LES BLOGUES

Libérer ma toutoune

02/05/2017 09:18 EDT | Actualisé 02/05/2017 09:18 EDT

Bon. Avant que l'on se mette à me garrocher son verre de boisson à l'aspartame dans le visage, je sais que se battre contre son poids est une bataille de tous les âges. Mais, voilà, moi, j'ai été un piquet pas mal toute ma vie grâce à un mélange d'alimentation équilibrée, d'exercices réguliers et de drogues dures. Alors, les grosses, fâchez-vous pas. Pas de totons, pas de fesses, ce n'est pas mieux. Nos combats sont juste différents.

Bref, j'ai toujours été mince, sauf la fois que j'étais enceinte et la fois que j'ai rencontré l'amour de ma vie: les noix de macadam. Oui, là, j'ai grossi. Mais ça faisait beau. C'était un beau gras tight, sous ma peau tight. Et c'était bien égal.

En plus, ça se perdait comme un charme, cette adiposité, les amis! Deux-trois steppettes de plus, un bol de salade et hop! De retour à la femme allumette et allumante!

Récemment, il s'est ajouté à ma garde-robe, une jolie ceinture bourrelée et sa culotte capitonnée. De toute beauté!

Mais récemment, il s'est ajouté à ma garde-robe, une jolie ceinture bourrelée et sa culotte capitonnée. De toute beauté! Et voilà où le bas du corps blesse: ce sont des accessoires qui ne s'enlèvent plus!

J'ai beau embrasser les hydrates de carbones bye-bye, virer paléo-mystique, m'entraîner à squatter mon cul comme si j'allais auditionner pour faire le double d'une Kardashian, rien à faire. Je perds toute la graisse de mes déjà humbles seins pour leur donner un look si triste qu'Oxfam Québec veut m'envoyer de l'argent, mais je ne perds nada sous la taille...

Charmant. Je suis passée d'échalote à échalote qui a avalé une poire. Évidemment, mes vêtements ne tombent plus bien du tout. Ce demi-ballon de handball collé à mon ventre, si typique de la «madame de 50 ans», dont je me désolais quand j'étais plate et sans marque, vient briser la ligne de la plupart de mes jupes et de tous mes pantalons.

Alors quoi?

Alors, il faut que je m'achète du linge plus grand, oui. Mais il faut aussi que je libère ma toutoune. Ça fait des années qu'elle ne demande que ça, sortir un peu et s'amuser à rebondir quand je me déplace. Je dois apprenne à dribler avec mes nouvelles rondeurs. J'invite la boulotte en moi à prendre sa place sur la balance. Oui! Je l'ai dit bouffie!

J'entends déjà des filles me dire «You go girl!», en croquant soit dans un céleri, soit dans un beigne.

Et j'entends déjà des gars me dire «Oui! Des couuuurbes! On aime ça les couuuurbes sur une feeeemme!» Ouan... Vos dossiers intitulés «Exécutifs», qui sont en fait votre porno, me laissent penser qu'on ne parle pas du même genre de courbes, désolée d'avance.

Cesser de me battre contre mon expansion ça ne veut pas dire me laisser aller. Attends-tends-woah-woah. Mais il faut que je me fasse à l'idée d'augmenter d'une taille ou deux avec le temps. Et ça se peut que trois et quatre. Après ça, j'arrête de compter. Sinon, je vais brailler dans mes gaines Spanx. Et ça ne me tente pas. Ça donne des vaginites, les Spanx.

Je sais qu'il va falloir que je m'habitue à épaissir. Je peux me le permettre. Mais j'ignore jusqu'où le carré de mon visage va s'étendre. Je crains cet empâtement des joues qui te bouledogue un brin.

Mais voilà, en libérant ma toutoune, quel stress de moins, je vivrai! Et quelle belle grand-mère je serai, un jour! Une mémé, c'est plus joli dodue que maigre-sec... Oui... Il faut que je voie les côtés positifs de la chose...

Un: Je remplis maintenant mon soutien-gorge. Yé!

Deux: Quand je vais tomber, petite vieille, comme toutes les petites vieilles qui tombent, avec une chambre à air autour de mes hanches, je me casserai moins facilement! Et si je suis malade et sans appétit, j'aurai des réserves en masse pour puiser et me refaire des forces. C'est ben fait la nature quand même...

Trois : Je vous l'ai dit pour les plus gros totons?

Bon, c'est ça.

Sensuellement vôtre,

La méno-pin-up

LIRE AUSSI:

» Je t'emmerde, Morphée

» Les bouffées de chaleur comme les flatulences

» Mes dernières années fourrables


VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST


Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter