LES BLOGUES

Phylip le manipulateur

03/06/2017 11:13 EDT | Actualisé 03/06/2017 11:13 EDT

En 2014, je me suis impliqué dans une enquête de pédophilie, que des policiers-enquêteurs peu motivés bâclaient sans vergogne. Je me suis fait fermer des portes en claquant, j'étais dérangeant. J'ai dû rencontrer des dizaines de parents victimes du prédateur Phylip St- Jacques, prendre les déclarations, entendre leur détresse face à des policiers peu empathiques, consoler certains autres. Finalement, après plus de six mois d'enquête, grâce à une procureure de la Couronne et de plusieurs membres de la SQ, Phylip sera arrêté et détenu. Incarcéré pendant vingt-deux mois, il sera sentencié à 22 mois de prison, «le temps passé» et à tout un tas de conditions. L'histoire pourrait se terminer là et la vie continue.

Bien non... Deux mois après son retour à l'extérieur des murs, le voici repris encore une fois pour possession de pornographie juvénile et non-respect de conditions. «Interdis de chercher un emploi le mettant en contact avec des jeunes de moins de 16 ans et de communiquer avec des familles ayant de jeunes enfants sur les réseaux sociaux». Le temps de déballer ses valises, mon ami Phylip aura brisé les deux conditions. Cette fois, il s'en sort avec 90 jours à faire les fins de semaine.

Je comprends l'amour d'une mère pour son enfant, mais pas l'aveuglement ni le mépris pour les victimes.

L'avocate de la défense Me Michelle Lamarre Leroux plaide que le garçon pourrait perdre son travail en boulangerie et ses études en littérature. De plus... Il sera encadré, belle affaire! Lors de sa première condamnation, nous avons eu les mêmes assurances et j'ai eu les mêmes réserves. L'encadrement d'une mère qui dit ouvertement: «il a juste pris des photos et il ne les a pas violés.» Je comprends l'amour d'une mère pour son enfant, mais pas l'aveuglement ni le mépris pour les victimes. J'avais alors émis de forts doutes. J'avais prédit six mois avant une récidive. Il a battu mes prévisions de quelques mois.

Cette fois, il aura fait six mois de détention préventive me direz-vous, mais, si vous croyez qu'il ne va pas recommencer, vous êtes de ceux qui croient encore que le père Noël existe.

Quand tu inventes un père dealer de drogue, une sœur lui arrachant la peau du pénis avec ses dents, le forçant à des relations sexuelles avec ses copains, une mère sans cœur, des petits frères, des neveux, des petits voisins ayant besoin de son aide pour laver leur pénis, tu es menteur. Quand tu mets des photos d'enfants nus sur le net, tu n'es pas autiste, mais pédophile.

Alors la cour a tranché, 90 jours en discontinu. Tant pis pour le reste, du monde, Phylip ne doit perdre son emploi ni ses études. La dernière fois, il étudiait en photographie au CÉGEP maintenant en littérature. Pour ma part, je l'aurais fait étudier par correspondance à partir d'une institution à barreaux. Il y aurait travaillé à la boulangerie tout en suivant des traitements appropriés.

Vous me sentez sûrement un peu cynique face à tout ça. Oui, car je sais que j'aurai des nouvelles de ce pédophile. L'idée n'est pas de me demander s'il va recommencer, mais quand? La pédophilie est une question de pulsion. On aura beau dire que Phylip se voit encore comme un petit garçon, qu'il est fragile, je répondrai qu'il est assez malin pour endormir le système judiciaire. Bah, il n'est pas le seul et j'ai bien peur de le revoir dans un va et viens perpétuel entre la liberté et la cour.

LIRE AUSSI:

» La commission Chamberland

» Salmigondis de la semaine

» Entre l'incurie, la tricherie et l'indifférence


VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Les billets de blogue les plus lus sur le HuffPost

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter