LES BLOGUES

L'effet niqab et l'égalité hommes-femmes

29/09/2015 09:52 EDT | Actualisé 29/09/2016 05:12 EDT

La semaine dernière, j'ai écrit un billet qui dénonçait la fabrication de robots sexuels. Je disais qu'à mon avis, ceux-ci ne constituaient pas la bonne solution pour contrer efficacement l'exploitation sexuelle dans le monde. À la suite de sa parution, vous avez été nombreux à réagir et j'ai été surpris de constater la variété des commentaires reçus. En somme, mon article fut bien reçu, mais j'ai eu droit à quelques belles perles.

Plusieurs utilisateurs masculins trouvaient que le problème avec les robots sexuels féminins, c'était qu'ils ne faisaient pas encore le lavage, le repassage et la vaisselle. Ce genre de commentaire m'a fait réaliser pourquoi certaines femmes espèrent qu'une version masculine des robots sexuels sera développée.

Une femme a écrit qu'elle était «consternée» de me voir parler d'un sujet aussi important en y apportant une dose d'humour. C'est vrai que cela aurait été plus approprié de parler de robots sexuels avec une boîte de Kleenex à la main (pour essuyer les larmes évidemment). Cette même utilisatrice était également outrée de voir que le billet avait été signé par un homme.

Un autre utilisateur, faisant référence à ces robots, a sagement écrit: «comme une femme, elle est due quand elle se met à grincer». Parions que cet utilisateur est célibataire et que ses relations avec les femmes... ne baignent pas dans l'huile. Mes salutations, Sébastien.

Je répète qu'en général, mon dernier billet fut bien reçu. Pourtant, je viens de donner de la visibilité aux personnes l'ayant utilisé pour faire des blagues ou critiquer sa forme. Ce faisant, je prends une minorité de personnes en exemple pour écrire près de la moitié de ce texte. Pendant que vous lisez ces lignes, je n'aborde pas les causes qui sous-tendent l'exploitation sexuelle. Je dévie complètement de sujet. C'est ce que j'appelle «l'effet niqab».

Le port du niqab lors de la prestation du serment de citoyenneté est un événement relativement isolé. Pourtant, il est devenu un enjeu important de la campagne électorale fédérale. Grâce à lui, les conservateurs ont réussi à faire bouger les intentions de votes en leur faveur. Pendant qu'on parle de niqab, on ne parle pas de l'oéoduc Énergie Est ou d'un péage sur le pont Champlain.

Dans ce cas précis, l'effet niqab permet donc de détourner volontairement l'attention du public afin de remporter des votes stratégiques.

Pourquoi ce subterfuge fonctionne-t-il? Parce qu'il mobilise la population autour d'un enjeu émotif. Derrière le niqab, certains aperçoivent la menace islamique. Plusieurs y voient un symbole de soumission de la femme qui est incompatible avec les valeurs canadiennes et québécoises. Des générations de femmes et d'hommes se sont battues pour vivre dans une société libre et égalitaire. Le niqab serait une atteinte aux combats menés.

Parce que s'il y a bien une chose qui fait l'unanimité au sein de notre société, c'est l'égalité entre les femmes et les hommes! C'est un principe tellement ancré que personne n'oserait le contredire.

En fait, c'est ce que je croyais avant de lire les commentaires rédigés à la suite de mon dernier billet...

Je termine en vous disant que, quoique vous m'écriviez, cela demeure toujours un plaisir de vous lire. Un jour, je rédigerai un billet sur les meilleurs commentaires publiés sur mon blogue. Vous voulez participer? Alors commencez maintenant.

Paix,

Charles-Hugo

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Les promesses de la campagne électorale

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter