LES BLOGUES

Amour recherché pour contrat à moyen terme

15/04/2013 04:23 EDT | Actualisé 15/06/2013 05:12 EDT
Getty Images
Beautiful couple inside a greenhouse

Je suis dans ma trentaine, sans enfant et je suis à un moment où j'observe et où je réalise avoir perdu quelque peu mes repères. Je suis une monogame en série comme on les appelle; et série dans mon cas signifie relations à long terme.

Deux longues relations plus tard, me voilà avec une carrière en plein essor, bien entouré, épanouie, mais équipée désormais d'une maturité pragmatique et d'une lucidité ma foi aussi vive qu'un trait de citron sur une plaie ouverte qui me permet de jeter un nouveau regard sur les relations de couple.

Mon cœur? Oh, il va bien. La plaie s'est refermée, j'ai quelques belles cicatrices qui auront marqué les passages de ma vie. Les cicatrices, c'est joli.

Cela enrobe notre personnalité d'une boucle rouge chatoyante, la rend plus présentable.

Je n'ai été qu'en amour qu'une seule fois. Par amour, je réfère à un amour pur, naïf et inconditionnel. J'étais plus jeune. Et puis j'ai aimé, d'un amour mature. Un amour moins Walt Disney, avec des devoirs, des responsabilités, avec une vision plus objective et réaliste des choses. Mais je me serai donnée entièrement les deux fois.

Une décennie plus tard, je me demande si je peux aimer à nouveau selon les standards sociologiques actuels.

Je suis capable d'éprouver des sentiments, d'apprécier une personne. Mais Aimer ? Comment sait-on lorsqu'on aime réellement? Peut-on aimer l'un et désirer une autre personne? Si l'on désire un autre être humain, en couple, cela signifie-t-il que nous n'aimons pas réellement? Mon point est que le Catholicisme (et attention, je fais mes prières avant de m'assoupir le soir) nous a complètement dépeint une vision irraisonnée et irréaliste de ce que devrait être un couple et qu'au final, côté pratico-pratique, il en est tout autre.

« L'amour dure trois ans », soutien Frédéric Beigbeder. J'ai tendance à y croire. Les statistiques, la science, les psychologues, la sociologie.... Tout cela a un poids, du moins à mes yeux. Ces derniers expriment fidèlement le réel, sans l'idéaliser.

Je ne peux m'empêcher de relever certains courants... Autour de moi je vois des couples qui s'aiment, soit (mais souvent leur relation est jeune alors attendons voir...) ou qui ont de l'affection l'un pour l'autre, mais qui selon leur discours.... Ne s'aiment plus.

S'aimer selon moi, c'est se rechoisir chaque jour.

Et non être ensemble par habitude. Je suis certaine que beaucoup de ces couples qui sont ensemble depuis longtemps ne se rechoisiraient pas nécessairement si on leur en donnait les moyens (que ce soit par devoir moral, par moyens financiers, par manque de courage, etc).

L'humain étant ce qu'il est... je comprends qu'on puisse rester ensemble par affection et par habitude.... Bien que ce ne soit pas pour moi.

Il m'arrive de croiser à l'occasion un vieux couple; de vieux complices qui se tiennent par la main tendrement. Ils sont magnifiques.

Mais je ne crois plus que ce soit un but en soi.

Autour de moi...... Une tonne de couples qui éprouvent des problèmes relationnels, sexuels, de communication profonde, ou qui choisissent de se fermer les yeux sur bien des aspects de leur vie de couple. Je ne juge pas.... Je souhaite profondément à tout et chacun d'être heureux, de trouver sa voix.

Par contre, il ne faut pas se leurrer. Il est clair pour moi qu'être en couple depuis des années ne signifie aucunement un couple qui « s'aime » mieux ou davantage. Il y a vivre ensemble comme des colloques aussi. La vérité est parfois dure à entendre ou à lire, mais il en va ainsi. Je recueille régulièrement des confidences et je vois un tas de couple dont l'un des conjoints demande le divorce dès qu'il accède à un poste plus lucratif ou que l'un d'eux gagne à la loterie. C'est inconcevable, n'est-ce pas? Et pourtant çà arrive.

Bref, je cherche mes repères. Ou plutôt, je suis plus lucide que jamais. Ma vision de l'amour et du couple est moins romantique, ça saute aux yeux. Moins rose. Plus terre-à-terre. Plus mature, peut-être.

Je crois fermement que nous devrions cesser de nous démener, de nous obstiner lorsque les choses vont mal depuis un bon moment...

J'ai eu droit à plusieurs confidences :

« Il est beaucoup plus facile de se laisser aimer que d'aimer »...

«Je souhaite avoir quelqu'un qui prenne soin de moi lors de mes vieux jours, qui arrivent à grands pas ».

« En cas de maladie, je veux qu'on prenne soin de moi ».

Des colloques avec sentiments, c'est tabou. Mais c'est partout. Je cherche à définir ce qu'est que d'être Amoureux. Peut-être que l'amour ne se conjugue surtout pas au plus-que-parfait, après tout.