LES BLOGUES

Le triste constat d'une police inefficace à Montréal

15/11/2014 09:07 EST | Actualisé 15/01/2015 05:12 EST

Le service de police de la Ville de Montréal se dirige vers un mur, et ce de façon spectaculaire. Analysons pourquoi.

Suivant à la lettre les lois de Parkinson, le département de police de Montréal est devenu un monstre dysfonctionnel, rongé par une maladie dont les symptômes sont l'incompétence, l'indifférence, le magouillage et le manque de loyauté. Auxquels s'ajoute une profonde envie de grimper les échelons à tout prix.

Le grenouillage des officiers supérieurs

Depuis l'ère Duchesneau, la direction du département de police est devenue un vrai guêpier. Les coups fourrés sont monnaie courante. En nommant un grand nombre de commandants, devenus de vrais petits seigneurs régnant sur des fiefs, ce département a tué la loyauté. Les clans y sont légion et les amis amènent les amis. La trahison est omniprésente, au point tel que des corps policiers hésitent à partager l'information.

Suspensions de plusieurs officiers supérieurs à la demande de la GRC, départs précipités pour d'autres; arrestation de Benoit Roberge par la S.Q. sans aviser la direction au préalable, enquête qui se continue dans le secret; l'affaire Davidson glissée sous le tapis; le départ précipité de l'as enquêteur Philippe Paul; la fronde de certains subalternes associés à l'ancien directeur... Tout cela mène directement vers une tutelle.

Que penser, quand il y a quelques mois, une série de perquisitions faites par la SQ de Longueuil et Laval mentionne qu'il y avait des ramifications à Montréal. Dans les remerciements faits par la SQ, nulle mention du SPVM. Comme si personne ne l'avait impliqué.

Qui ferait confiance aux enquêteurs de Montréal? La SQ, la GRC, les indics, les citoyens? Rappelons-nous les 1500 noms d'informateurs et de contrôleurs de sources qui ont semé dans la nature dans l'affaire Davidson. Ce corps policier souffre d'un manque criant de crédibilité aux yeux de ses alliés.

L'indifférence de la nouvelle génération

Cette police est en phase de devenir une vraie police municipale, des gens payés avec des salaires incroyables pour donner des billets et faire respecter les règlements municipaux. Selon une source sûre, les jeunes policiers faisant partie de certains groupes doivent donner 16 à 20 contraventions pour avoir la paix le reste de la journée. Oubliez la patrouille, oubliez les voleurs. Demandez à vos jeunes policiers de nommer cinq criminels dans leur secteur, ils ne sauront pas vous répondre. Mais soyez sans crainte, ils surveillent les portes de voitures non verrouillées, les lignes jaunes, les roues non alignées vers le trottoir, les cyclistes avec des écouteurs ou des gens traversant aux feux de circulation. Toutes les cibles faciles et rapides.

J'ai abordé un sujet brulant avec quelques jeunes policiers: la suspension et la retraite d'officiers supérieurs et de policiers douteux. Il est peut-être normal que le public oublie les noms, mais que des policiers ne sachent pas de quoi je parle, c'est une aberration. Un autre me dira que ce n'est pas de ses affaires. Alors, c'est l'affaire de qui? Sûrement pas des plus jeunes. Ceux-là ne veulent pas commettre de gaffes, ça pourrait compromettre l'avancement. Il faut comprendre qu'après quatre ans de service, vous pouvez vous rendre aux examens de sergent et sergent détective. Puis, votre culotte n'étant pas encore usée, vous pouvez tenter le coup pour commandant. Alors, pourquoi prendre des risques? Faites-vous des amis, c'est plus prudent. Tenez-vous loin des plus vieux qui osent et agissent, ils pourraient nuire à votre carrière.

Trop de bois mort et peu de décision

Nous avons trop de policiers à Montréal. Oui, nous en avons trop. Le problème, c'est que beaucoup sont dans des bureaux. Les spécialistes! Des statisticiens, des analystes, des sociaux-communautaires, des relationnistes avec le public, avec la communauté, avec les médias, des spécialistes en négociation, des assistants, assistants d'assistants. Tout ça ne remplit pas les rues. En fait, en comptant les officiers qui les dirigent, on trouve près de 200 spécialistes en tout et en rien. Pendant ce temps, il y a un criant manque de bras sur le terrain.

Il y a deux mois, j'ai été témoin d'une arrestation après laquelle il a fallu plus d'une trentaine de minutes pour savoir où irait le détenu. Aucun des officiers ne voulant l'homme dans ses cellules. Passant du Nord au Sud, puis à l'Est, pour se retrouver finalement au Nord, mais travaillé par les gars de l'Est. Ouf! Tout ça pour une violence conjugale. Il ne faudrait pas imaginer un meurtre!

Un autre cas me vient à l'esprit, une affaire d'homme armé de couteau. 20 policiers, le SWAT, l'enquêteur, les négociateurs, les lieutenants détectives, le commandant des médias et un officier supérieur. Pourquoi? Il faut quelqu'un pour prendre la décision. Quatre policiers tout au plus, ça ne suffit pas?

Comment imaginer des enquêteurs accusant des suspects sans poser de questions sur d'autres crimes possibles. Ceci, pour respecter l'ordre de ne pas faire de temps supplémentaire. Assister à la bêtise d'entendre un jeune policier finir une phrase par « Pas fort » et tourner les talons pour ne pas avoir à prendre une décision défavorable.

Se faire dire par une policière: «Pourquoi c'est moé qui a toute la marde.» Peut-être parce on te demande d'intervenir!

Un changement s'impose

Il y a un ménage à opérer dans ce service de police qui jadis faisait l'envie de tous les autres corps. Pendant des années, une banderole ornait l'entrée de l'école de police de la rue Mariette: « Par cette porte passent les meilleurs policiers du monde. »

Elle n'a plus lieu d'être. La tutelle guette ce service. Au prochain scandale, et il n'est pas si loin, quelqu'un devra prendre une décision déchirante, mais nécessaire. Si ce n'est pas de l'intérieur, c'est de force que le ménage se fera.

Le service de police de la Ville de Montréal est en phase de devenir un corps municipal comme les autres. Peut-être qu'un rapport oublié il y a des décennies parlera d'une police nationale formée d'enquêteurs et de corps de police municipaux donnant des contraventions pour le bien-être des citoyens. Ne riez pas, il y a quelques années maintenant, les policiers boudaient les contraventions pour stationnement et la ville a instauré les « abominables hommes verts ». Si nos jeunes flics ne servent plus à arrêter des voleurs, ils deviendront des assistants donneurs de billets éternellement en uniforme. Peut-être même désarmés, après tout, les hommes verts devenus gris ne le sont pas et ils survivent.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Les billets de blogue les plus lus sur le HuffPost

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter