LES BLOGUES

Des analyses et des points de vue multiples sur l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Christine Foley Headshot

C'est le temps de se prendre en main

Publication: Mis à jour:
Imprimer

C'est le temps de se palper plus que jamais. C'est le temps des kystes, des tumeurs et des mottons.

C'est le temps où on te demande tes antécédents, si ton papa a déjà eu les boules, si ta maman en a déjà perdu une.

C'est le temps des sondages et des sondes. On va vous rentrer ça dans le péteux, voir. On va vous échographier le ventre, au cas. Placez votre sein sur le plateau, ici, qu'on vous l'effoire. La thyroïde vous fait elle des tracas? Faites-vous de beaux cacas? Fumez-vous toujours? Parce que vous ne devriez pas.

C'est le temps du qui-vive, du d'un coup que, du c'est quoi ça, ici, c'te bosse? C'est le temps de penser à la mort à chaque détour de son corps. C'est le temps de la trahison des méchants, méchants mottons. Il y a une amie qui en a eu au cerveau, une autre, c'était dans les poumons.

C'est le temps de se prendre en main, à pleine main. Le bout du doigt qui fait des cercles comme ça. Devant le miroir, levez les bras. Quand vous vous douchez, touchez ici, touchez là. Sentez-vous quelque chose? Sentez-vous la camarde sous vos aisselles?

Ces grains de beauté qui constellent ma carte du ciel pourraient se retourner contre moi et me tuer, maintenant?

C'est le temps de sentir quelque chose, oui. La tristesse et la peur. Dois-je vraiment fouiller ma carcasse à la recherche d'un tubercule? Ces grains de beauté qui constellent ma carte du ciel pourraient se retourner contre moi et me tuer, maintenant? Et les os qui se détraquent? Et les gencives qui se rétractent? Dans l'oeil, cataracte? Dans le cœur, patraque? Et voilà que je vois la vie en morose...

Non! Je refuse! Je m'insurge!

C'est le temps de prévenir pour mieux guérir! Tâter pour tasser le trépas! Même s'il avance pas à pas. Je vais durer! Je vais jouer à l'éternelle! Je me caresse et me flatte. Je me dilate et me fouille. Je pianote et me touille. Je me love. Je m'amoure. Je bois à grandes lampées mon bol de soupe et mon bol d'air. Paraît que c'est bon contre les mottons.

Et si je te trouve sous ma paume, petite sphère, je te ferai la guerre aussi fortement que je m'aime. Je t'arracherai à moi, te réduirai en poudre, salope. Et si tu gagnes du terrain, que t'appelles tes copains et me vaincs, ce sera le temps de tirer ma révérence, en robe à paillette et en boa noir. On me glissera les pieds tordus dans des souliers de satin. Et on peinturera un sourire carmin sur mes lèvres cousues. Qu'est-ce que j'aurai valu la peine d'être vécue!

D'ici là, je me tâte et me gâte. La vie est belle et sans grumeaux. Soyons vigilants. Soyons vivants!

Sensuellement vôtre,

La méno-pin-up

LIRE AUSSI:
» Quand madame pète sa coche
» Libérer ma toutoune
» Je t'emmerde, Morphée


VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter