nouvel environnement commercial. Par exemple, des agriculteurs avaient préalablement reçu des subventions pour des fertilisants, mais pas pour des clôtures. Cela résulta en des applications massives de fertilisants, alors que les clôtures n'étaient plus en règle. Tout ceci s'arrêta avec la fin des subventions.

Les frais d'exploitation des agriculteurs ont, pour une grande partie, baissé. Auparavant la main d'œuvre, les fournisseurs, etc., récoltaient la plupart des bénéfices des subventions. Les fournisseurs savaient que les agriculteurs aidés avaient les moyens et en profitaient. Les fournisseurs furent forcés de devenir plus compétitifs.

Des exemples à citer incluent la dérégulation des marchés de l'emploi et des transports; ainsi que la réduction des taxes d'importation sur les charges agricoles.

Qu'est-ce qui a été entrepris afin d'aider les agriculteurs lors de la transition?

L'aide financière du gouvernement afin d'aider à faire la transition à un marché non subventionné fut minimale. Il a fourni une «aide de sortie» unique aux agriculteurs devant quitter leurs exploitations, équivalente à environ 2/3 de leurs revenus de l'année précédente.

Ceux avec des revenus extrêmement faibles eurent droit au RMI, sur la même base que des Néo-Zélandais au chômage ou à très bas revenus.

Il a de plus fourni des fonds pour un trust, créé afin d'apporter des conseils financiers aux agriculteurs et les aider à décider s'ils devaient, ou non, garder leur exploitation. Le trust employait huit conseillers sur le pays entier. Des commandites sociales, ainsi que les Federated Farmers of New Zealand, ont également contribué aux coûts de ce trust. Le gouvernement a fait peu d'effort afin de soulager les conséquences de la transition.

La Nouvelle-Zélande a environ 80 000 exploitations agricoles, couvrant approximativement 15,5 millions d'hectares. L'agriculture en Nouvelle-Zélande est principalement basée sur l'agriculture de pâture. Les exploitations fermières comptent pour environ 18 % du nombre total d'exploitations dans le pays; contre 20 % pour les exploitations d'ovins et de bovins. Le secteur agricole néo-zélandais consiste en plusieurs activités, dont l'horticulture, l'exploitation forestière, la céréaliculture et le tourisme rural.

Le secteur agricole néo-zélandais, en général, demeure une source importante d'embauche. Le secteur compte pour 11,4 % de la main d'œuvre totale de la Nouvelle-Zélande.

Environ 90 % du rendement total agricole est exporté. Les exportations agricoles comptent pour plus de 55 % des exportations de marchandises totales de la Nouvelle-Zélande. En 1999-00, ce pays comptait pour environ 55 % du commerce mondial d'agneau et 31 % du commerce mondial des produits laitiers.

Le taux d'aide à l'agriculture était de 1 % de la valeur du rendement en 2001. En comparaison, la moyenne pour les pays de l'OCDE est de 31 %. Le 1 % restant est, en fait, la provision faite pour l'aide à la recherche agricole.

Sur le long-terme, les dommages apportés à par les subventions furent importants. Les subventions restreignaient l'innovation, la diversification et la productivité en corrompant les signaux et nouvelles idées des marchés. Cela amena un gaspillage des ressources et un impact négatif sur l'environnement. Une grande part des agriculteurs de pâture avait une exploitation, en effet, dans le seul but d'obtenir les subventions.

Subjugué par cette expérience audacieuse et réussie, je me suis demandé si une mesure similaire pourrait s'adapter à tous les industries et commerces de la société. Au lieu de vivre de l'assistanat de l'État, l'imagination de l'être humain trouvera toujours de nouvelles façons de faire et surtout de meilleures.

Vous pouvez le texte de la Federated Farmers of New Zealand en cliquant ici.

Et Google offre plein de textes qui racontent les aventures personnelles de ces agriculteurs impliqués.

Et vous, êtes-vous aussi admiratifs?

Lisez d'autres articles de Claude Bérubé en visitant son blogue Leptitvieux.com

VOIR AUSSI

Budget fédéral 2013