LES BLOGUES

Harvey et Marvin, les receleurs de NDG

24/01/2015 08:58 EST | Actualisé 26/03/2015 05:12 EDT

Notre-Dame-de-Grâce, 1985. Nous sommes dans la période de Noël et comme je suis un des plus jeunes enquêteurs, je deviens le volontaire de soir, en fait presque de nuit. Un tas de paperasse m'entoure et c'est le bon temps de le mettre à jour. Je n'ai pas fait une heure de tri qu'un policier que je connais bien s'amène avec une autre liasse de paperasse.

- Salut mon meilleur enquêteur.

- Bon... Et tu veux quoi Nick?

Tout sourire, le gros homme me tend la liasse en m'expliquant qu'il a la clé de l'énigme.

- J'ai un kid mêlé à tous ces vols, il va nous parler.

Le géant trépigne d'impatience. Comment refuser? Je ramasse mon manteau et nous voilà chez le jeune qui dort. Mauvais réveil! La mère qui nous a avisés lui ordonne de nous parler, sinon c'est elle qui va tout dévoiler.

Une fois au poste, le jeune homme encore sous le choc nous raconte tout en détail et me donne le nom de ses receleurs : Harvey et Marvin.

Donc, au petit matin, après avoir rencontré un juge, je monte une force de frappe. En fait, nous serons quatre à nous rendre sur la rue Walkley pour aller souhaiter un joyeux Noel à mon nouvel ami Harvey.

La place se retrouve sens dessus dessous. L'arbre de Noël m'intrigue, un tas de cadeaux forme un monticule disparate. Le hic, c'est que les noms ne correspondent pas tellement à ceux de la famille. Personne ne dit mot quand mes hommes les ramassent. Bien sûr, il manque un tas de choses, mais nous avons de la preuve plus que nécessaire.

Harvey se met soudainement dans tous ses états. Il ne comprend pas et tempête contre sa femme. En fait, il l'accuse d'avoir acheté tous ces trucs volés à son insu. Lui et moi savons bien qu'il n'en est rien, mais comme il veut sauver la face, je ne vais pas l'obstiner.

- Je te comprends Harvey, mais c'est toi l'homme, le chef du clan... Tu ne vas pas laisser ta femme faire du temps, qui va s'occuper des enfants?

Voilà, pendant deux semaines, mon receleur va me rapporter manteaux de fourrure, télés, radios, etc. Un matin qu'il rapportait un truc sans importance, je lui demande de trouver une bague appartenant à une vieille dame.

- C'est la bague de sa mère... Tu dois comprendre ça.

Harvey tique un peu, mais deux jours plus tard, il se présente au bureau tout sourire.

- Tu vois comme je pourrais faire un bon policier.

Harvey reviendra avec quelques autres trucs revendus çà et là et à la fin, comme il restera trois bouteilles de boisson sans propriétaire, il en héritera.

- Joyeux Noël Harvey...

Le lendemain, Marvin se présentait au bureau avec un énorme système de son. Harvey lui avait passé le message. Ma réputation était faite, l'enquêteur qui savait tout, voyait tout, entendait tout et te retrouve où que tu sois. Harvey faisait finalement du bon boulot.

Ce texte est inspiré de mon dernier livre, Le Lansquenet solitaire