Cedric Lizotte

RECEVEZ LES NOUVELLES DE Cedric Lizotte
 

Myanmar intouché (première partie)

Publication: 03/01/2013 09:27

Au Myanmar, à Yangon comme à Mandalay, la plupart des trottoirs est impraticable. Un système d'égouts pluviaux en dessous du trottoir devrait être couvert par des plaques de béton, mais une plaque sur trois est cassée ou tout simplement manquante. Et quand le trottoir est couvert, des vendeurs de fruits, d'herbes, d'ail et de gingembre, de vêtements traditionnels birmans, de gougounes, de fausses Ray-Ban Wayfarers ou de mauvaises copies de Converse All-Stars s'y installent. Parfois, il s'agit plutôt de restaurants de rue, avec des chaises en plastique pour enfants pour s'asseoir et des tabourets en guise de tables, qui installent leurs cuisines de fortune et leurs petits poêles au charbon sur le dangereux trottoir, ballottant et risquant de casser à chaque pas, lourd et friable.

Mais ce qui frappe le plus, sur les trottoirs du Myanmar, c'est l'omniprésence des génératrices au diésel.

L'électricité, c'est presqu'un luxe. Le système électrique birman est en très mauvais état, et les blackouts sont fréquents. Sans prévenir, l'électricité saute sur quelques coins de rue à la fois. Et puisque le gouvernement, plutôt sourd face aux demandes de ses citoyens, s'occupe de l'électricité, personne ne sait quand le courant reviendra.
Les entreprises et les familles plus fortunées doivent donc se procurer des génératrices, qui fonctionnent parfois durant de longues heures.

Aussi, le climat à Yangon et Mandalay est chaud et sec, et des nuages de poussière, de fumée de charbon de bois, de sable et de fumée de pétrole sont constamment dans l'air, le rendant parfois à peine respirable.
Pourtant, le Myanmar est un endroit extraordinaire à visiter. Parce que ses habitants sont d'une gentillesse et d'une générosité inégalée.

Généreux alors qu'ils n'ont rien
Dû à son histoire pathétique, le Myanmar est coupé du monde depuis plusieurs années. Ce n'est que depuis juin 2012 que les touristes peuvent obtenir un visa d'entrée rapidement - en aussi peu que trois heures à Bangkok ou 36 heures à Kuala Lumpur.
Les Birmans sourient invariablement lorsqu'ils aperçoivent un étranger. Une fois sorti du centre-ville, je suis inondé de "hello!" lorsque je me promène, interpellé par les jeunes comme des plus vieux. Et les enfants sont virés sens-dessus-dessous lorsque je leur adresse la parole ou fait quelques blagues. Toujours prêts à aider, sans malice, les gens sourient et sourient encore.

Loading Slideshow...
  • Myanmar

    Tous les jours, à Yangon

  • Myanmar

    Le "caissier" de l'autobus

  • Myanmar

    Tous les jours, à Yangon

  • Myanmar

    D'immenses chips semblables à des pitas

  • Myanmar

    Yangon

  • Myanmar

    Une gare de train entre Yangon et Mandalay

  • Myanmar

    Des milliers de gousses d'ail

  • Myanmar

    Le marché de Mandalay

  • Myanmar

    Le centre d'achats est en mauvais état

  • Myanmar

    Un garçon joue dans un autobus vide

  • Myanmar

    Le mohinga

  • Myanmar

    Une scène de salon de thé

  • Myanmar

    Est-ce le building ou l'échafaud qui est croche?

  • Myanmar

    Sur l'Irrawaddy

  • Myanmar

    La pagode Shwedagon, à Yangon

  • Myanmar

    Un garçon et son papa

  • Myanmar

    À Mandalay

  • Myanmar

    Le marché de Mandalay

  • Myanmar

    Un garçon et son petit frère

Les gens vont aussi défendre les visiteurs. Par exemple, lorsqu'une vendeuse ambulante tente, dans le train, de changer le prix de ses mandarines parce qu'elle les vend à une touriste, trois ou quatre voyageurs, birmans, s'interposent et demandent à la vendeuse ambulante de cesser de mentir.
Après la fermeture d'un petit restaurant et après avoir offert un verre à deux employés libérés de leurs obligations, ceux-ci s'empressent de me faire goûter, gratuitement, les alcools locaux qui ne sont pas au menu. Après quelques verres, ceux-ci m'invitent à un spectacle extérieur qui se termine aux petites heures du matin. Soucieux de mon bonheur et de ma sécurité, ils m'avisent de bien sécuriser mes poches, de rester près d'eux; bref, ils me traitent comme un frère.

Politique dévastatrice
Si, en Asie du Sud-Est, la Thaïlande représente la fête, si le Vietnam rappelle la guerre, et si Singapour personnifie l'essor économique, le Myanmar représente la pauvreté. Et le gouvernement birman est grandement responsable de cette situation. Mais les choses commencent, très lentement, à changer.

Aung San Suu Kyi, militante pour la démocratie en Birmanie, qui était en résidence surveillée depuis des années et lauréate du prix Nobel de la paix en 1991, a été relâchée en 2010. Le gouvernement militaire s'est dissous en 2011. Les élections partielles du premier avril 2012 ont permis au parti de Dre. Suu Kyi de faire partie du Parlement et de continuer à travailler avec son parti politique, la Ligue nationale pour la démocratie. Le pays a été rapidement ouvert au tourisme suite à cette élection. Le président américain Barack Obama s'est d'ailleurs rendu à Yangon en novembre 2012.

Mais malgré les progrès, de sérieux problèmes des droits de l'homme persistent au Myanmar. Par exemple, certaines provinces sont toujours hors d'accès pour les touristes, en raison de querelles entre différentes ethnies. Et une situation beaucoup plus grave est gardée sous silence par le gouvernement birman depuis des années. Présentement, dans la province du Rakhine au sud-ouest, des citoyens musulmans se disent persécutés, traités comme des réfugiés dans leur propre pays.

Des dizaines de morts ont été rapportés en juin dernier lorsque trois hommes musulmans ont été accusés du viol collectif et du meurtre d'une femme bouddhiste. Le conflit s'épanche, et la situation rappelle celle du Kosovo, alors que les forces locales affirment que les musulmans de cette province sont des immigrants illégaux venant du Bangladesh; plusieurs d'entre eux ont tenté d'y aller, mais le Bangladesh leur refuse accès au pays. Les informations sont difficiles à obtenir au sujet de ce conflit, complètement ignoré par la presse internationale. Al-Jazeera a dédié un long documentaire sur le sujet et faisant état de violences, documentaire qualifié de mauvaise propagande par des observateurs locaux.

(À suivre la semaine prochaine...)

 

Suivre Cedric Lizotte sur Twitter: www.twitter.com/CedrikLizotte

Suivre Le HuffPost Québec