LES BLOGUES

Deux roues pour sauver l'Arctique

02/10/2014 10:55 EDT | Actualisé 03/12/2014 05:12 EST

Manhattan, un dimanche d'automne. 400 000 personnes défilent dans les rues pour demander des actions concrètes contre les changements climatiques. Parmi elles, une dizaine tiennent une grande bannière en inuktitut appuyant la lutte des Inuits de Clyde River, une petite communauté au Nunavut, contre les forages pétroliers dans leur région.

clyde river

La Marche des peuples pour le climat fut l'un des plus grands rassemblements de l'histoire des États-Unis et sa force fut démontrée autant par le nombre de participants que par l'ampleur de sa diversité. Le rassemblement regroupait certes des environnementalistes, mais aussi des travailleurs, des étudiants, des militants pour la justice sociale, des militants pour les droits des Autochtones et des dizaines d'autres groupes concernés. La croissance du mouvement contre les changements climatiques reflète aujourd'hui la globalité de cet enjeu et démontre que pour changer les choses nous devons inclure tout le monde.

Les changements climatiques mettent en évidence l'interdépendance des citoyens autour du monde. Cette interdépendance ne saurait être mieux exprimée que par les conséquences observées dans l'Arctique. Dans cette région fragile, la température augmente deux fois plus rapidement qu'ailleurs sur la planète. Depuis 1979, la calotte polaire a perdu trois quarts de son volume. En 2012, l'étendue de la glace marine a atteint son niveau le plus bas depuis que les observations ont commencé. Dans quelques décennies, l'océan Arctique pourrait être libre de glace en été.

L'Arctique possède un écosystème extrêmement beau et complexe. Il abrite des millions de personnes, ainsi que des espèces merveilleuses comme les ours polaires, les narvals et les morses. L'Arctique est «le climatiseur géant» de la planète et il permet la stabilisation de notre climat. Une chose est claire: peu importe d'où nous venons, la situation de l'Arctique nous affecte tous.

Jusqu'à très récemment, il était facile pour les gouvernements des pays de l'Arctique d'ignorer les dangers auxquels cette région fait face et d'aller de l'avant pour ouvrir cette zone à l'exploitation industrielle. Non seulement l'Arctique est un endroit éloigné, tant physiquement que dans les pensées quotidiennes des gens : il est aussi un lieu géographique avec une population souvent ignorée par les décisions prises dans les capitales plus au sud.

Ensemble, nous sommes en train de faire changer cela. Le mouvement Sauvons l'Arctique lancé par Greenpeace en 2012 compte aujourd'hui sur plus de six millions de citoyens à travers le monde qui participent régulièrement à nos appels à l'action en ligne. Plus de mille scientifiques, artistes, intellectuel(le)s et politicien(ne)s ont d'ailleurs endossé la Déclaration sur l'avenir de l'Arctique par laquelle ils appuient la création d'un sanctuaire naturel dans les régions inhabitées autour du pôle Nord.

C'est cette mobilisation planétaire qui nous permet d'avoir des rencontres politiques d'importance, comme celle qu'on a eue avec le secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, il y a quelques jours.

Mais il reste encore beaucoup de travail pour que nous puissions créer un débat politique et social qui ne pourra plus être ignoré et qui nous mènera vers un avenir ou le pétrole extrême restera sous terre, ou l'Arctique sera protégé et où nous serons en pleine transition vers des énergies propres et renouvelables.

ice ride 2013

Rouler pour l'Arctique au Québec

Ce samedi 4 octobre, dans plus de 150 villes autour du monde, des milliers des citoyens enfourcheront leurs vélos et mettront leurs patins pour demander la création d'un sanctuaire naturel dans les zones inhabitées autour du pôle Nord. Ils rouleront pour sauver l'Arctique.

Pour trouver un Cyclotour Arctique près de chez vous, vous pouvez aller sur iceride.org

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Le changement climatique en quelques photos

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter