LES BLOGUES

Le Mitzuchi pour observer, étudier et nettoyer les océans

04/10/2014 09:26 EDT | Actualisé 04/12/2014 05:12 EST

Le Mitzuchi est une nouvelle classe de catamaran hydroélectrique qui serait spécifiquement conçu pour observer, étudier et nettoyer les océans. Il serait alimenté par des piles à combustible et par des moteurs électriques.

Dans tous les océans du monde, il y a des quantités énormes de débris qui flottent sur et sous la surface de l'eau. Le plus gros amas de débris flottant est d'ailleurs connu sous le nom de Great Pacifique Garbage Patch ou vortex de déchets du Pacifique nord (lire l'article sur Wikipédia).

Après en avoir entendu parler et lu sur ce phénomène, j'ai eu l'idée de créer un vaisseau qui serait utilisé par des scientifiques et des journalistes du monde afin d'observer, d'étudier et d'en apprendre plus sur les impacts que les matières plastiques ont sur la vie marine. Il pourrait aussi être utilisé afin de trouver et de tester différents moyens de nettoyer les océans au cours des siècles à venir. Je sais que la tâche est colossale, mais nous devons commencer quelque part et ce concept peut être une première solution à ce problème.

Le Mitzuchi est un catamaran qui pourrait naviguer à l'intérieur des « zones contaminées » afin de recueillir, d'identifier et de suivre les mouvements des particules de matière plastique. Il pourrait être équipé d'un système de collecte qui serait situé entre ses deux coques comme un tapis roulant en maille, ou fait de louches, qui serait abaissé dans l'eau à un certain angle pour ramasser des échantillons de débris marins qui seraient ensuite mis dans des bacs d'observation. Sur le pont, les superviseurs seraient capables de trier et de séparer les autres objets et de remettre à l'eau les poissons pris au piège.

De chaque côté du bateau, il y aurait un bras hydraulique robotisé pouvant servir à ramasser les débris flottants, à déployer des motos marines, des canots motorisés, des submersibles scientifiques et d'autres types d'équipements. Le Mitzuchi serait également en mesure de recueillir de plus grands champs de débris flottants à l'aide de barrières flottantes gonflables comme celles proposées par le projet d'assainissement The Ocean Clean-up.

Pour maintenir une certaine tension sur ces barrières, de petites motos marines sans pilote (Sea-Doo) pourraient s'étendre vers l'extérieur et tirer la série de barrières pour pouvoir regrouper et attraper les débris, ce qui permettrait au navire de les extraire efficacement. Ces motos marines pourraient être pilotées à distance par des opérateurs se trouvant à bord du navire, et ils pourraient également disposer de pilotes automatiques qui seraient reliés au navire. Ils recueilleraient ainsi les débris flottants en créant un énorme V devant le navire, ce qui dirigerait les débris entre les coques et dans le système de collecte.

Entre autres choses, ce navire pourrait servir de navire de recherche en biologie marine, de sorte qu'il serait équipé de laboratoires ainsi que de cabines pour loger les scientifiques et les membres de l'équipage. À mon avis, le Mitzuchi aurait également besoin d'un espace pour accueillir des journalistes et des militants célèbres, ce qui pourrait aider à faire passer le message au public et aux partis politiques importants. En conséquence, le navire doit être équipé de cabines confortables et d'espaces de vie pour pouvoir les accueillir. Il pourrait y avoir un héliport à l'arrière, et une plate-forme d'observation qui pourraient descendre dans l'eau pour faciliter les entrées et les sorties des plongeurs. Plus d'un navire devrait être construit, et le projet dans son ensemble devrait devenir un projet d'envergure international.

J'aimerais remercier Ray Mattison de Design Eye-Q qui a créé les plans du Mitzuchi. Ray est basé près de Duluth au Minnesota (États-Unis). Il a fait ses études au College for Creative Studies, et a travaillé pour Cirrus Aircraft et Exodus Machines. Ray a aussi créé les images du système de transport urbain Aladin, et l'avion a effet de sol Argentic.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter