Claude Bérubé

RECEVEZ LES NOUVELLES DE Claude Bérubé
 

Les 36 cordes sensibles des Québécois, 45 ans plus tard

Publication: 11/05/2013 11:16

En fouinant sous la poussière du grenier, au fond du coffre aux souvenirs, j'ai mis la main sur un bouquin publié en 1978 ! Je n'ai pas été le seul à le lire passionnément puisqu'il s'en est vendu 35 000 exemplaires. Un succès, surtout à cette époque, intitulé les 36 Cordes sensibles des Québécois. Jacques Bouchard, celui qui a créé la première agence de publicité québécoise, BCP, et que l'on surnommait le père de la publicité, en est l'auteur. Le livre est le résultat d'un travail acharné, quotidien de bénédictin pendant 10 ans, depuis 1968. Ce qu'on appelle aussi un travail sur le terrain.

Sur son bureau, il y avait six filières qui représentaient les six racines de notre peuple soit: les ancêtres paysans, vivant en Amérique du Nord dans une position minoritaire, Français-latin d'origine, encore tous catholiques à cette époque.

Au cours des années 1970, il ajouta six chemises dans chacune: elles correspondaient aux 36 cordes sensibles à l'origine de sa grille d'analyse.Toutes les enquêtes, les manchettes de journaux, les reportages, tout sur le comportement des consommateurs d'alors, tout aboutissait dans une de ces chemises. Ce dossier devint l'étude magistrale d'un homme de terrain. Rien de scientifique, mais une documentation bien étoffée. Toutes ses campagnes publicitaires à succès se sont inspirées de ce savoir. Jacques Bouchard disait que le secret, c'est de connaître les consommateurs. Toutes les réclames devaient ressembler aux consommateurs, leur dire ce qu'ils aimaient. Le Québécois de 1978 avait un besoin de fierté, de convivialité, d'enracinement et d'hédonisme.

Si vous êtes âgés de plus de 50 ans, vous vous souvenez sans doute de «On est 6 millions, faut se parler» pour Labatt, «On est 12012 pour vous servir» pour Hydro-Québec, «Qu'est-ce qui fait chanter les p'tits Simard» pour Laura Secord, «Dominion nous fait bien manger» ou «Mon bikini, ma brosse à dents» pour Air Canada. Toutes des publicités à grand succès de son cru. À ces quelques slogans qui ont survécu plusieurs décennies, il a toujours associé des vedettes, que ce soit Dominique Michel, Juliette Huot, Olivier Guimond ou les p'tits Simard.

Les Québécois entretiennent encore une relation unique avec leurs artistes. Ceux-ci sont des dieux et des membres de la famille. Il est payant pour les publicitaires de jouer sur cette corde. Peut-on penser à Bell sans Benoit Brière (100 messages) ou Pepsi sans Claude Meunier (75 messages en 20 ans)? Ils font partie de la famille. Un phénomène très québécois, donc un élément indispensable à la publicité, dira notre auteur.

Je n'ai pas ici l'espace pour énumérer les 36 cordes. Je ne ferai mention que de quelques-unes, et je tenterai de discerner leur évolution durant les 45 années qui ont suivi. Un exercice intéressant pour les 50 ans et plus comme moi, qui permet d'identifier les nouvelles cordes sensibles du récent Québécois.

En vous invitant à dénicher le bouquin original dans les bibliothèques publiques, il y a des sites sur l'internet qui abordent le sujet, vous pourriez faire l'exercice suivant que je propose. À défaut des cordes de 1978, le plus jeune sans l'information historique pourrait tenter de brosser le tableau de 2013.

Depuis 1978, il est évident que la racine du catholicisme a perdu des poils et même beaucoup, mais, au grand damne, l'élection récente d'un pape a semé tout un émoi passionnel. La spiritualité et le mysticisme se terrent à l'ombre. Peut-on parler d'un catholicisme civique et non religieux.

Le célèbre bas de laine qui a longtemps décrit le volet économe du Québécois est largement percé avec de grands trous. Nous dépensions 75% de notre salaire à cette époque alors qu'aujourd'hui nous nous endettons de 60$ à chaque gain de 100$ et sommes devenus des boursicoteurs et de super consommateurs. Il fut un temps où l'anti-mercantilisme traditionnel a connu des ratés, où le monde des affaires et l'entreprenariat ont commencé à fleurir, mais on voit revenir la hantise du capitalisme, du privé et de la grande richesse. Toujours la subtile relation avec l'argent. C'est au Québec où l'on retrouve le moins d'individus animés par l'entrepreneuriat.

La vieille corde terrienne du gros bon sens s'est envolée pour faire place aux opinions instantanées qui manquent totalement de recul et d'expériences. Réagissez maintenant, proclament tant de médias. Tout comme la simplicité terrienne remplacée par la forêt électronique.

Nous ne sommes plus les perpétuels porteurs d'eau à la solde de l'establishment anglophone, mais des audacieux capables de leadership et d'audace. Notre complexe d'infériorité issu de notre racine de minoritaire bat de l'aile pour être remplacé par la fierté. L'esprit de clocher a pris un virage avec le «pas dans ma cour» en flirtant avec le fanatisme politique et un patriotisme belliqueux. L'étroitesse d'esprit et le commérage ont pris une envergure avec les réseaux sociaux.

Le matriarcat prend de plus en plus du galon avec la présence importante des femmes dans toutes les sphères de la société et la grande cohorte majoritaire qui sortira des écoles et universités prochainement. Doit-on aussi conclure que nous aimons moins les enfants parce que nous en faisons moins? Le confort s'est trouvé une place à grande enjambée.

D'inventeurs-créateurs nous sommes devenus des scientifiques créateurs. Le conservatisme et l'attachement aux traditions a fait place à un intérêt porté sur le monde et la planète au détriment de notre histoire, à un hédonisme et un super confort qui ont volé la vedette traditionnelle à la discipline et la persévérance. On veut tout maintenant. L'individualisme a fait un bond en avant. La sentimentalité dans les téléromans a fait place aux événements-chocs et brutaux. Les hommes y exhibent un modèle masculin plus tatas. La joie de vivre a ouvert la porte à l'humour à outrance. Ou est-ce cette dernière qui est le symptôme d'un changement plus important et insidieux?

L'immigration galopante modifiera la souche française et les cordes sensibles, d'autant plus que la natalité est à la baisse. Le racisme a presque disparu pour laisser place à une xénophobie modérée.

Mais à votre tour de sortir votre pinceau pour brosser le portrait des consommateurs d'aujourd'hui et surtout d'en souligner les changements ou la continuité. Écrivez vos commentaires en indiquant votre âge, un détail qui me semble primordial.

Quelques chiffres indicateurs

Population
1976: 6 396 767
2010: 8 100 756

Naissances
1976: 98 022
2010: 88 500

Indice fécondité
1976: 1,7
1986: 1,3
2010: 1,7

Revenu familial
1974: 11,820$
2010: 57,500$

Prix moyen d'une maison unifamiliale à Montréal
1974: 43,868$
2010 282,000$

Sources variées, mais officielles.

Lisez d'autres textes de Claude Bérubé en visitant son blogue Leptitvieux.com


VOIR AUSSI

Loading Slideshow...
  • On aime le Québec!

    En vue de la Saint-Jean-Baptiste, le 24 juin, nous vous avons demandé d'identifier les raisons pour lesquelles vous aimez le Québec. Que ce soit pour ses grands espaces, les personnes qui y habitent ou la nourriture, nous avons toutes les raisons d'être fiers de notre Belle Province!

  • Notre langue

    Elle est belle la langue... française. On manie la langue de Michel Tremblay à notre façon, on varie le langage au gré de nos émotions, et ce, même si ça fait rire nos cousins français. Souvent imitée, jamais égalée, la langue française qu'est la nôtre reste une fierté nationale.

  • Nos microbrasseries

    Les Québécois aiment la (bonne) bière. Et nous avons la chance de posséder bon nombre de microbrasseries dans à peu près toutes les régions. De la bière Dieu du ciel! à la Cheval Blanc, on peut compter quelque 80 microbrasseries ou brasseries artisanales dans la Belle Province, produisant plus de 900 sortes de bières. Ici, Brasseurs illimités présentent leur bière «Matraque», clin d'oeil à la grève étudiante actuellement en cours au Québec.

  • Bonhomme (et son Carnaval)

    Il a été malmené dans la couverture d'un certain magazine canadien, mais Bonhomme reste un emblème québécois festif, même à l'international. De plus, n'oublions pas de mentionner sa superbe ceinture fléchée, fruit de 180 heures de travail de la flécherande Yvette Michelin.

  • La poutine

    «Patates, sauce brune et fromage font un excellent ménage...», chante Mes Aïeux dans sa chanson «Hommage en grains». Soyons francs, le monde en est jaloux. La poutine se mange à toute heure de la journée, chez Ashton, à Québec, ou à la Banquise, à Montréal. On a beau l'imiter, mais sans vrai fromage en grains du Québec, ce n'est pas pareil!

  • Céline Dion

    Quoi que vous en disiez, on sait que vous avez déjà chanté une chanson de Céline Dion sous la douche. La diva rayonne présentement à Las Vegas, où elle demeure avec son mari René Angelil et ses fils, Eddy, Nelson et René-Charles.

  • Les fromages d'ici

    Pâtes fermes, molles, des bleus, des chèvres... les fromages d'ici se marient à tous les goûts. Agrémentés de petits fruits du Québec, ils se révèlent un excellent choix santé. Osez de nouvelles saveurs!

  • Le VRAI sirop d'érable

    Pas question de servir du sirop de «poteau». Ici, on arrose notre assiette complète à la cabane à sucre de sirop d'érable pur, pour ensuite se goinfrer de tarte au sucre ou du pouding chômeur. Un chausson avec ça?

  • Nos fameux déménagements du 1er juillet

    À chaque année, c'est pareil. On coordonne nos déplacements avec les futurs locataires, on ne trouve plus de camions de déménagement, on peinture un vitesse... Le 1er juillet, on le fête en défaisant des boîtes!

  • Les Québécoises...

    Les Québécoises sont les plus belles femmes au monde, il faut se l'avouer. Mais n'entre pas qui veut dans leur vie. Messieurs, tenez-vous prêts, elle ont du caractère!

  • ...et les Québécois

    Oublions les danseurs nus du 281. Le Québec regorge de beaux hommes qui peuvent aller à la chasse et ensuite préparer le plus romantique des soupers. Quoi demander de plus?

  • Le Cirque du soleil

    En Chine, en Israël, en Italie, au Maroc, au Canada, le Cirque du Soleil exécute ses prouesses partout. Le fondateur Guy Laliberté, un p'tit gars de chez nous, est maintenant l'un des hommes les plus riches au monde. S'il s'était fait dire qu'il avait la tête dans les nuages à ses débuts, on peut maintenant dire qu'il est un philanthrope et un grand poète dans l'espace!

  • L'hiver!

    Si notre pays n'est pas un pays, on peut au moins affirmer que quand c'est l'hiver, c'est l'hiver! Notre neige fait l'envie des amoureux du ski et du snowboard, qui se donnent à coeur joie sur les pistes du Québec. Pour les autres, elle sert de matériel pour se construire un fort... ou se lancer des boules de neige!

  • Le Canadien de Montréal

    On est déçus quand l'équipe ne se qualifie pas aux séries, mais nul ne peut la détester. Le Canadien reste notre chouchou, bon match, mauvais match.

  • Notre solidarité lors des catastrophes

    Les Québécois ont beaucoup donné après le séisme en Haïti, en janvier 2010. Et quand la région de Saint-Jean-sur-Richelieu a connu d'importantes inondations, l'été dernier, les Québécois ont chaussé leurs bottes de pluie et sont allés aider nettoyer. Tout ça exclut les innombrables heures de bénévolat et d'aide de toutes sortes. Quand quelqu'un a besoin d'aide, il y a toujours une personne pour tendre la main. On peut être fiers de notre solidarité.

  • Notre eau

    Le Québec a des ressources naturelles inestimables. Si certains doivent se procurer de l'eau embouteillée, nous avons la chance d'ouvrir le robinet pour un verre de Saint-Laurent frappé. Malgré tout, il faut rester vigilants pour ne pas gaspiller notre or bleu. Santé!

  • Normand L'Amour et son Madrid (2.0)

    Une fierté sans nom. Après avoir semé la joie dans les McDonald's de Sorel-Tracy, le créatif chanteur Normand L'Amour est de retour pour faire la promotion de l'hôtel Madrid 2.0. N'ayez crainte, les chansons inspirantes et dinosaures sont au rendez-vous!

  • Nos festivals

    Les Francofolies, le Festival de Jazz, le Festival d'été de Québec, le Festival Juste pour rire, le Festival international des percussions de Longueuil, le Festival western de Sainte-Tite, le Festival du cochon, le Mondial de la bière, le Festival en chanson de Petite-Vallée, le Festival Fantasia, l'International de montgolfières de Saint-Jean-sur-Richelieu, les Rendez-vous du cinéma québécois, MUTEK, Piknik Électronik, l'International des Feux Loto-Québec, le Festival mode & design de Montréal, Divers/Cité, le Festival du nouveau cinéma... Vous vouliez des festivals? En v'là!

  • Nos bagels

    Les bagels Fairmount et Saint-Viateur n'ont pas dit leur dernier mot. Au Québec, on peut se vanter de servir d'excellents bagels fraîchement sortis du four, gracieuseté de la communauté juive de Montréal qui nous a fait découvrir ce délicieux pain.

  • Nos grands espaces

    Exotique, le Québec? Absolument. La province regorge de grands espaces à découvrir. Et le spectacle est saisissant, bien mieux que les photos de Cuba sur les pages de vos amis Facebook!

  • Notre drapeau

    La Grande noirceur nous aura au moins apporté un beau drapeau. Malgré sa signification controversée, le fleurdelisé s'exhibe en toute occasion. Pour les autres, il y a la feuille d'érable entre deux carrés rouges!

  • Un lait, deux sucres, s'il vous plaît!

    On a bien ri de la passion du premier ministre Stephen Harper pour le Tim Hortons. Mais soyons francs: les Québécois aiment y aller, que ce soit pour rencontrer le charmant homme de Réseau Contact ou satisfaire une envie pressante de cappuccino glacé.

  • Des maires fort colorés

    Ils nous font rire... ou rager. Le maire d'Huntingdon Stéphane Gendron a fait jaser sur les médias sociaux en traitant les étudiants de «puants de grévistes», alors que le maire de Québec Régis Labeaume voit tellement grand pour la capitale qu'il peut faire passer une loi spéciale pour un éventuel amphithéâtre. Malgré tout, ils ravivent la scène municipale, ne trouvez-vous pas?

  • Gilles Vigneault

    Gens du pays, c'est à votre tour... Éternel poète, Gilles Vigneault n'a pas perdu sa fougue de jeunesse. L'artiste reconnu internationalement s'implique activement dans des causes qui lui sont chères, comme le Jour de la Terre, le 22 avril.

  • Un rayonnement à l'international

    Nous sommes fiers de notre cinéma et de la place importante qu'elle occupe à l'international. Cette année, Monsieur Lazhar de Philippe Falardeau a tenté sa chance aux Oscars, alors que Laurence Anyways de Xavier Dolan et la co-production Hors les murs de David Lambert ont pris d'assaut le Festival de Cannes. Pas si mal pour une seule province!

  • ... et des souvenirs inoubliables pour les touristes

    Bref, le Québec n'a rien à envier aux autres provinces. En prime, nous attirons les touristes par tous les moyens que «nu» possédons. Et vous, pourquoi aimez-vous le Québec?

 
Suivre Le HuffPost Québec