LES BLOGUES

Des analyses et des points de vue multiples sur l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Cathy Inouye Headshot

Mauvaises surprises pour les clients d'Hydro-Québec

Publication: Mis à jour:
Imprimer

Le 1er avril a certainement été un jour de mauvaises surprises pour beaucoup de résidents du Québec. En effet, c'est la journée où Hydro-Québec peut commencer à procéder à des débranchements de compteur pour les ménages qui n'auront pas été en mesure de payer leurs factures. C'est aussi la journée où les tarifs d'Hydro vont grimper de 0.7% pour les clients résidentiels. Cette augmentation n'est pas une bagatelle pour le nombre croissant de ménages qui ont des arriérés de paiement. Pendant que les salaires et les prestations gouvernementales stagnent, les prix de la nourriture, du loyer et d'autres biens de première nécessité grimpent constamment. Que l'électricité, un bien de première nécessité et un service public, coûte de plus en plus cher est tout simplement honteux.

La mission première d'Hydro-Québec était de fournir de l'électricité à bon prix aux Québécois.

La mission première d'Hydro-Québec était de fournir de l'électricité à bon prix aux Québécois. Les Québécois ont financé les barrages d'Hydro-Québec dans le Nord, des barrages qui ont causé l'inondation de terres autochtones et des empoisonnements au mercure. On nous a dit que c'était le prix à payer pour avoir de l'électricité bon marché pour tout le monde. Ces barrages sont payés depuis longtemps et les coûts de production sont minimes. Nos factures d'électricité auraient dû baisser en conséquence.

Cependant, les gouvernements successifs, autant péquistes que libéraux, ont mis en place une structure à Hydro-Québec qui fait en sorte que des augmentations peuvent être accordées par la Régie de l'Énergie quand une partie d'HQ réalise des pertes alors que globalement les profits d'HQ s'élèvent à 2.86 milliards de dollars.

Comment une telle situation peut-elle perdurer? Dans notre climat nordique, avec 5 mois d'hiver, il est essentiel de pouvoir chauffer adéquatement nos logis. Compte tenu du manque cruel de logement social, la plupart des ménages à faible revenu sont forcés de se loger sur le marché privé, souvent dans des logements inadéquats et mal isolés. Poser des plastiques dans nos fenêtres et des couvertures sur les portes extérieures, ça ne fonctionne qu'à moitié quand la brique et les murs sont mal isolés. Certains locataires vivent dans des logements où le chauffage est inclus, malheureusement il arrive fréquemment que dans ce cas, la température ne soit pas adéquate pour assurer leur confort. Pour les autres, il n'est pas rare de payer 500$ d'Hydro pour 2 mois pour chauffer un 3 et ½. Alors, une fois leur facture d'Hydro payée, ces locataires n'ont plus d'argent. Qu'est-ce qui arrive pour les urgences comme aller chez le dentiste, acheter des médicaments ou de nouvelles lunettes?

Cela nous semble anormal que le gouvernement laisse cette situation perdurer. Les élus ne savent-ils pas combien de personnes vivent en dessous du seuil de la pauvreté? Combien dépendent de la pension de vieillesse ou de l'aide de dernier recours pour survivre? Savent-ils que quand on va être débranché, ce n'est pas un agent d'Hydro qui appelle les gens, mais un message automatisé? Qu'est-ce qui arrive quand on ne peut même pas mettre des minutes sur son téléphone? Il nous semble évident qu'aucun élu n'a jamais vécu cette situation où chaque appel ou courrier postal peut être une menace.

Le gouvernement ne devrait pas se laver les mains avec ce qui arrive aux ménages mauvais payeurs d'Hydro Québec, car ils subissent directement les conséquences de sa décision de soustraire Hydro Production au contrôle de la Régie de l'Énergie, pour s'assurer qu'Hydro continue à être la vache à lait du gouvernement, tout en montrant des coûts de production justifiant des augmentations de tarifs.

Le gouvernement empoche la part du lion des profits d'HQ, et ce sont les ménages à faible revenu qui en font les frais. Quand on juxtapose cela au fait que le gouvernement ne s'attaque pas à l'évasion fiscale, il paraît évident que ce n'est pas dans leur intention de redistribuer la richesse entre les Québécois. Les choix fiscaux de ce gouvernement comme de réduire les impôts pour les sociétés se font sur le dos des plus démunis.

On en appelle au ministre des Ressources naturelles, Pierre Arcand pour qu'il intervienne dans ce dossier. Est-ce qu'il va enfin corriger la situation ou est-ce qu'il va continuer à fermer les yeux sur le nombre record de ménages débranchés de leur électricité alors qu'Hydro-Québec engrange des profits records?

Par Debbie Byer, Iocent Crammer, Aissatou Diallo, Maria Ines Garduno, Cathy Inouye, Nouman Jabur, et Kurt John,

LIRE AUSSI:
» Le litige de Churchill Falls contre Hydro-Québec se rend en Cour suprême
» Une grappe industrielle pour les véhicules électriques voit le jour
» Trop-perçu d'Hydro-Québec: une coalition dépose une mise en demeure


VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter